CONGO, fleuve et bassin

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Congo n'est pas l'un des plus longs fleuves du monde. Ses quelque 4 000 km le placent bien après l'Amazone, le Mississippi-Missouri, les grands fleuves sibériens et, en Afrique même, le Nil. Son débit est plus remarquable : 40 000 m3/s environ, ce qui le classe immédiatement après l'Amazone, créditée d'au moins 200 000 m3/s. La puissance des deux fleuves est le commun reflet du climat équatorial et subéquatorial qui apporte plus de 1 400 mm de précipitations annuelles sur la majeure partie des deux bassins. Le débit moindre du Congo s'explique principalement par un bassin plus réduit, quoique encore immense : 3 450 000 km2 contre 6 900 000 pour son homologue américain. Aucun fleuve enfin, le Nil mis à part, n'a excité au même point la curiosité des explorateurs et des anciens géographes, ni fait une aussi belle carrière dans la légende et la littérature.

Son nom même n'est pas neutre. Les navigateurs portugais le firent connaître à l'Europe sous une double dénomination : Congo, du nom des populations riveraines du bas fleuve et du royaume établi sur ces contrées ; Zaïre, déformation de nzadi qui signifie « eau » en kikongo. En 1971, jouant de cette ambiguïté, le président Mobutu substitua Zaïre à Congo pour désigner le fleuve, l'État et la monnaie, inaugurant ainsi sa politique d'« authenticité ». En 1997, Laurent Kabila s'empressa de rétablir le nom de Congo pour effacer symboliquement l'ère Mobutu.

Le fleuve Congo

Une énigme géographique tardivement éclaircie

Il ne semble pas qu'aux temps anciens les riverains et utilisateurs du Congo se soient beaucoup interrogés sur les origines et l'unité de ce fleuve, diversement dénommé dans les parties successives de son cours. Mais le problème a surgi dès l'arrivée du premier Européen : « En 1483, note l'historien Randles, le navigateur portugais Diogo Cao, en quête d'un passage reliant l'Atlantique à l'océan Indien, suit au prix de bien des difficultés et des pér [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
  • : maître de conférences à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  CONGO, fleuve et bassin  » est également traité dans :

FLEUVE CONGO. ARTS D'AFRIQUE CENTRALE (exposition)

  • Écrit par 
  • Michèle COQUET
  •  • 1 062 mots

Au sommet des marches conduisant à l'exposition Fleuve Congo. Arts d'Afrique centrale au musée du quai Branly à Paris (22 juin - 3 octobre 2010), le visiteur est accueilli par de grandes cartes. L'une, à dominante verte, figure la vaste aire géographique formée par les bassins des fleuves Ogooué et Congo. Sa couleur évoque la nature du couvert végétal présen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fleuve-congo-arts-d-afrique-centrale-exposition/#i_23334

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Anne FAURE-MURET
  •  • 18 698 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Bassin du Congo et Kalahari »  : […] Après la période du Karoo, au Jurassique, la région congolaise forme une vaste cuvette où s'accumulent des formations continentales. À la base se déposent des argilites rouges qui comportent à leur sommet des schistes bitumineux surmontés d'un niveau calcaire. Ces horizons ont fourni une faune de Poissons du Jurassique supérieur (Kimméridgien). Le calcaire et les Poissons qu'il contient évoquent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geologie/#i_23334

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Les eaux  »  : […] L' hydrologie africaine présente de très grands contrastes dans la répartition des ressources en eau opposant Afrique sèche et Afrique humide. Les cours d'eau, les lacs et les lignes de partage des eaux ont joué un rôle très important dans le tracé des frontières africaines. L'hydrographie a par ailleurs été abondamment sollicitée pour la dénomination des États et des circonscriptions administrat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_23334

BASSIN SÉDIMENTAIRE

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 4 690 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les types structuraux »  : […] Ces caractéristiques stratigraphiques, lithologiques et tectoniques s'associent pour réaliser des combinaisons de formes structurales variées définissant des types structuraux. Dans cette perspective, une séparation fondamentale s'établit entre les bassins sédimentaires selon l'âge des socles où il se localisent. Les bassins des socles hercyniens ne dépassent guère une dizaine de milliers de kilom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bassin-sedimentaire/#i_23334

BRAZZAVILLE

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 680 mots
  •  • 1 média

Capitale de la république du Congo, Brazzaville est située en bordure du Pool Malebo (ex-Stanley Pool), à l'amont des rapides de Kintambo, premiers d'une série de chutes et de rapides qui interdisent la navigation sur le cours inférieur du Congo. Elle partage avec Kinshasa une position stratégique de première importance au point de rupture de charge entre le réseau navigable du Congo et de ses a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brazzaville/#i_23334

CONGO RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU

  • Écrit par 
  • Jules GÉRARD-LIBOIS, 
  • Henri NICOLAÏ, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Benoît VERHAEGEN, 
  • Crawford YOUNG
  • , Universalis
  •  • 24 758 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Les aspects physiques »  : […] La structure physique isole de l'océan le centre du pays. Le bord occidental de la cuvette est suffisamment relevé pour imposer au fleuve Congo la traversée de hauts plateaux accidentés, où sa vallée en gorge s'encombre de violents rapides. De Kinshasa à Matadi, le fleuve cesse d'être navigable. Malgré sa façade maritime, la R.D.C. serait économiquement enclavé si, dès 1898, un chemin de fer n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-democratique-du-congo/#i_23334

CONGO RÉPUBLIQUE DU

  • Écrit par 
  • Philippe DECRAENE, 
  • Roland POURTIER, 
  • Patrick QUANTIN, 
  • Gilles SAUTTER
  •  • 12 267 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Un territoire sans unité »  : […] Le Congo couvre, de part et d'autre de l'équateur, un espace compris entre le fleuve Congo prolongé par son affluent l'Oubangui, frontaliers de la R.D.C., et la ligne de partage des eaux séparant les bassins du Congo et de l'Ogooué qui a servi à fixer la frontière avec le Gabon. La formation de son territoire renvoie à l'action de Pierre Savorgnan de Brazza et au traité signé avec le roi des Ba […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-du-congo/#i_23334

KINSHASA

  • Écrit par 
  • James Oladipo ADEJUWON, 
  • Dennis D. CORDELL, 
  • Janet MACGAFFEY, 
  • Wyatt MACGAFFEY
  • , Universalis
  •  • 1 756 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La population et les activités »  : […] La population de Kinshasa augmente lentement dans un premier temps, passant de 5 000 habitants en 1889 à 23 000 en 1923, mais croît rapidement à partir de 1940. Après 1950, la population double tous les cinq ans environ et, à la fin des années 2000, a atteint 10 millions d’habitants, dont une grande partie vivent dans les zones d'habitat spontané. La croissance démographique est essentiellement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kinshasa/#i_23334

KISANGANI

  • Écrit par 
  • Pierre VENNETIER
  •  • 256 mots
  •  • 1 média

Ville de la République démocratique du Congo, capitale de la vaste province Orientale, Kisangani portait à l'époque coloniale le nom de Stanleyville. Le poste militaire établi par Stanley sur un îlot, en 1877, est devenu une ville dont la population était estimée en 2004 à 685 000 habitants. Comme beaucoup d'agglomérations du bassin congolais, celle-ci est un port fluvial développé à un point de r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kisangani/#i_23334

STANLEY sir HENRY MORTON (1841-1904)

  • Écrit par 
  • Jean-Marcel CHAMPION
  •  • 827 mots
  •  • 2 médias

Journaliste et explorateur anglais, enfant naturel de John Rowlands et enregistré lui-même sous le nom de John Rowlands, il connaît une enfance malheureuse dans un work-house (1847-1856) d'où il s'enfuit, trouvant refuge chez divers parents avant de s'embarquer pour les États-Unis (1859). À La Nouvelle-Orléans, il fait la connaissance du négociant en coton Henry Stanley, qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-sir-henry-morton/#i_23334

TEKE ROYAUME

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 795 mots

Au cœur oublié de l'Afrique, le seul royaume équatorial de plaine, celui de l'U :Nko et de son peuple, sans être ignoré, reste peu connu, alors qu'il illustre un type de structure et d'histoire. Il n'y a, semble-t-il, qu'une seule grande savane en basse altitude, sous un climat équatorial (600 m) : celle des plateaux teke en grès éocènes, de 0 à 4 0 de latitude Sud entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-teke/#i_23334

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland POURTIER, Gilles SAUTTER, « CONGO, fleuve et bassin », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/congo-fleuve-et-bassin/