PLAGIAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plagiat à l’ère du marketing éditorial

Quérard et Balzac dénonçaient dès le xixe siècle le négoce dont le livre faisait l’objet ; les moyens de publicité et de diffusion – et les profits s’y rapportant – n’avaient pourtant pas encore atteint les niveaux actuels et justifié le recours de plus en plus fréquent à la délégation d’écriture, au détournement de manuscrit, à la rémunération mirifique d’auteurs à gros tirages. À l’ère de la productivité et du marketing, les enjeux financiers dépassent souvent les questions d’éthique dans les domaines de la création artistique. La chanson est particulièrement touchée par ce phénomène. En voici un exemple mémorable. Feelings, succès planétaire interprété en 1974 par Morris Albert qui s’en prétendait l’auteur, était en réalité un plagiat de la chanson de Loulou Gasté, Pour toi, composée en 1956. Celui-ci parvint à faire reconnaître la contrefaçon par les tribunaux américains en 1987, après six ans de procédure.

Dans le domaine de l’édition, rien n’est négligé pour imposer un auteur sur le marché : médiatisation, course aux prix littéraires, pressions sur les jurés ou sur les critiques autorisés qui décident de la consécration d’un auteur, rachats d’auteurs entre maisons d’édition, appels à des collaborateurs pour finaliser rapidement des ouvrages en phase avec l’actualité, l’air du temps et des modes de lecture de plus en plus fractionnés.

Ces pratiques éditoriales contestables et les cas d’éditeurs piégés par leurs auteurs se sont intensifiés dès les années 1980, marquées par une brusque accélération des accusations de plagiat et, surtout, par des recours devant les tribunaux de plus en plus fréquents. Le nouveau millénaire, dès 2001, a vu augmenter les assignations pour contrefaçon d’œuvres littéraires : le roman de Chimo Lila dit ça (1996) ; la biographie d’Alain Minc Spinoza, un rom [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAGIAT  » est également traité dans :

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Années 1980 : productivité et refonte du concept »  : […] Les années 1979-1982, particulièrement riches en nouvelles publications, témoignent de l'entrée du concept d'intertextualité dans sa phase de maturité. Les travaux de Michaël Riffaterre ( La Production du texte , Seuil, 1979 ; « La Syllepse intertextuelle », in Poétique , n o  40, Seuil, nov. 1979 ; « La Trace de l'intertexte », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-intertextualite/#i_95997

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « « Les Chants de Maldoror » »  : […] Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant ) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lautreamont/#i_95997

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des influences avouées »  : […] Jean-Sébastien Bach n'hésitait pas à publier sous son nom des transcriptions de concertos de Vivaldi. De même, l'œuvre littéraire n'était pas autrefois considérée comme une chasse gardée (d'où les problèmes d'attribution parfois si difficiles pour les pièces du théâtre élisabéthain ou du théâtre espagnol du Siècle d'or). L'influence a donc pu aller parfois jusqu'au plagiat. Lesage en a été maint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_95997

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « Les enjeux d'une pratique »  : […] Le terme générique de « parodie » recoupe donc en réalité des pratiques sensiblement différentes, aux motivations et aux enjeux également divers. Il s'agit d'abord d'un exercice de virtuosité purement formel, où le Moi personnel n'est en principe nullement engagé. D'autre part, le rire ou le sourire du lecteur est l'objectif avoué de tout parodiste et de tout pasticheur, même s'il existe plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-art-et-litterature/#i_95997

PASTICHE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

La pratique du pastiche, genre imitatif relevant de l'activité artistique « au second degré » (G. Genette), remonte aussi loin que la création d'œuvres originales, bien que le mot lui-même n'apparaisse dans le vocabulaire de la peinture qu'au xvii e siècle. Considéré comme genre « mineur », car il est attaché à son original comme la Lune l'est à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastiche-genre-litteraire/#i_95997

Pour citer l’article

Hélène MAUREL-INDART, « PLAGIAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/