PHOTOGRAPHIEProcédés argentiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les procédés argentiques reposent sur l'exploitation de la photosensibilité de trois halogénures d'argent : le bromure, le chlorure et l'iodure d'argent. Ces trois composés ont accompagné l'évolution de la photographie depuis son invention. Impliqués dans la plupart des techniques développées au cours du xixe siècle (daguerréotype, calotype, négatif sur verre au collodion, plaques sèches au gélatinobromure d'argent...), ils restent encore employés aujourd'hui dans la formulation des procédés argentiques de prise de vue et de tirage. Au cours des deux dernières décennies du xxe siècle, des améliorations significatives ont été apportées en termes de structure des images, de sensibilité, de chromatisation, de rendu des couleurs, ou encore en ce qui concerne la standardisation des traitements et la prise en compte des données écotoxicologiques. Parmi les programmes de recherches qui ont permis ces avancées, ceux qui se rapportent à l'amélioration de la photosensibilité des systèmes occupent une place privilégiée. Au-delà des aspects strictement photographiques qui déterminent la qualité des images, cette amélioration rend possible une meilleure gestion des ressources stratégiques en métal argentique. Par ailleurs, les gains obtenus dans ce domaine favorisent une diminution de la taille des films de prise de vue qui, à elle seule, pourrait illustrer l'évolution des pratiques photographiques et des images qui en sont le produit.

Procédé argentique

Dessin : Procédé argentique

Alors qu'il suffit d'une quantité d'énergie minime pour impressionner la surface sensible (a), il faut une quantité d'énergie infiniment plus grande pour transformer par le développement l'image latente en image visible. Cette énergie est apportée par le révélateur (b). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les résultats obtenus à ce jour laissent présager, pour les années à venir, un développement potentiel significatif de techniques argentiques permettant d'associer un haut niveau qualitatif avec des coûts de production compétitifs. Au-delà des aspects purement techniques ou scientifiques, c'est certainement l'évolution des marchés, dans les pays occidentaux mais également dans les pays émergents (Chine, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud...), qui déterminera ce développement.

Deux familles de procédés

D'un point de vue photochimique, les systèmes argentiques peuvent être regroupés selon deux familles : les procédés à noircissement direct et les procédés à développement.

Dans les procédés à noircissement direct (également appelés procédés à image apparente), l'image définitive est constituée d'argent produit par la décomposition directe du chlorure d'argent sous l'action de la lumière (argent photolytique). Elle apparaît pendant le processus d'insolation et sa densité générale est ajustée, en temps réel, par l'adaptation du temps d'exposition. La faible sensibilité de ces procédés les destine à la production d'épreuves. Les systèmes à noircissement direct ont occupé une place prépondérante parmi les techniques de tirage employées au xixe siècle (papier salé, papier albuminé, aristotypes à la gélatine et au collodion). Ils peuvent encore être utilisés aujourd'hui par des photographes qui remettent en œuvre des techniques historiques afin d'obtenir des caractéristiques de rendu originales (techniques alternatives).

Les procédés à développement, introduits avec le daguerréotype et le calotype, se généralisent à partir de la mise au point de la technique au gélatinobromure d'argent en 1871. La couche photographique est toujours composée d'halogénures d'argent, mais ces derniers forment une suspension dans un liant à base de gélatine. La lumière absorbée par les cristaux d'halogénures d'argent, lors de l'insolation, provoque la formation localisée de germes d'images latentes constitués d'argent métallique produit par photolyse. Mais, à la différence des procédés à noircissement direct, cet enregistrement ne peut pas être exploité car il se situe à une échelle atomique. Il est donc nécessaire de procéder, dans un second temps, à un processus d'amplification de cette image latente afin de la rendre perceptible. Cette opération est assurée par le révélateur, dont l'action réductrice sélective est catalysée par la présence d'argent photolytique. À l'instar des systèmes à noircissement direct, il faut également procéder à un fixage suivi d'un lavage pour éliminer les halogénures d'argent résiduels.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Procédé argentique

Procédé argentique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie argentique : papier baryté

Photographie argentique : papier baryté
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie argentique : papier RC-PE

Photographie argentique : papier RC-PE
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Photographie argentique : coupe d'un film négatif noir et blanc (ISO 400)

Photographie argentique : coupe d'un film négatif noir et blanc (ISO 400)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHOTOGRAPHIE  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 276 mots
  •  • 3 médias

La chronologie du processus d'invention de la photographie est antérieure de plusieurs siècles à sa période de divulgation. C'est grâce aux avancées significatives de l'optique et de la photochimie, en particulier aux xviie et xviiie siècles, que l'élaboration d […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Procédés de prise de vue numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 6 044 mots
  •  • 19 médias

Les appareils photographiques numériques ne sont que des clones électroniques des appareils argentiques (tabl. l). Le film et la plupart des éléments mécaniques de ces derniers sont remplacés par des éléments électroniques de plus en plus sophistiqués. L'image, obtenue sous forme d'un signal analogique, est « développée » et « traitée » immédiatement par un ordinateur embarqué dans l'appareil. Cet […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Sensitométrie

  • Écrit par 
  • Bernard LEBLANC
  •  • 8 500 mots
  •  • 4 médias

Une fois passé l'émerveillement d'avoir enfin obtenu les premières photographies, les pionniers entreprirent immédiatement des recherches et des investigations afin d'améliorer les procédés. Une problématique s'imposa d'abord à tous : l'assurance d'obtenir des images correctement exposées. La chose ne devint réaliste qu'avec l'apparition des plaques « sèches » et des films industriels. Les premier […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques argentiques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 7 715 mots
  •  • 12 médias

L'appareil photographique est bien plus qu'un simple outil, comme peut l'être le pinceau du peintre. Dans une certaine mesure, il conditionne la réalisation de l'œuvre photographique. Les progrès technologiques ont ouvert la voie à la réalisation de certaines images que l'on aurait jugées naguère impossibles. L'histoire de la photographie est étroitement liée à l' […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Appareils photographiques numériques

  • Écrit par 
  • Maxime CHAMPION
  •  • 2 137 mots
  •  • 3 médias

Apparus massivement au début des années 1990, les appareils photographiques numériques ne sont pas de prime abord très différents de leurs homologues qui utilisent du film (cf. Appareils photographiques argentiques 1. Principe). Ce qui change est le support de récupération de l'information, et avec lui tout ce qui concerne le traitement du signal et le stockage de l'information sous forme de fichi […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Optique photographique

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 3 542 mots
  •  • 7 médias

Le principe d'enregistrement d'une image suppose non seulement une surface sensible mais également un système optique nommé objectif. Ce dernier, en fonction de ses caractéristiques intrinsèques, modifie la taille de l'image ainsi que le champ enregistré, c'est-à-dire l'espace photographié.On distingue classiquement les paramètres quantitatifs d'un ob […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Objectifs photographiques

  • Écrit par 
  • Pascal MARTIN
  •  • 5 509 mots
  •  • 10 médias

Pour obtenir une image, quel que soit son mode d'enregistrement (fixe ou animée) ou sa nature (argentique, analogique, numérique), un dispositif opto-mécanique est indispensable : c'est l'objectif. Constitué d'une lentille (appareils prêt-à-photographier) ou – dans la plupart des cas – de plusieurs, celui-ci permet de transposer un objet en trois dime […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement argentique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 3 727 mots
  •  • 8 médias

Il existe deux marchés bien séparés de la photographie : le marché des photographes amateurs et le marché des photographes professionnels. Les laboratoires, couvrant en partie ou en totalité ces deux marchés, sont utilisateurs depuis de nombreuses années d'équipements, le plus souvent hybrides analogiques-numériques, qui leur permettent de développer les films et d'effectuer des tirages, en corrig […] Lire la suite

PHOTOGRAPHIE - Matériels de traitement numérique

  • Écrit par 
  • André CHABANETTE
  •  • 4 463 mots
  •  • 11 médias

Les matériels de traitement pré-numérique des images sont apparus avec le premier appareil photographique vidéo-analogique, le Mavica, présenté par Sony en 1981. Cet appareil, considéré à tort comme le premier appareil photographique numérique, était muni d'un capteur CCD (charge coupled device) et enregistrait des images analogiques (et non pas encore numériques) sur un nouvea […] Lire la suite

ALINARI LES

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 1 435 mots
  •  • 2 médias

La révolution du regard et de l'imaginaire engendrée au xix e  siècle par l'invention de la photographie, trouve une illustration éclatante dans l'aventure de la dynastie Alinari. Fondé entre 1852 et 1954, à Florence, l'atelier Alinari constitue un trésor que les historiens de l'art connaissent bien et auquel d'aucuns, parmi les plus grands, apportèrent leur collaboration : John Ruskin, Bernard Be […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul GANDOLFO, « PHOTOGRAPHIE - Procédés argentiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-procedes-argentiques/