PSYCHOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les méthodes expérimentales

Que l'on puisse, pour étudier au moins certains aspects des phénomènes psychologiques, utiliser les procédures et les schémas conceptuels des sciences expérimentales, cela paraît aujourd'hui d'une telle évidence, et épistémologiquement si banal, qu'on a peine à comprendre pourquoi personne ne s'y est vraiment risqué avant la fin du xixe siècle. Descartes, qui s'intéressait beaucoup aux erreurs des sens, aurait pu examiner quelques-unes des illusions optico-géométriques qu'il connaissait bien, au lieu de tenir la question pour réglée par la Dioptrique et par une physiologie assez arbitraire. Quand il explique la recherche des souvenirs par les mouvements que la volonté imprime à la glande pinéale pour qu'elle explore « les pores du cerveau, par où les esprits [animaux] ont auparavant pris leurs cours » (Traité des passions, art. 42), il n'éprouve le besoin de fournir aucun fait à l'appui de cette interprétation fantaisiste – ou prophétique, comme en témoigne la théorie du frayage, qui ne sera formulée que deux siècles et demi plus tard. Que certaines « aversions étranges » viennent de traumatismes précoces, voire du fait que les enfants « ont compati au sentiment de leur mère qui en a été offensée étant grosse » (ibid. ; art. 136), cela lui paraît, deux siècles et plus avant Pavlov ou Freud, suffisamment clair et évident, « car il est certain qu'il y a du rapport entre tous les mouvements de la mère et ceux de l'enfant qui est en son ventre, en sorte que ce qui est contraire à l'un nuit à l'autre ». De la même façon, les empiristes anglais comme Locke ou Hume n'ont jamais fait la moindre expérience systématique sur l'association des idées, et c'est seulement vers 1830 que Broussais commence d'illustrer par de bien médiocres observations sur l'enfant (et encore beaucoup de spéculations) les idées de Condillac (1754) sur la formation de la pensée à partir des sensations. Une simple conversation avec quelques enfants de six ans aurait convaincu les rationalistes que l'axiome selon lequel « le tout est plus grand que la partie » n'est peut-être pas une idée innée. Kant n'y a pas songé, ni Herbart (1776-1841) qui croyait pourtant à la possibilité d'une psychologie scientifique fondée sur les mathématiques et sur l'expérience (Erfahrung, 1824-1825), et il a fallu attendre Piaget pour que le problème de l'entendement et des cadres de la représentation soit posé en termes psychologiques. Bref, la naissance d'une psychologie expérimentale n'a pu se faire qu'une fois surmontés de multiples obstacles, plus idéologiques que techniques en vérité : les rapports de l'âme et du corps, la comparabilité de l'animal et de l'homme, et sans doute devait-on se défaire d'abord de l'illusion que la pensée n'avait pas de meilleur juge qu'elle-même. À Wolff (1679-1754) qui avait suggéré la possibilité d'une psychologie empirique (1732) à côté de la psychologie philosophique, Kant réplique, un demi-siècle avant Comte, que nous ne pouvons, ni sur nous-mêmes ni sur autrui, expérimenter au sens propre et que l'« expérience intime » (l'auto-observation) modifie son objet ; plus de cent ans avant Husserl, Kant décrète de même qu'il ne saurait y avoir de science du moi-sujet (cognitif), puisqu'il est lui-même condition de toute science. Étranges arguments : aurait-on nié la physique sous prétexte que le physicien est soumis lui-même à ses lois ? Trois siècles durant, les meilleurs esprits ont admis l'idée d'une physiologie (qui ne sera d'ailleurs clairement fondée qu'entre 1830 et 1865 par Claude Bernard), mais ils ont ignoré ou récusé la possibilité d'une psychologie expérimentale. Apparemment, on se faisait une idée trop haute de l'esprit et une idée trop simple de l'observation le concernant et de ce qu'elle coûte. Pour se défaire de tels préjugés, il a fallu tout à la fois des investigations précises, faites d'abord sur des domaines très limités (la psychophysique, le conditionnement pavlovien) – investigations qui ont fourni simultanément des données et des méthodes généralisables –, et des prises de position théoriques, fort diverses il est vrai, mais qui ont permis l'élaboration de problématiques cohérentes : le béhaviorisme, la Gestalttheorie, l'épistémologie génétique de Piaget (on se reportera aux articles correspondants). Ces théories, quel qu'en so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 25 pages

Médias de l’article

Francis Galton

Francis Galton
Crédits : Bettmann/ Getty Images

photographie

Taux de réponses exactes

Taux de réponses exactes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Pourcentage de réponses entièrement exactes

Pourcentage de réponses entièrement exactes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  PSYCHOLOGIE  » est également traité dans :

PSYCHOLOGIE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • Serge NICOLAS
  •  • 4 965 mots
  •  • 2 médias

La psychologie a une longue histoire puisqu’on trouve déjà traités dans les textes de l’Antiquité, notamment chez Aristote, de nombreux thèmes majeurs de la discipline. Il est habituel de faire débuter l’histoire de la psychologie moderne avec René Descartes (1596-165 […] Lire la suite

ROBOTIQUE ET PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe GAUSSIER
  •  • 2 144 mots
  •  • 2 médias

La robotique et les sciences cognitives (psychologie, neurobiologie…) ont un passé commun qui remonte à la création de la cybernétique en 1947 par Norbert Wiener. La cybernétique s’intéresse à la régulation de systèmes complexes et à l’émergence de propriétés liées aux interactions d’un très grand no […] Lire la suite

ADDICTION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Joël BILLIEUX
  •  • 951 mots

La consommation de substances psychoactives (provoquant une altération du fonctionnement cérébral) est un problème majeur de santé publique et une des premières causes de mortalité sur un plan mondial. Différents types d’usages peuvent être identifiés : l’usage non problématique (contrôlé, récréatif) ; l’usage nocif, défini comme une utilisation excessive pouvant entraîner des conséquences négati […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Quoique n'ayant guère plus d'un siècle d'existence, et d'un usage aujourd'hui devenu courant, le terme d'« affectivité », de la même famille qu'« affect » ou « affection », est chargé d'une ambiguïté qui traverse les âges : impliquant plus ou moins une passivité qui échappe à la maîtrise de la raison, l'affectivité est, en tant que « lieu » ou « système » des affects, plus ou moins éloignée ou rap […] Lire la suite

ALEXITHYMIE

  • Écrit par 
  • Olivier LUMINET
  •  • 518 mots

L’alexithymie est un trait de personnalité stable qui se caractérise par une difficulté à identifier et à distinguer les états émotionnels, une difficulté à les verbaliser, une vie imaginaire réduite, et un mode de pensée tourné vers les aspects concrets de l’existence au détriment de leurs aspects affectifs (« pensée opératoire »). Ce trait est un peu plus marqué dans les cultures c […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « L'influence du chamanisme »  : […] Au début du vi e  siècle, l'ouverture de la mer Noire au commerce et à la colonisation grecques amena pour la première fois la civilisation hellénique au contact du chamanisme. On peut reconstituer la ligne d'une tradition spirituelle de chamanisme grec qui part de la Scythie et de la Thrace (Abaris, Aristée, Orphée), traverse l'Hellespont, arrive en Asie Mineure (Hermotime de Clazomènes), se comb […] Lire la suite

APPRENTISSAGE, psychologie

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H, 
  • Jean-François LE NY
  •  • 5 933 mots
  •  • 2 médias

Dans l'opposition souvent établie en matière d'activités psychologiques entre l' inné et l'acquis, l'importance accordée à ce dernier a souvent varié. Alors que le problème de l'apprentissage n'avait aucune place dans les premiers traités de psychologie et que les problèmes de l' habitude, entendue en un sens étroit, et de la mémoire n'y étaient envisagés que sous leur aspect subjectif, les inves […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

BADDELEY ALAN DAVID (1934- )

  • Écrit par 
  • Pierre BARROUILLET
  •  • 434 mots

Alan David Baddeley est un psychologue britannique né en 1934. Ayant soutenu une thèse de doctorat en 1962 à l’université de Cambridge, il a dirigé pendant plus de vingt ans, de 1974 à 1995, l’unité de psychologie appliquée du Medical Research Council de Cambridge, avant d’occuper un poste de professeur à l’université de Bristol. Il est depuis 2003 professeur à l’université de York. Spécialiste d […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cognitivisme »  : […] Le cognitivisme conçoit la cognition comme un calcul sur des représentations internes ou mentales : un organisme, ou système cognitif, agit intelligemment dans son environnement en en formant des représentations (partielles, modèles des aspects pertinents eu égard à la tâche en cours) et en les modifiant, compte tenu de ses croyances et de ses désirs (ou des buts qui lui sont ou qu'il s'est assig […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4 septembre - 6 octobre 2018 États-Unis. Accusations portées contre le candidat à la Cour suprême Brett Kavanaugh.

Il s’agit de Christine Blasey Ford, professeure de psychologie à l’université de Palo Alto (Californie). Le 27, Christine Blasey Ford et Brett Kavanaugh sont entendus par la commission sénatoriale. Le 28, la commission des Affaires juridiques rend un avis favorable à la nomination de Brett Kavanaugh. Le 6 octobre, à la suite du rapport favorable rendu par le FBI le 3, le Sénat confirme, par 50 voix contre 48, la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême. […] Lire la suite

6-14 janvier 1983 France. Polémiques autour des projets de réforme de l'enseignement

Les professeurs ne seront plus formés à une discipline mais à une « famille de disciplines » ainsi qu'à la psychologie, à la sociologie et à la communication. Les syndicats enseignants expriment une satisfaction quasi générale mais l'opposition dénonce violemment ce projet dont Alain Savary annoncera, le 1er février, qu'il a décidé de retenir plusieurs propositions. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GRÉCO, « PSYCHOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie/