CALOTYPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Atelier de William Henry Fox Talbot

Atelier de William Henry Fox Talbot
Crédits : Hulton Getty

photographie

Pêcheur de Newhaven et trois enfants, Hill et Adamson

Pêcheur de Newhaven et trois enfants, Hill et Adamson
Crédits : David Octavius Hill/ Getty Images

photographie

Le Brick, G. Le Gray

Le Brick, G. Le Gray
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le calotype (du grec kalos, beau) est le nom forgé par W. H. F. Talbot pour désigner le procédé de photographie sur papier qu'il achève de mettre au point en 1840. Talbot en découvre le principe fondamental — le système négatif-positif toujours actuel — en 1835, bien avant que Daguerre ne fasse connaître, quatre ans plus tard, le procédé de photographie sur cuivre qui porte son nom, le daguerréotype. C'est l'annonce officielle de cette invention qui encourage Talbot à reprendre ses recherches, à les mener à bien et à prendre un brevet à Londres en 1841. À la suite des progrès qui sont apportés au procédé, en France principalement, le terme désigne plus généralement une technique de photographie caractérisée par l'élaboration d'un négatif sur papier. Contemporain du daguerréotype, le calotype reste en usage longtemps après l'abandon de la plaque daguerrienne, et ce malgré l'apparition, en 1851, de la photographie au collodion sur verre. On trouve donc, sous l'appellation globale de calotype, différents procédés : le procédé originel de Talbot, celui découvert par Hippolyte Bayard en 1839, celui que Louis-Désiré Blanquart-Évrard présente à l'Académie des sciences en 1847 et qui améliore le procédé de Talbot, et enfin la technique dite du « papier ciré » inventée par Gustave Le Gray en 1851.

Atelier de William Henry Fox Talbot

Atelier de William Henry Fox Talbot

Photographie

En 1839, le Britannique William Henry Fox Talbot installe à Reading un atelier de photographie dont les activités commerciales se partagent entre la reproduction et le portrait. Il est aussi destiné à réaliser les tirages sur papier salé devant figurer dans The Pencil of Nature, premier livre... 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Par rapport au daguerréotype qui produit une image unique sur support métallique, le calotype présente deux avantages majeurs : il est reproductible et son support en papier lui permet d'être facilement introduit dans un livre. Dès 1842, Talbot publie le premier livre illustré par la photographie, The Pencil of Nature, ouvrage comportant vingt-quatre calotypes originaux accompagnés d'un texte. Outre l'intérêt de la reproductibilité, les calotypistes reconnurent au procédé d'autres avantages : sa facilité de manipulation, son moindre coût (nettement inférieur au daguerréotype) et la qualité particulière [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

Classification


Autres références

«  CALOTYPE  » est également traité dans :

ADAMSON ROBERT (1821-1848)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots

Photographe écossais né en 1821, à Berunside, mort en janvier 1848, à Saint Andrews (Écosse), Robert Adamson collabore avec David Octavius Hill (1802-1870) pour réaliser l'un des plus grands portraits photographiques du xix e  siècle. Jeune chimiste, Robert Adamson ouvre le premier studio de photographie d'Édimbourg. Il expérimente le calotype, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-adamson/#i_93231

BLANQUART-EVRARD LOUIS-DÉSIRÉ (1802-1872)

  • Écrit par 
  • Laure BOYER
  •  • 804 mots

Chimiste et négociant en drap, Louis-Désiré Blanquart-Evrard est l'un des personnages clés des débuts de la photographie. Il joua un rôle déterminant dans le développement du calotype en France et dans la diffusion des premiers albums photographiques. Louis-Désiré Blanquart-Evrard est né à Lille en 1802. Pratiquant lui-même la photographie, il améliore en 1847 le procédé inventé par Talbot – le ca […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-desire-blanquart-evrard/#i_93231

GUSTAVE LE GRAY, PHOTOGRAPHE (exposition)

  • Écrit par 
  • Michel POIVERT
  •  • 908 mots

Figure emblématique du succès remporté par la photographie ancienne à la fin du xx e  siècle, Gustave Le Gray (1820-1884) est un phénomène culturel. Réalisée dans le contexte de l'érudition américaine des années 1980, la première rétrospective de l'œuvre de ce « primitif » de la photographie (Art Institute de Chicago, 1987) témoignait de l'engoue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-le-gray-photographe/#i_93231

HILL DAVID OCTAVIUS (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 930 mots
  •  • 1 média

Peintre de paysages à l'origine, David Octavius Hill est surtout connu pour son œuvre de photographe, qu'il entreprit en collaboration avec le calotypiste Robert Adamson (1821-1848). Originaire de Perth, en Écosse, et issu d'une famille nombreuse vivant de l'édition, Hill entreprend des études de dessin à Édimbourg, où il s'initie notamment aux nouvelles méthodes d'impression en lithographie. À l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-octavius-hill/#i_93231

LE GRAY GUSTAVE (1820-1884)

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 539 mots
  •  • 1 média

Gustave Le Gray compte parmi ces auteurs pionniers dont l'œuvre et l'influence sont unanimement reconnues par les histoires de la photographie, mais dont la biographie et la psychologie restent encore, à bien des égards, mystérieuses. Baudelaire aurait-il rangé Gustave Le Gray, cet ancien élève de Paul Delaroche, parmi les « peintres manqués, trop mal doués » qui auraient trouvé refuge dans l'indu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-le-gray/#i_93231

LE SECQ HENRI (1818-1882)

  • Écrit par 
  • Elvire PEREGO
  •  • 524 mots

C'est à l'automne de 1986 que la bibliothèque des Arts décoratifs de Paris rendit hommage à l'un des premiers calotypistes français : Jean-Louis Henri Le Secq des Tournelles, plus connu sous le nom de Henri Le Secq. Grâce à l'exposition du fonds de son atelier, conservé à la bibliothèque, et au livre-catalogue, dû à l'historienne américaine Eugenia P. Janis, on en connaît désormais l'œuvre — jusqu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-le-secq/#i_93231

L'IMAGE RÉVÉLÉE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 008 mots

Le titre de l'exposition, L'Image révélée. Premières photographies sur papier en Grande-Bretagne (1840-1860) , présentée au musée d'Orsay du 27 mai au 7 septembre 2008 est aussi ambigu qu'il est évocateur. S'agissant de la photographie, et plus précisément de son histoire, le rapprochement avec le procédé du révélateur, auquel on associe l'image mécanique et chimique, joue s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-image-revelee/#i_93231

PHOTOGRAPHIE - Histoire des procédés photographiques

  • Écrit par 
  • Jean-Paul GANDOLFO
  •  • 7 275 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le calotype »  : […] La Grande-Bretagne, pôle éminent de la créativité scientifique et technique en ce début de xix e  siècle et berceau du nouvel âge industriel, exerce un rôle majeur dans le processus d'invention de la photographie. Parallèlement aux travaux menés en France, le Britannique William Henry Fox Talbot, mathématicien, philologue et adepte de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-histoire-des-procedes-photographiques/#i_93231

PHOTOGRAPHIE (art) - L'académisme

  • Écrit par 
  • Marc-Emmanuel MÉLON
  •  • 2 214 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'héritage de la peinture »  : […] La plupart des photographes travaillant en France sous le second Empire sont d'anciens peintres ayant étudié dans les ateliers de Léon-Jean Gérôme, Paul Delaroche et même Ingres. Parmi eux, Gustave Le Gray, Henri Le Secq, Charles Marville et Charles Nègre ont réussi avec subtilité à nourrir leur photographie au contact de la peinture. Mais la grande majorité de leurs pairs, artistes ratés reconver […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-l-academisme/#i_93231

TALBOT WILLIAM HENRY FOX (1800-1877)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 1 534 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La concurrence et le succès »  : […] Talbot persévère dans l'amélioration de son procédé auquel il donne en 1839 un prolongement commercial en ouvrant, à Reading, un atelier de reproduction. En 1840, grâce à un papier au bromure d'argent assez sensible pour se contenter de quelques secondes d'exposition et dont le noircissement définitif est obtenu a posteriori par l'immersion dans un bain révélateur, Talbot parvient à fixer des imag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-henry-fox-talbot/#i_93231

Pour citer l’article

Marc-Emmanuel MÉLON, « CALOTYPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/calotype/