WIENER NORBERT (1894-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dire que Wiener est le père de la cybernétique ou qu'il est le « philosophe de l'automation » signifie qu'il a élaboré, dans le cadre initial de la théorie de la communication, des méthodes mathématiques qui ont permis de traiter de manière semblable de vastes classes d'objets. En Wiener, il ne faut pas voir que le savant ; il est important de souligner la qualité exceptionnelle de l'homme dans ses déclarations et son comportement : si Wiener a travaillé avec l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, il est, à l'encontre de beaucoup d'autres scientifiques, resté très lucide devant les dangers d'une telle collaboration qu'il a dénoncés en des termes violents.

Éléments biographiques

Norbert Wiener est né à Columbia (Missouri) le 26 novembre 1894. Enfant prodige, il étudie les mathématiques en même temps que la philosophie et la biologie et soutient, à dix-huit ans, une thèse de logique mathématique à l'université Harvard. Lors d'un voyage en Europe avec sa famille, en 1913-1914, il est à Cambridge l'élève de Russell qui aura sur lui une grande influence.

De retour aux États-Unis, il est nommé, en 1919, professeur au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) où il enseignera jusqu'en 1960. Il meurt à Stockholm le 18 mars 1964.

Wiener a écrit sa biographie dans deux ouvrages dont les titres sont d'une ironie un peu grinçante : Ex-Prodigy : My Childhood and Youth et I Am a Mathematician. The Later Life of a Prodigy.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  WIENER NORBERT (1894-1964)  » est également traité dans :

NORMÉES ALGÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc SAUVAGEOT, 
  • René SPECTOR
  •  • 4 735 mots

Dans le chapitre « Le calcul fonctionnel holomorphe »  : […] Soit A une algèbre normée commutative unitaire et a un élément de A ; appelons σ( a ) le spectre de a , ensemble des nombres complexes qui sont les valeurs prises par ∧ a , transformée de Gelfand de a . Si f est une fonction continue à valeurs complexes définie sur σ( a ), on peut considérer la fonction composée f  ∘ ∧ a et se demander s'il existe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algebres-normees/#i_11965

POTENTIEL THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Arnaud de la PRADELLE
  •  • 6 343 mots

Dans le chapitre « Problème de Dirichlet généralisé et effilement »  : […] Soit ω un ouvert borné et f une donnée frontière (finie ou non). On considère la famille Φ des fonctions hyperharmoniques v telles que : pour tout y  ∈ ∂ω, cette limite inférieure étant >  − ∞ partout sur ∂ω. On définit : on a alors : et H̄ f ( x ) est une fonction positivement homogène et sous-additive de f . Si on a −H f = H̄ f  = H f , on d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-du-potentiel/#i_11965

PREMIERS ORDINATEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 106 mots

1904 Le Britannique John Ambrose Fleming invente la diode, premier tube à vide comportant deux électrodes, qui permet de capter et de redresser un signal radio. 1906 L'Américain Lee De Forest invente la triode, tube à vide à trois électrodes, qui permet d'amplifier un faible courant électrique. Les tubes ou « lampes » de De Forest et de Fleming c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-ordinateurs-reperes-chronologiques/#i_11965

ROBOTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 709 mots

ii e  siècle avant J.-C. Héron d'Alexandrie, dans son traité sur les Automates , décrit de nombreux appareils utilisant cames, leviers et contrepoids, qui constituent à la fois des divertissements et des exploits mécaniques pour les techniciens de l'Antiquité hellénistique. 1725-1734 Basile Bouchon et Jean-Baptiste Falcon mettent au point, pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robotique-reperes-chronologiques/#i_11965

SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre KAHANE
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les séries trigonométriques aléatoires »  : […] Les séries trigonométriques aléatoires sont des séries de la forme (1), où les a n et les b n représentent des variables aléatoires ; le cas le plus simple est : (variables aléatoires de Rademacher indépendantes) ; un autre cas important est : où les X n et Y n sont des variables aléatoires gaussiennes centrées, normalisées et indépendantes. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/series-trigonometriques/#i_11965

STOCHASTIQUES PROCESSUS ou PROCESSUS ALÉATOIRES

  • Écrit par 
  • Maurice GIRAULT
  •  • 4 900 mots

Dans le chapitre « Processus de Wiener-Lévy ou fonction du mouvement brownien linéaire »  : […] Supposons qu'une particule puisse se déplacer sur un axe O x . À chaque instant, elle reçoit une légère impulsion dans l'un ou l'autre sens avec des probabilités égales. Pour atteindre un schéma continu, on doit procéder par passage à la limite d'une suite de processus discrets. Entre les dates  t et t  + 1/ n , la particule subit un déplacement a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stochastiques-processus-aleatoires/#i_11965

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « WIENER NORBERT - (1894-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/norbert-wiener/