CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU, chronologie contemporaine

 

2019

10-24 janvier 2019
République démocratique du Congo. Victoire contestée de Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle.

Le 10, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) annonce la victoire de l’opposant Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle qui s’est tenue en décembre 2018. Celui-ci obtient 38,6 p. 100 des suffrages, contre 34,8 p. 100 pour l’opposant Martin Fayulu et 23,8 p. 100 pour Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin du président Joseph Kabila qui ne pouvait se représenter. Le taux de parti […] Lire la suite

2018

30 décembre 2018
République démocratique du Congo. Élections générales.

L’élection présidentielle plusieurs fois reportée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), depuis la fin du mandat du président Joseph Kabila en décembre 2016, a finalement lieu. Joseph Kabila ne pouvait pas briguer un troisième mandat. Les principaux candidats sont l’ancien ministre Emmanuel Ramazani Shadary, soutenu par le président Kabila, et les deux opposants Martin Fayulu  […] Lire la suite

1er-24 août 2018
République démocratique du Congo. Renoncement de Joseph Kabila à briguer un troisième mandat.

Le 1er, Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) en juin, rentre à Kinshasa en vue de déposer sa candidature à l’élection présidentielle prévue en décembre. Ancien vice-président, il est toujours sénateur et président du Mouvement de libération du Congo. Le 8, le président Joseph Kabila renonce à briguer un troisième mandat — ce qui aurait été cont […] Lire la suite

8 juin 2018
République démocratique du Congo. Acquittement du Congolais Jean-Pierre Bemba.

La chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye acquitte l’ancien vice-président de la République démocratique du Congo Jean-Pierre Bemba. Ce dernier avait été condamné en première instance, en juin 2016, à dix-huit ans de prison pour des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis en 2002 et 2003 en République centrafricaine par les miliciens de son Mouvement de l […] Lire la suite

2017

3-7 avril 2017
République démocratique du Congo. Nomination de l’opposant Bruno Tshibala au poste de Premier ministre.

Le 3, le Rassemblement de l’opposition congolaise appelle à une journée « ville morte » ‒ qui est un succès à Kinshasa et Lubumbashi ‒ en vue de forcer le président Joseph Kabila à respecter l’accord de cogestion du pays conclu en décembre 2016. Celui-ci prévoyait la nomination d’un Premier ministre membre de l’opposition et l’organisation d’élections présidentielle, législatives et provinciales a […] Lire la suite

2016

19-31 décembre 2016
République démocratique du Congo. Accord de sortie de crise.

Le 19 – date de l’échéance du second mandat de Joseph Kabila – et le 20, la répression des manifestations contre le maintien au pouvoir du chef de l’État fait quelques dizaines de morts à Kinshasa et Lubumbashi. Un accord conclu en octobre avec une partie de l’opposition prévoit le report à avril 2018 de l’élection présidentielle. Ce même jour est annoncé le nouveau gouvernement d’union nationale  […] Lire la suite

17 novembre 2016
République démocratique du Congo. Nomination d’un Premier ministre issu de l’opposition.

Le président Joseph Kabila nomme Samy Badibanga au poste de Premier ministre en remplacement d’Augustin Matata Ponyo. Il respecte ainsi l’une des exigences de l’accord conclu en octobre avec une frange minoritaire de l’opposition. Celui-ci prévoyait la nomination d’un gouvernement d’union nationale dirigé par un membre de l’opposition en échange du report à avril 2018 de l’élection présidentielle  […] Lire la suite

19 septembre 2016
République démocratique du Congo. Manifestations meurtrières.

Les manifestations en faveur du départ du président Joseph Kabila, organisées à travers le pays par le Rassemblement, principale plateforme de l’opposition, se soldent, à Kinshasa, par plusieurs dizaines de morts. Les opposants soupçonnent le chef de l’État de vouloir reporter le scrutin présidentiel. Le 19 septembre – soit trois mois avant l’expiration du mandat de Joseph Kabila – était la date u […] Lire la suite

2015

17-25 janvier 2015
République démocratique du Congo. Mobilisation de l'opposition contre le président Joseph Kabila.

Le 17, l'Assemblée nationale adopte un projet de loi électorale qui prévoit d'effectuer un recensement de la population avant les prochaines élections générales prévues en 2016. Le texte doit être discuté devant le Sénat. Du 19 au 21, une vague de protestation agite Kinshasa, les manifestants soupçonnant le pouvoir de vouloir se servir du recensement pour reporter le scrutin. Les violences font qu […] Lire la suite

2013

5 novembre 2013
République démocratique du Congo. Fin de la rébellion du Mouvement du 23-Mars.

Le 5, le Mouvement du 23-Mars (M23) annonce qu'il abandonne la lutte armée, tandis que l'armée affirme avoir obtenu une victoire totale contre les rebelles du M23 au Nord-Kivu, où ils étaient implantés depuis mai 2012. Le M23 est composé d'anciens combattants, pour la plupart tutsi, qui avaient lutté contre l'armée lors de la guerre du Kivu, à partir de 2004. Celle-ci avait pris fin avec la signat […] Lire la suite

2012

18 novembre-1er décembre 2012
République démocratique du Congo. Offensive de la rébellion du M23 sur Goma.

Le 18, les forces rebelles du Mouvement du 23-Mars (M23) mènent une offensive majeure qui les amène aux portes de Goma, la capitale du Nord-Kivu, dans l'est du pays. Le M23, dont le nom fait référence à l'accord de paix signé le 23 mars 2009 entre le gouvernement et les rebelles tutsi du Congrès national pour la défense du peuple (C.N.D.P.), a été créé en mai 2012. Il rassemble d'anciens membres d […] Lire la suite

12-14 octobre 2012
France – Afrique. Visite du président François Hollande en Afrique.

Le 12, le président François Hollande se rend au Sénégal pour sa première visite en Afrique. Il y est reçu par son homologue Macky Sall, démocratiquement élu en mars 2012. Devant le Parlement, à Dakar, François Hollande annonce que « le temps de la Françafrique est révolu » et prône un « partenariat avec des relations fondées sur le respect, la clarté et la solidarité ». Les 13 et 14, François Hol […] Lire la suite

10 juillet 2012
République démocratique du Congo. Première condamnation prononcée par la C.P.I.

La Cour pénale internationale (C.P.I.) prononce, pour la première fois depuis sa création en 2002, une condamnation, après avoir, en mars, reconnu coupable de crimes de guerre Thomas Lubanga, ancien chef de milice de la République démocratique du Congo. Celui-ci est condamné à quatorze ans de prison pour avoir enrôlé des enfants et les avoir fait participer à des combats en Ituri, dans l'est du pa […] Lire la suite

14 mars 2012
République démocratique du Congo. Verdict de la C.P.I. contre un ex-chef de milice congolais.

La Cour pénale internationale (C.P.I.) rend son premier verdict depuis sa création en juillet 2002. Elle reconnaît coupable de crimes de guerre l'ancien chef de milice congolais Thomas Lubanga pour avoir enrôlé des enfants dans la région de l'Ituri, dans l'est de la République démocratique du Congo, en 2002 et en 2003, et les avoir entraînés en vue de les envoyer combattre.  […] Lire la suite

2011

28 novembre-9 décembre 2011
République démocratique du Congo. Réélection du président Joseph Kabila dans un climat de violence.

Le 28, les élections générales – le deuxième scrutin pluraliste depuis l'indépendance en 1960 – sont marquées par des violences et de nombreuses irrégularités. En janvier, le président sortant Joseph Kabila, comptant sur la division de l'opposition, avait fait adopter une réforme constitutionnelle instaurant un scrutin présidentiel à un tour. Le 9 décembre, l'annonce de la victoire du président Ka […] Lire la suite

2009

26-27 mars 2009
France – Afrique. Visite officielle du président Nicolas Sarkozy en Afrique.

Le 26, le président Sarkozy se rend à Kinshasa (République démocratique du Congo, R.D.C.), puis à Brazzaville (Congo). Il appelle à « un bon voisinage » entre la R.D.C. et ses voisins des Grands Lacs. Mais le centre des débats reste l'approvisionnement de la France en uranium. Un accord sur la recherche et l'exploitation future de gisements d'uranium est signé à Kinshasa entre le groupe nucléaire  […] Lire la suite

23 mars 2009
République démocratique du Congo. Accord de paix entre le gouvernement et l'ex-rébellion.

À Goma (capitale du Nord-Kivu), le gouvernement de la République démocratique du Congo (R.D.C.) et l'ex-rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (C.N.D.P.) signent un accord de paix qui prévoit la transformation du C.N.D.P. en parti politique, la libération de ses membres détenus par les autorités de R.D.C. et l'amnistie des anciens combattants qui s'engagent à déposer les armes. La […] Lire la suite

26 janvier 2009
République démocratique du Congo. Ouverture du procès d'un ex-chef de milice devant la Cour pénale internationale.

Le 26 s'ouvre à La Haye (Pays-Bas) le premier procès de la Cour pénale internationale (C.P.I.), le tribunal international permanent créé en 1998 et entré en fonction en 2002, chargé de juger des crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocides. L'ex-chef de milice congolais Thomas Lubanga, détenu depuis mars 2006, comparaît devant la chambre de première instance. Il est accusé de crimes de  […] Lire la suite

2008

7-24 novembre 2008
République démocratique du Congo. Poursuite des combats dans le Nord-Kivu.

Le 7, un sommet sur le conflit du Nord-Kivu réunit à Nairobi (Kenya) les chefs d'État concernés et les représentants de l'Union africaine et de l'O.N.U. Il appelle à un cessez-le-feu, à l'ouverture d'un couloir humanitaire et au désarmement des groupes rebelles. Les rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (C.N.D.P.) de Laurent Nkunda, qui menacent Goma, la capitale de la province, e […] Lire la suite

26-29 octobre 2008
République démocratique du Congo. Offensive rebelle contre Goma, dans le Nord-Kivu.

Le 26, les rebelles du Congrès national pour la défense du peuple (C.N.D.P.) dirigé par le Tutsi Laurent Nkunda, qui ont lancé une offensive dans les jours précédents, s'emparent de la base militaire de Rumangabo, au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu. Les combats ont repris à la fin d'août dans cette région de l'est du pays, frontalière du Rwanda, en violation des accords de pa […] Lire la suite

2007

22-23 mars 2007
République démocratique du Congo. Exil du chef de l'opposition Jean-Pierre Bemba.

Le 22, à Kinshasa, la garde républicaine du président Joseph Kabila affronte le « détachement de la protection personnelle » de Jean-Pierre Bemba, son adversaire malheureux lors de l'élection présidentielle de 2006. Élu sénateur en janvier, Jean-Pierre Bemba refusait d'incorporer à l'armée régulière les hommes qui assurent sa sécurité, comme l'état-major lui avait demandé de le faire avant le 15.  […] Lire la suite

2006

29 octobre 2006
République démocratique du Congo. Élection de Joseph Kabila à la présidence.

Au terme d'une fin de campagne marquée par des violences, le chef de l'État sortant, Joseph Kabila, remporte le second tour de l'élection présidentielle avec 58 p. 100 des suffrages, face à Jean-Pierre Bemba, vice-président du gouvernement de transition. Joseph Kabila devient ainsi le premier président démocratiquement élu de l'histoire du pays. […] Lire la suite

20-22 août 2006
République démocratique du Congo. Premier tour des élections générales marqué par des violences.

Le 20, après des échanges de tirs meurtriers survenus aux abords du siège de la Commission électorale indépendante, celle-ci annonce les résultats du premier tour des élections générales du 30 juillet, premier scrutin libre organisé dans le pays depuis 1965. Le président sortant, Joseph Kabila, arrive en tête à l'élection présidentielle avec 44,8 p. 100 des suffrages, devant son principal rival, J […] Lire la suite

2005

18 décembre 2005
République démocratique du Congo. Adoption d'une Constitution par référendum.

Le 18, lors du premier scrutin démocratique organisé dans le pays depuis les lendemains de l'indépendance, 83,8 p. 100 des électeurs adoptent par référendum le projet de Constitution, dans des conditions « libres et équitables » selon les observateurs européens. Le taux de participation est de près de 60 p. 100. Le texte instaure un régime semi-présidentiel au sein d'un État très décentralisé. Il  […] Lire la suite

1er-31 mars 2005
République démocratique du Congo – O.N.U. Opération de la Monuc en Ituri.

Le 1er, les casques bleus de la Mission de l'O.N.U. en République démocratique du Congo (Monuc) mènent une opération de « sécurisation et de contrôle » en Ituri, dans le nord-est du pays, où neuf soldats bangladais des Nations unies ont été tués dans une embuscade le 25 février. Entre cinquante et soixante miliciens du Front nationaliste et intégrationniste (F.N.I.), soupçon […] Lire la suite

30-31 janvier 2005
Afrique. Décision d'envoi d'une force interafricaine en République démocratique du Congo.

Les 30 et 31 se tient à Abuja (Nigeria) le quatrième sommet de l'Union africaine. Les chefs d'État et de gouvernement participants décident d'envoyer une force militaire africaine dans l'est de la République démocratique du Congo (R.D.C.) en vue d'entreprendre le « désarmement forcé » des rebelles – anciens membres des Forces armées rwandaises et miliciens Interahamwe – qui alimentent la tension e […] Lire la suite

2004

2-25 juin 2004
République démocratique du Congo. Nouveaux troubles dans l'Est.

Le 2, quelque quatre mille soldats rebelles, dirigés par le général Laurent Nkunda et qui seraient armés par le Rwanda, s'emparent de la ville de Bukavu, dans l'est du pays, dans l'intention déclarée de protéger la communauté d'origine rwandaise des Banyamulenge. Les « casques bleus » de la Monuc n'ont offert qu'une faible résistance dans les affrontements qui opposent les rebelles à l'armée régul […] Lire la suite

2003

30 juin 2003
République démocratique du Congo. Formation d'un gouvernement d'union nationale.

Le président Joseph Kabila désigne un gouvernement d'union nationale de transition, chargé d'organiser des élections libres dans un délai de deux ans. Le pouvoir, la société civile et les factions rebelles y sont représentés, à l'exception de l'Union pour la démocratie et le progrès social du principal opposant, Étienne Tshisekedi, qui refuse d'y participer. […] Lire la suite

7 mai-6 juin 2003
République démocratique du Congo. Intervention de l'O.N.U. contre les violences ethniques en Ituri.

Le 7, dans le cadre du plan de retrait des troupes étrangères, supervisé par la Mission d'observation des Nations unies au Congo (M.O.N.U.C.), les troupes ougandaises quittent la région de l'Ituri, dans le nord-est du pays. Les jours suivants, les miliciens de l'ethnie lendu prennent le contrôle du chef-lieu, Bunia, s'imposant facilement à l'administration locale et au faible contingent de la M.O. […] Lire la suite

2002

17 décembre 2002
République démocratique du Congo. Accord de paix.

Le gouvernement de Kinshasa et les quatre factions rebelles qui le combattaient depuis quatre ans signent, à Pretoria, en Afrique du Sud, un accord de paix. Celui-ci fait suite aux accords conclus en juillet avec le Rwanda et en septembre avec l'Ouganda. Ces pays étaient intervenus en R.D.C. en août 1998 dans le but de renverser le régime du président Laurent-Désiré Kabila. L'accord prévoit la mis […] Lire la suite

22 juillet-15 août 2002
République démocratique du Congo. Accords de paix avec le Rwanda et l'Ouganda.

Le 22, les représentants de la république démocratique du Congo (R.D.C.) et ceux du Rwanda concluent, à Pretoria (Afrique du sud), un protocole d'accord aux termes duquel Kinshasa s'engage à regrouper et désarmer les extrémistes hutu Interahamwe et les soldats hutu des anciennes Forces armées rwandaises présents sur son territoire, en contrepartie du retrait des troupes rwandaises entrées en R.D.C […] Lire la suite

17-21 janvier 2002
République démocratique du Congo. Exode massif après l'éruption du volcan Nyiragongo.

Le 17, l'éruption du volcan Nyiragongo provoque une coulée de lave qui détruit une partie de la ville de Goma, à la frontière rwandaise, faisant une quarantaine de victimes. Quelque 400 000 habitants fuient les lieux. Les jours suivants, la plupart d'entre eux regagnent Goma, créant une confusion qui gêne les opérations humanitaires.Le 21, à Goma, plusieurs dizaines de personnes meurent dans l'exp […] Lire la suite

2001

22 février 2001
République démocratique du Congo. Résolution des Nations unies en vue du règlement du conflit.

Le 22, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte à l'unanimité la résolution 1341 – rédigée par la France –, qui marque un durcissement de ton de l'O.N.U., après l'échec de l'application de l'accord de paix conclu à Lusaka (Zambie) en juillet 1999. Le texte prévoit le retrait des forces rwandaises de 200 kilomètres, puis celui des autres belligérants de 15 kilomètres de part et d'autre de la […] Lire la suite

16-26 janvier 2001
République démocratique du Congo. Assassinat du président Laurent-Désiré Kabila.

Le 16, le président Laurent-Désiré Kabila, au pouvoir depuis mai 1997, est assassiné dans des circonstances qui demeurent obscures. Un témoin de la scène déclarera qu'il a été tué par un de ses gardes du corps, lui-même aussitôt abattu à la suite de son geste. Le doute subsiste sur les causes de l'assassinat: vengeance personnelle, action commanditée par le Rwanda, ancien allié qui soutient aujour […] Lire la suite

2000

24 août 2000
République démocratique du Congo. Autorisation du déploiement de casques bleus.

Le président Laurent-Désiré Kabila autorise le déploiement d'une force des Nations unies dans son pays. La veille, il avait pourtant annoncé le retrait de son pays du processus de paix. L'envoi de casques bleus et d'observateurs avait été décidé en février 2000 en vue de contrôler le respect de l'accord de cessez-le-feu signé à Lusaka en juillet 1999. Mais Kinshasa n'avait finalement autorisé que  […] Lire la suite

24 février 2000
République démocratique du Congo. Création d'une mission d'observation de l'O.N.U.

Le conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 1291 qui prévoit la création d'une Mission d'observation des Nations unies au Congo (Monuc). Les 500 hommes qui la composent, protégés par 5 000 casques bleus, sont chargés de veiller à l'application du cessez-le-feu adopté en juillet 1999 dans le conflit qui oppose, depuis août 1998, le régime du président Laurent-Désiré Kabila, soutenu par  […] Lire la suite

1999

31 août 1999
République démocratique du Congo. Signature d'un accord de paix.

Le Rassemblement congolais pour la démocratie d'Ernest Wamba dia Wamba et d'Émile Ilunga, principal mouvement de rébellion contre le régime du président Laurent-Désiré Kabila, signe, à Lusaka, l'accord de paix conclu le 10 juillet dans la capitale zambienne. L'accord avait déjà été signé par la république démocratique du Congo et par les cinq États engagés militairement dans le conflit qui déchire […] Lire la suite

18 avril 1999
République démocratique du Congo – Ouganda. Signature d'un accord de cessez-le-feu.

Le président de la République démocratique du Congo Laurent-Désiré Kabila et son homologue ougandais Yoweri Museveni signent en Libye, sous l'égide du président Kadhafi, un accord de cessez-le-feu. L'accord prévoit également le retrait des forces étrangères présentes en république démocratique du Congo (R.D.C.) et le déploiement d'une force de paix africaine en R.D.C. L'Ouganda, le Rwanda et le Bu […] Lire la suite

1998

27-28 novembre 1998
France – Afrique. Promesse de cessez-le-feu en république démocratique du Congo lors du sommet franco-africain.

Le 27 s'ouvre à Paris le vingtième sommet Afrique-France en présence des représentants de quarante-neuf pays – dont trente-quatre chefs d'État. Le secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, y assiste pour la première fois, en qualité d'observateur. Le principal thème du sommet est la sécurité, alors que de nombreux conflits déchirent le Continent noir. « Les actions d'appui [au maintien de la pai […] Lire la suite

4-15 octobre 1998
République démocratique du Congo. Avancée de la rébellion et soutien à Kinshasa des États-Unis.

Le 4, les rebelles, en lutte depuis le mois d'août contre le régime du président Laurent-Désiré Kabila, attaquent Kindu, capitale de la province du Maniema dans le centre-est du pays. Les forces armées congolaises et leurs alliés en ont fait leur quartier général opérationnel dans la région en vue d'une contre-offensive contre la rébellion principalement implantée dans l'Est.Le 12, la rébellion s' […] Lire la suite

2-29 août 1998
République démocratique du Congo. Tentative de renversement du régime de Laurent-Désiré Kabila.

Le 2, dans la province du Kivu, des soldats banyamulenge – Congolais tutsi d'origine rwandaise –, aidés par des troupes rwandaises, se soulèvent contre le régime de Laurent-Désiré Kabila dont ils dénoncent le « népotisme », la « corruption » et « le manque de gouvernance ». C'est de cette même région de l'est du pays qu'était partie la rébellion, soutenue par les Banyamulenge, le Rwanda et l'Ougan […] Lire la suite

30 juin 1998
République démocratique du Congo. Rapport de l'O.N.U. sur le massacre des réfugiés hutu dans l'ex-Zaïre.

L'O.N.U. publie le rapport de la Mission d'enquête internationale sur les massacres de réfugiés hutu rwandais dans l'ex-Zaïre, entre l'automne de 1996 et le printemps de 1997, dont les travaux ont été entravés par les autorités de Kinshasa. Celui-ci est très sévère pour le président de la République démocratique du Congo, Laurent-Désiré Kabila, et pour l'armée rwandaise, qui sont accusés d'avoir p […] Lire la suite

9-17 avril 1998
République démocratique du Congo. Arrêt de la mission d'enquête de l'O.N.U. sur les massacres.

Le 9, un membre de la mission de l'O.N.U., chargée depuis avril 1997 d'enquêter sur les massacres de réfugiés hutu durant l'offensive contre le régime du président Mobutu Sese Seko, est arrêté par les autorités congolaises. La liste de témoins qu'il transportait est saisie.Le 17, le secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, décide l'arrêt de la mission d'enquête en raison de « l'obstruction syst […] Lire la suite

12-13 février 1998
République démocratique du Congo. Arrestation de l'opposant Étienne Tshisekedi.

Le 12, l'armée arrête Étienne Tshisekedi, chef de l'Union pour la démocratie et le progrès social et principal opposant au régime du président Laurent-Désiré Kabila. Ancien opposant au président Mobutu Sese Seko, Étienne Tshisekedi ne reconnaît pas le nouveau régime qui a interdit toute activité aux partis politiques. Le 10, il avait rencontré le pasteur Jesse Jackson, l'émissaire américain en Afr […] Lire la suite

1997

7 septembre 1997
République démocratique du Congo. Mort de l'ancien président zaïrois Mobutu Sese Seko.

L'ancien président du Zaïre Mobutu Sese Seko, qui avait été chassé du pouvoir en mai, après trente-deux ans de règne, par l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre de Laurent-Désiré Kabila, meurt en exil au Maroc des suites d'un cancer. […] Lire la suite

8-20 juillet 1997
République démocratique du Congo. Accusations de l'O.N.U. contre le pouvoir.

Le 8, le secrétaire général de l'O.N.U., Kofi Annan, accepte, sous la pression des autorités de Kinshasa, de modifier la composition de la mission d'enquête sur les massacres de réfugiés dans l'ex-Zaïre, mission dont les dirigeants de la république démocratique du Congo essaient d'empêcher la mise en place. Auteur de précédents rapports très critiques à l'encontre de la responsabilité des hommes d […] Lire la suite

4-30 mai 1997
Zaïre. Prise du pouvoir par Laurent-Désiré Kabila.

Le 4, le président Mobutu Sese Seko rencontre, pour la première fois depuis les débuts de la rébellion en octobre 1996, le chef de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (A.F.D.L.), Laurent-Désiré Kabila, à bord d'un navire sud-africain mouillant au large du port congolais de Pointe-Noire, en présence du président Nelson Mandela. Le chef de l'État zaïrois propose un  […] Lire la suite

2-27 avril 1997
Zaïre. Conquête de Lubumbashi par l'A.F.D.L.

Le 2, le président Mobutu Sese Seko nomme au poste de Premier ministre, en application de la Constitution de transition, le candidat de l'opposition Étienne Tshisekedi, dont la désignation a été avalisée par la mouvance présidentielle. Étienne Tshisekedi avait été nommé à ce poste par la Conférence nationale souveraine en août 1992. Ce dernier déclare considérer « comme nulles et non avenues » tou […] Lire la suite

5-27 mars 1997
Zaïre. Chute de Kisangani et démission du Premier ministre.

Le 5, Kinshasa accepte le plan de paix de l'O.N.U. adopté en février – qui préconise notamment un cessez-le-feu –, afin de retarder les effets de sa déroute militaire face à l'avancée des rebelles de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre, dirigés par Laurent-Désiré Kabila.Le 8, ce dernier accepte également le plan de paix tout en subordonnant l'arrêt des hostilités  […] Lire la suite

3-18 février 1997
Zaïre. Avancée des rebelles.

Le 3, les rebelles de l'Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre, dirigés par Laurent-Désiré Kabila, conquièrent la ville de Kalémié, sur le lac Tanganyika, prenant ainsi pied dans la province minière du Shaba, après celles du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Haut-Zaïre. Laurent-Désiré Kabila exige toujours l'ouverture de négociations avec le pouvoir.Le 5, le gouvernement am […] Lire la suite

20 janvier 1997
Zaïre. Annonce d'une contre-offensive.

Le 20, dans un « message à la nation », le Premier ministre Léon Kengo Wa Dondo, en l'absence du président Mobutu Sese Seko qui est reparti en France pour y recevoir des soins, « ordonne » à l'armée « de conduire la guerre et de recouvrer les régions actuellement occupées » par les rebelles tutsi de Laurent-Désiré Kabila. Lancée en septembre 1996, la rébellion de l'Alliance des forces démocratique […] Lire la suite

1996

1er-24 décembre 1996
Zaïre. Retour du président Mobutu et constitution d'un gouvernement de crise.

Le 1er, les autorités accusent l'Ouganda de soutenir militairement la rébellion tutsi des Banyamulenge engagée en septembre dans l'est du pays et qui bénéficie déjà du soutien du Rwanda. Les rebelles dirigés par Laurent-Désiré Kabila continuent de faire reculer l'armée zaïroise, tandis que des centaines de milliers de réfugiés hutu errent toujours dans la région.Le 13, le co […] Lire la suite

9-29 novembre 1996
Zaïre. Controverse autour de l'envoi d'une force multinationale et départ d'une partie des réfugiés.

Le 9, sur l'initiative de la France, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte une résolution « intérimaire » qui ouvre la voie à une intervention internationale au Zaïre, sans toutefois prendre de décision concrète, en raison des réticences des États-Unis. Les centaines de milliers de réfugiés, majoritairement des Hutu rwandais stationnés dans la région frontalière du Kivu, sont les premières vic […] Lire la suite

18-29 octobre 1996
Zaïre. Rébellion tutsi dans l'Est.

Le 18, de violents combats opposent l'armée zaïroise à des rebelles banyamulenge dans la région d'Uvira, le long de la frontière burundaise. Des affrontements sporadiques entre les soldats et ces Tutsi, originaires du Rwanda mais installés au Zaïre depuis deux siècles, se produisent depuis le début de septembre. Considérés avec méfiance par les Zaïrois, qui refusent de leur accorder la nationalité […] Lire la suite

1995

16-29 août 1995
Zaïre. Expulsion massive de réfugiés hutu.

Le 16, le Conseil de sécurité de l'O.N.U. adopte la résolution 1011 qui prévoit de suspendre pour un an l'embargo sur les livraisons d'armes au Rwanda décidé en mai 1994 à l'encontre de l'ancien régime à majorité hutu.Le 19, craignant que cette décision n'empêche de résoudre le problème des réfugiés stationnés sur leur sol et qui représentent un lourd fardeau financier, les autorités de Kinshasa c […] Lire la suite

12 mai 1995
Zaïre. Rapport de l'Organisation mondiale de la santé sur le virus Ebola.

Le premier rapport des experts de l'Organisation mondiale de la santé confirme la responsabilité du virus Ebola dans l'épidémie de fièvre hémorragique qui frappe depuis le début d'avril la ville de Kikwit, à l'est de Kinshasa. Le virus avait été identifié en 1976 à l'occasion d'une première épidémie dans la région de la rivière Ebola, dans le nord du pays, qui avait alors fait environ quatre cents […] Lire la suite

1994

14 juin 1994
Zaïre. Élection de Joseph Kengo Wa Dondo au poste de Premier ministre.

Le 14, cinq mois après l'accord entre la Mouvance présidentielle et l'Union sacrée de l'opposition radicale qui avait abouti à la démission du Premier ministre Faustin Birindwa, le Haut Conseil de la République-Parlement de transition élit à ce poste Joseph Kengo Wa Dondo, ancien Premier ministre du président Mobutu Sese Seko et candidat modéré de l'opposition. Élu Premier ministre par la Conféren […] Lire la suite

14-23 février 1994
Zaïre. Démission du Premier ministre et création d'un nouveau Parlement.

Le 14, à la suite de la conclusion, le même jour, d'un accord entre la Mouvance présidentielle et certains des partis regroupés au sein de l'Union sacrée de l'opposition radicale (U.S.O.R.), le président Mobutu annonce, dans un message à la nation, la démission du gouvernement de Faustin Birindwa et la dissolution du Parlement ainsi que du Haut Conseil de la République (H.C.R.) qui doivent être re […] Lire la suite

1993

17-19 mars 1993
Zaïre. Aggravation de la crise entre le président Mobutu et les instances de transition.

Le 17, le « conclave » politique réuni depuis le 9 par le président Mobutu pour résoudre la crise des institutions transitoires nomme au poste de Premier ministre Faustin Birindwa, un transfuge de l'opposition, en remplacement d'Étienne Tshisekedi, désigné par la Conférence nationale en août 1992 et désavoué par le président Mobutu. Ni l'Union sacrée de l'opposition ni le bureau de l'Assemblée pro […] Lire la suite

15-31 janvier 1993
Zaïre. Répression d'une mutinerie sur fond de crise politique.

Le 15, le Haut Conseil de la République engage une procédure de destitution du président Mobutu devant la Cour suprême. Il accuse le chef de l'État de « haute trahison ». Le président Mobutu a été maintenu à la tête de l'État et de l'armée par la Conférence nationale en échange de la nomination d'Étienne Tshisekedi au poste de Premier ministre, en août 1992. Le chef de l'opposition, qui était char […] Lire la suite

1992

15-30 août 1992
Zaïre. Élection d'Étienne Tshisekedi au poste de Premier ministre.

Le 15, la Conférence nationale mise sur pied en août 1991 en vue de conduire le processus de démocratisation du pays élit Étienne Tshisekedi Premier ministre et le charge de préparer l'avènement de la IIIe République. Un « compromis politique global sur la transition » avait été conclu le 30 juin entre le pouvoir et la Conférence nationale, qui autorisait celle-ci à élire le […] Lire la suite

1991

1er-28 novembre 1991
Zaïre. Nouveau gouvernement après un accord entre le président Mobutu et une partie de l'opposition.

Le 1er, tandis que le cabinet formé par Mungul Diaka prête serment, l'opposition, réunie au sein de l'Union sacrée, met sur pied un « gouvernement bis ». Elle demande aussi le maintien d'une présence militaire étrangère au Zaïre, au moment où les derniers soldats français et belges quittent le pays.Le 22, grâce à une médiation sénégalaise, l'opposition et […] Lire la suite

14-25 octobre 1991
Zaïre. Rupture du dialogue entre le pouvoir et l'opposition.

Le 14, Étienne Tshisekedi, nommé Premier ministre à la fin de septembre par le président Mobutu, forme un « gouvernement de crise ». Après deux semaines de discussions et de désaccord, les partisans du président conservent les portefeuilles de la Défense, des Affaires étrangères, du Plan et des Mines.Le 21, Étienne Tshisekedi est révoqué par une ordonnance présidentielle. Des manifestations hostil […] Lire la suite

23-29 septembre 1991
Zaïre. Nomination d'un dirigeant de l'opposition au poste de Premier ministre.

Le 23, à Kinshasa, des militaires détruisent et dévalisent des entrepôts pour protester contre le retard apporté dans le versement de leur solde. Pendant deux jours, émeutes et pillages se poursuivent dans la capitale, causant la mort de cent dix-sept personnes, selon un bilan officiel. Les résidences des Occidentaux sont également attaquées et pillées.Le 24, alors que la France et la Belgique env […] Lire la suite

1990

5-17 décembre 1990
Afrique. Progrès vers le multipartisme au Cameroun, au Congo, au Zaïre et en Zambie.

Le 5, l'Assemblée nationale camerounaise adopte une loi qui instaure le multipartisme, mais interdit tout recrutement de militants sur une base ethnique ou régionale.Le 10, le Parti congolais du travail, parti unique au pouvoir, abandonne le marxisme et adopte un programme à tendance social-démocrate.Le 14, les députés zaïrois votent à leur tour une loi officialisant le multipartisme.Le 17, le pré […] Lire la suite

11-12 mai 1990
Zaïre. Massacre d'étudiants.

Dans la nuit du 11 au 12, une cinquantaine d'étudiants sont égorgés ou défenestrés sur le campus de l'université de Lubumbashi, capitale de la province du Shaba, par un commando de la brigade spéciale présidentielle, troupe d'élite du président Mobutu. Ces étudiants, appartenant à un mouvement de contestation, avaient découvert et tué des indicateurs infiltrés dans leurs rangs. Ces sanglantes repr […] Lire la suite

24 avril 1990
Zaïre. Rétablissement du multipartisme.

Le président Mobutu annonce le rétablissement du multipartisme, limité dans un premier temps à trois formations. Il renonce également à son rôle de chef du parti au pouvoir, le Mouvement populaire pour la révolution (M.P.R.), afin de jouer désormais un rôle d'arbitre. Le multipartisme, en vigueur lors de l'indépendance en 1960, avait été abandonné dans la Constitution de 1967. Une nouvelle Constit […] Lire la suite

1984

8-13 décembre 1984
France – Afrique. Voyage du président François Mitterrand en Afrique

Du 8 au 10, François Mitterrand se rend en visite officielle au Zaïre. Commencée dans une atmosphère tendue en raison de plusieurs différends (l'absence de Mme Mitterrand annoncée au dernier moment, le nombre très élevé d'agents français chargés de la sécurité du président français et surtout l'irritation du président Mobutu d'avoir été tenu à l'écart de l'accord franco-liby […] Lire la suite

16-18 avril 1984
Zaïre – France. Visite du président Mobutu en France

Le 16, le président Mobutu arrive à Paris pour une « visite officielle de travail ».Le 17, après un entretien avec François Mitterrand, le chef de l'État zaïrois confirme l'identité de vues entre Paris et Kinshasa sur l'affaire tchadienne et annonce que le Zaïre maintiendra ses troupes au Tchad jusqu'à un règlement du conflit.Le 18, Claude Cheysson annonce que l'aide financière française au Zaïre  […] Lire la suite

1982

6-11 octobre 1982
France – Afrique. Tournée du président François Mitterrand en Afrique noire

Les 6 et 7, François Mitterrand est au Burundi. Cette visite est surtout l'occasion d'évoquer les perspectives des relations bilatérales dans les domaines économiques et militaires.Le 7, la deuxième étape du voyage africain du président français est le Rwanda qui attend un accroissement de l'aide civile et militaire française.Le 8, à Kinshasa (Zaïre), s'ouvre le neuvième sommet franco-africain. Ce […] Lire la suite

13-18 mai 1982
Zaïre. Deux nouvelles orientations en politique étrangère

Le 13, l'Agence zaïroise de presse annonce que le président Mobutu a décidé de renoncer à toute aide économique américaine pour répondre aux « propos injurieux » tenus récemment par des responsables américains. En effet, le Zaïre avait demandé aux États-Unis une aide de 55 millions de dollars, mais la commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, s'inquiétant de la corruption […] Lire la suite

1981

7-10 octobre 1981
Zaïre. Remaniement gouvernemental

Le 7, le Conseil exécutif de Kinshasa ainsi que le comité exécutif du parti unique zaïrois, le Mouvement populaire de la révolution, présentent leur démission, à la suite d'une décision prise par le comité central du parti, selon laquelle les fonctions de Premier ministre et de secrétaire exécutif du parti sont désormais confondues.Le 10, le président Mobutu reconduit dans ses fonctions le Premier […] Lire la suite

— Universalis