ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur
Crédits : CEAlex/ D.R.

photographie

Statue de Riace

Statue de Riace
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini

photographie

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [1]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]

Assemblages des coques antiques (Madrague de Giens) [2]
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


L'archéologie sous-marine est une branche de l'archéologie générale : les buts et les principes des fouilles sous-marines ne sont pas différents de ceux des fouilles terrestres. Mais les conditions de travail en milieu subaquatique amènent à définir des techniques propres à l'archéologie sous-marine, de même que la nature des sites découverts conduit les archéologues à approfondir l'étude de domaines neufs ou peu exploités.

Jean-Yves Empereur

Jean-Yves Empereur

Photographie

Spécialiste de la fouille sous-marine, Jean-Yves Empereur a permis de redessiner le visage de l'Alexandrie antique. On le voit ici en exploration dans la rade qui se trouve au pied de la citadelle de Qaïtbay, là même où fut construit le phare d'Alexandrie. 

Crédits : CEAlex/ D.R.

Afficher

Une fouille sous-marine demande des moyens beaucoup plus considérables et un personnel plus qualifié qu'une fouille terrestre. Elle est plus lente et plus coûteuse. Mais elle permet de recueillir des renseignements que l'archéologie terrestre ne fournit que très rarement. Ainsi, une épave comprend un ensemble de matériels (cargaison, objets d'usage courant à bord, agrès, coque) en synchronisme parfait, alors que dans une fouille terrestre un niveau recouvre presque toujours une durée de plusieurs années. Les documents écrits ou figurés concernant la construction navale dans l'Antiquité sont rares et insuffisants ; la restitution d'une coque de navire antique apporte donc à l'histoire de l'architecture navale et des techniques de navigation des données entièrement originales. Si l'on exclut quelques cas particuliers, l'étude des ports antiques ne peut être menée à bien qu'à partir de vestiges immergés. Enfin, l'étude des cargaisons apporte des éléments entièrement neufs à l'histoire économique.

Ces recherches ne mènent aux résultats historiques espérés qu'à la condition d'être conduites avec une rigueur égale à celle qui est requise sur les chantiers habituels. On ne peut considérer comme une véritable fouille sous-marine un simple travail de récupération d'objets au fond de la mer. La première tâche de l'archéologue qui fouille une épave est de conserver, grâce à une série de documents graphiques et photographiques, une image exacte du site qu'il aura exploré et, par la force des choses, détruit du même coup. Ces documents permettent ensuite de reconstituer les relations réciproques de chaque objet et d'éclairer une fouille déterminée par sa comp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE  » est également traité dans :

ÉGYPTE ANTIQUE (Histoire) - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean LECLANT
  •  • 9 477 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les époques tardives »  : […] De l'autre côté du ravin, le même banc rocheux comporte un autre grand tombeau, celui de Bakenrenêf (Bocchoris), vizir de Psammétique I er , le premier souverain (664-610 av. J.-C.) de la dynastie saïte ; le décor, fort beau, a conservé une partie de sa polychromie éclatante. Des travaux importants y ont été menés par le professeur Edda Bresciani, dirigeant une mission de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/egypte-antique-histoire-l-archeologie/#i_53016

EMPEREUR JEAN-YVES (1952- )

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 041 mots
  •  • 1 média

Archéologue helléniste qui s'est spécialisé dans les fouilles subaquatiques auprès des précurseurs français André Tchernia et Patrice Pomey, Jean-Yves Empereur s'est fait connaître du grand public lors des fouilles du phare d'Alexandrie. On se souvient notamment des images montrant le face-à-face entre un plongeur sous-marin et un sphinx pharaonique. Né au Mans en 1952, Jean-Yves Empereur acquiert […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-yves-empereur/#i_53016

LA GLOIRE D'ALEXANDRIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Olivier PICARD
  •  • 1 395 mots

L'exposition La Gloire d'Alexandrie a mis, du 7 mai au 26 juillet 1998, Paris à l'heure de la métropole de l'Égypte gréco-romaine. Des objets spectaculaires, comme la statue colossale d'un roi Ptolémée, reconstituée à partir d'éléments trouvés dans les fouilles sous-marines du phare, ou la mosaïque du « chien penaud », qui ornait sans doute une salle de banquet des palais r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-gloire-d-alexandrie/#i_53016

Voir aussi

Pour citer l’article

André TCHERNIA, Patrice POMEY, « ARCHÉOLOGIE SOUS-MARINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-sous-marine/