PLAGIAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Plagiat, parodie, pastiche

Le plagiat est une notion aux frontières d’autres formes d’intertextualité, définie par Gérard Genette comme « présence effective d’un texte dans un autre ». Il ne se distingue d’autres types de réécriture qu’à condition de procéder, pour chaque cas d’espèce, à une analyse précise de la signature d’auteur, du mode de fabrication de l’œuvre et des intentions qui l’ont suscitée.

Le plagiat se démarque nettement de la parodie, qui exacerbe la dimension comique liée à l’outrance des transformations textuelles et aux effets de caricature. Mais le plagiaire est quelquefois tenté de l’invoquer comme alibi en prenant prétexte des similitudes avec le modèle. L’argument, malgré les fortes réticences de la doctrine, a été invoqué avec succès devant les juges (arrêt de la cour d’appel de Versailles du 15 décembre 1993) qui ont finalement donné gain de cause à Régine Deforges, auteur de La Bicyclette bleue. Les ayants droit de Margaret Mitchell l’avaient assignée pour contrefaçon du roman Autant en emporte le vent.

Le plagiat diffère également du pastiche. Contrairement au pasticheur qui exhibe les caractéristiques stylistiques du modèle, le plagiaire prend soin, par un démarquage habile, de cacher son larcin et de faire oublier sa source. Pourtant, combien de plagiats déguisés ont pris prétexte du pastiche pour se justifier, alors que l’intention en est si différente ? La preuve en est que le plagiaire usurpe la signature, tandis que le pasticheur signale au lecteur qu’il s’agit bien d’un jeu d’imitation et qu’il n’a l’intention ni de voler l’œuvre, comme le fait le plagiaire, ni de voler la signature, comme le fait le faussaire. De fait, le pasticheur appose à son œuvre de pure imitation sa propre signature dans la mention « à la manière de ». Le pasticheur n’est pas un tricheur, mais un joueur.

Le plagiat se distingue aussi du faux, qui procède à l’inverse : le faussaire imite fidèlement les caractéristiques stylistiques de l’œuvre d’un autre dont il dérobe la signature, tandis que le plagiaire maquille [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLAGIAT  » est également traité dans :

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Années 1980 : productivité et refonte du concept »  : […] Les années 1979-1982, particulièrement riches en nouvelles publications, témoignent de l'entrée du concept d'intertextualité dans sa phase de maturité. Les travaux de Michaël Riffaterre ( La Production du texte , Seuil, 1979 ; « La Syllepse intertextuelle », in Poétique , n o  40, Seuil, nov. 1979 ; « La Trace de l'intertexte », […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-intertextualite/#i_95997

LAUTRÉAMONT ISIDORE DUCASSE dit COMTE DE (1846-1870)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 3 193 mots

Dans le chapitre « « Les Chants de Maldoror » »  : […] Les Chants de Maldoror obéissent à une structure à laquelle l'auteur s'est employé à rester fidèle, malgré l'évidente évolution dont témoigne leur contenu. La publication de 1868 (le seul premier Chant ) présentait, en effet, certaines parties dialoguées avec indications scéniques qui furent supprimées par la suite. Elles portent l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lautreamont/#i_95997

LITTÉRATURE - La littérature comparée

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 11 123 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des influences avouées »  : […] Jean-Sébastien Bach n'hésitait pas à publier sous son nom des transcriptions de concertos de Vivaldi. De même, l'œuvre littéraire n'était pas autrefois considérée comme une chasse gardée (d'où les problèmes d'attribution parfois si difficiles pour les pièces du théâtre élisabéthain ou du théâtre espagnol du Siècle d'or). L'influence a donc pu aller parfois jusqu'au plagiat. Lesage en a été maint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-la-litterature-comparee/#i_95997

PARODIE, art et littérature

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 231 mots

Dans le chapitre « Les enjeux d'une pratique »  : […] Le terme générique de « parodie » recoupe donc en réalité des pratiques sensiblement différentes, aux motivations et aux enjeux également divers. Il s'agit d'abord d'un exercice de virtuosité purement formel, où le Moi personnel n'est en principe nullement engagé. D'autre part, le rire ou le sourire du lecteur est l'objectif avoué de tout parodiste et de tout pasticheur, même s'il existe plusieurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parodie-art-et-litterature/#i_95997

PASTICHE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

La pratique du pastiche, genre imitatif relevant de l'activité artistique « au second degré » (G. Genette), remonte aussi loin que la création d'œuvres originales, bien que le mot lui-même n'apparaisse dans le vocabulaire de la peinture qu'au xvii e siècle. Considéré comme genre « mineur », car il est attaché à son original comme la Lune l'est à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pastiche-genre-litteraire/#i_95997

Voir aussi

Pour citer l’article

Hélène MAUREL-INDART, « PLAGIAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/plagiat/