PHILON D'ALEXANDRIE (20 av. J.-C. env.-45)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philon et le judaïsme de son temps

L'œuvre de Philon éclaire de nombreux aspects du judaïsme de l'époque, mais il faut faire la part des présentations littéraires.

C'est ainsi que, sans ses ouvrages, on ignorerait totalement l'existence des thérapeutes, ces communautés d'ascètes juifs – hommes et femmes – qui vivaient aux environs d'Alexandrie et ont sans doute joué un rôle dans les origines du monachisme égyptien. On a contesté la valeur historique de ces indications, cependant les thérapeutes apparaissent comme les cousins germains des esséniens. Les notices sur les esséniens sont une source importante pour les spécialistes, malgré des traits scolaires et conventionnels qui relèvent du pastiche littéraire.

Dans l'Exposition de la Loi, de caractère peu allégorique, on glane nombre de détails précieux pour la connaissance du judaïsme, notamment la description des objets cultuels, des cérémonies, des fêtes juives. Dans l'œuvre entière de Philon, certains commentaires recoupent et complètent des exégèses rabbiniques.

La contribution la plus attachante de Philon se situe dans le domaine des conceptions religieuses, et là, il traduit l'idéal des juifs pieux et évolués de la diaspora. Il exprime admirablement la certitude qu'a Israël d'être le peuple privilégié de Dieu et d'avoir un rôle particulier à jouer par rapport aux nations. Cette conviction a conduit Philon à approfondir ce que représente Israël, et l'on peut trouver chez lui – avant le christianisme – une définition du « véritable Israël » : ce sont les hommes qui, en suivant de tout leur cœur les enseignements de Moïse, sont sur la route de la sagesse et de la vertu. Sous la conduite de Moïse, tenu pour hiérophante et mystagogue, ils sont les guides et la lumière des peuples, les prêtres de l'univers. Que devient alors l'idéal messianique ? C'est beaucoup moins l'attente d'un triomphe par les armes que l'espérance d'une conversion. Que les juifs redev [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PHILON D'ALEXANDRIE (20 av. J.-C. env.-45)  » est également traité dans :

ALEXANDRIE ÉCOLE PHILOSOPHIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean PÉPIN
  •  • 2 184 mots

Dans le chapitre « Le judaïsme alexandrin »  : […] Ces diverses tendances philosophiques, dont la cohérence originelle était, on le voit, passablement ébranlée, se trouvaient d'autant plus aptes à intéresser une partie importante de la population d'Alexandrie : la communauté juive. L'implantation juive en Égypte est attestée dès le vi e  siècle avant notre ère ; aux alentours de l'ère chrétienne, les juifs y sont au nombre d'un million, dont cent […] Lire la suite

AMBROISE DE MILAN (339-397)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 926 mots

Dans le chapitre « Les sources de l'œuvre littéraire et l'attitude à l'égard de la philosophie »  : […] Contraint d'enseigner avant d'avoir appris, Ambroise doit presque tout à ses collègues grecs contemporains : le groupe des «  Cappadociens » tout d'abord, c'est-à-dire Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, mais aussi le savant Didyme l'Aveugle. La plupart du temps, Ambroise s'est contenté de traduire leurs œuvres en latin, en les adaptant : on a un exemple particulièrement in […] Lire la suite

BIBLE - L'inspiration biblique

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 4 573 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources de la doctrine de l'inspiration »  : […] Dans le monde antique, oriental et grec, on croyait volontiers que des révélations divines étaient transmises aux hommes par des personnages inspirés. L'enracinement culturel le plus ancien de la doctrine, juive puis spécifiquement chrétienne, de l'Écriture, est à chercher dans cette Antiquité lointaine. L'Égypte ancienne, déjà, attribuait ses « saintes écritures » au dieu écrivain ou scribe Thot, […] Lire la suite

ISAAC

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 553 mots

Deuxième personnage de l'histoire patriarcale et de la généalogie qui la sous-tend, Isaac se situe comme fils d'Abraham et père de Jacob. « Isaac » est un nom théophore (dont l'élément divin se trouve absent : Yischaq, « que [Dieu] rie », ou « [Dieu] a ri ». Les trois documents qui s'entrecroisent dans le livre de la Genèse ont rendu compte, chacun à sa façon, de cette étymologie (il convient de […] Lire la suite

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Primat de l'unité et hiérarchie des êtres »  : […] Si l'on en croit Olympiodore, philosophe grec du vi e  siècle apr. J.-C., les rapports du microcosme et du macrocosme sont ainsi conçus par les penseurs de la tradition hermétique : « Hermès se représente l' homme comme un microcosme, tout ce que contient le macrocosme l'homme le contenant aussi. Le macrocosme contient des animaux terrestres et aquatiques : ainsi l'homme a-t-il des puces, des poux […] Lire la suite

THÉRAPEUTES, histoire religieuse

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 253 mots

Sorte d'ordre monastique du judaïsme alexandrin. Philon, dans son De vita contemplativa , dont l'authenticité est d'ailleurs discutée, décrit le mode de vie, aux environs du lac Maréotis, dans la lagune d'Alexandrie, de ces « thérapeutes » qui étaient des ascètes : anachorètes des deux sexes, vivant dans de petites habitations individuelles. Ils ne se réunissaient que le sabbat et le cinquième jou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annie JAUBERT, « PHILON D'ALEXANDRIE (20 av. J.-C. env.-45) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philon-d-alexandrie/