PHILON D'ALEXANDRIE (-20 env.-45)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Représentant le plus éminent de l'école philosophique juive d'Alexandrie qui interprétait la Bible selon les catégories hellénistiques, Philon a laissé une œuvre qui est dans sa majeure partie un vaste commentaire de la Torah. Cette œuvre est une source précieuse de renseignements sur le judaïsme de l'époque et un témoignage essentiel sur l'exégèse alexandrine de l'Ancien Testament. Elle est à la fois la somme et la résultante de ces efforts de la pensée juive affrontée à l'hellénisme, qui ont jeté un pont entre la révélation biblique et la philosophie grecque. L'éclectisme philonien interdit de parler de synthèse philosophique, il est bien plutôt une vision religieuse du monde, fidèle aux affirmations bibliques traditionnelles : grandeur du Dieu unique, élection d'Israël. Cette vision intègre nombre de concepts philosophiques puisés aux diverses écoles grecques (épicurisme excepté), sans recherche de cohérence. La culture hellénistique vient illustrer les données bibliques et, assurément, elle en transforme souvent le sens.

Philon, qui était contemporain du Christ, n'a connu ni ce dernier ni ses disciples, mais c'est pourtant grâce à des mains chrétiennes que son œuvre a survécu. Elle a exercé une grande influence sur l'école chrétienne d'Alexandrie, sur Clément et Origène, et par là sans doute sur beaucoup de Pères de l'Église. Ceux-ci découvraient chez Philon les principes et la mise en œuvre de l'exégèse allégorique, exégèse qui permettait d'évacuer certaines difficultés du sens littéral. Mais ils trouvaient davantage : l'expérience spirituelle d'un croyant qui avait déjà assumé dans sa foi juive les recherches des écoles grecques sur la connaissance de Dieu, de l'homme et du monde.

Philon le Juif et ses œuvres

Philon naquit à Alexandrie dans une riche famille juive. Un de ses frères, Caius Julius Alexander, possesseur d'une immense fortune, prêta des sommes importantes à la famille des Hérodes. Membre d'une aristocratie juive privilégiée, Philon, son œuvre le m [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PHILON D'ALEXANDRIE (~20 env.-45)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme alexandrin »  : […] C'est dans cette traduction grecque, dite des Septante, que Philon d'Alexandrie, le plus célèbre représentant de la philosophie judéo-alexandrine, ignorant probablement l'hébreu, lisait les grands livres de l'Ancien Testament. À la coloration hellénique qui caractérise cette traduction, il ajoute, quand il commente le texte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-philosophique-d-alexandrie/#i_12867

AMBROISE DE MILAN (339-397)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 926 mots

Dans le chapitre « Les sources de l'œuvre littéraire et l'attitude à l'égard de la philosophie »  : […] De incarnatione. Plus tard, l'Hexaemeron et le De Nabuthe auront pour source Basile de Césarée. L'influence de Philon d'Alexandrie prédomine au début de l'épiscopat d'Ambroise. Le De paradiso, le De Cain et Abel, le De Noe et Arca, le De Abraham, composés en 377-378, sont si proches des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ambroise-de-milan/#i_12867

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Le vocabulaire et les idées de Platon sur l'inspiration ont fortement marqué le grand commentateur juif de la Tōrah, Philon d'Alexandrie. Pour celui-ci, les « livres saints », qui ne sauraient être d'aucune façon des « témoins douteux », sont l'expression du « saint Logos ». D'où les vertus du « prophète » qui les publie, selon les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-inspiration-biblique/#i_12867

ISAAC

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 553 mots

Deuxième personnage de l'histoire patriarcale et de la généalogie qui la sous-tend, Isaac se situe comme fils d'Abraham et père de Jacob. « Isaac » est un nom théophore (dont l'élément divin se trouve absent : Yischaq, « que [Dieu] rie », ou « [Dieu] a ri ». Les trois documents qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac/#i_12867

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Primat de l'unité et hiérarchie des êtres »  : […] bien souvent encore, de nouvelles oppositions s'ajoutent à cette hiérarchie. Par exemple, Philon le Juif (13 av.-54 apr. J.-C.) trouve toute une série d'intermédiaires entre Dieu et l'homme. Quant au cosmos, il existe de deux manières : comme archétype et comme réalité visible. L'homme de même est double : « Il y a deux espèces d'hommes. L'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcosme-et-macrocosme/#i_12867

THÉRAPEUTES, histoire religieuse

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 253 mots

Sorte d'ordre monastique du judaïsme alexandrin. Philon, dans son De vita contemplativa, dont l'authenticité est d'ailleurs discutée, décrit le mode de vie, aux environs du lac Maréotis, dans la lagune d'Alexandrie, de ces « thérapeutes » qui étaient des ascètes : anachorètes des deux sexes, vivant dans de petites habitations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutes-histoire-religieuse/#i_12867

Voir aussi

Pour citer l’article

Annie JAUBERT, « PHILON D'ALEXANDRIE (-20 env.-45) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/