OXYGÈNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oxygénothérapie

En principe, dans des conditions normales, l'air inspiré par un sujet contient 20,9 p. 100 de dioxygène ; compte tenu du fait que la pression ambiante, ou pression barométrique au niveau de la mer, est égale à 1 bar (ce qui équivaut à 105 pascals ou 760 torrs ou 760 mm de mercure), la pression partielle de dioxygène dans l'air inspiré (PiO2) est de 0,209 bar et sa concentration fractionnelle (FiO2) de 0,209.

Doit être considérée comme oxygénothérapie toute thérapeutique qui consiste à faire respirer un mélange gazeux dans lequel la PiO2 est supérieure à 0,209 bar ; il s'agira d'une oxygénothérapie normobare si la PiO2 reste inférieure à 1 bar (respiration en dioxygène pur à la pression atmosphérique) et d'une oxygénothérapie hyperbare si la PiO2 est supérieure à 1 bar (respiration en dioxygène pur à une pression supérieure à la pression atmosphérique).

L'administration de dioxygène normobare, qui se fait essentiellement par voie pulmonaire, est donc sous la dépendance exclusive de la ventilation ; matériels et techniques d'administration ne peuvent être dissociés.

1. Oxygénothérapie en ventilation spontanée. Le patient respire normalement, il suffit d'apporter un supplément de dioxygène ; cela est réalisé par l'emploi de différents matériels :

– Sonde nasale reliée à une source de dioxygène ; bien que largement employée, elle n'est pas la méthode la plus efficace car les débits utilisés (de 6 à 8 l/min) ne permettent pas d'obtenir des PiO2 très élevées.

– Masques appliqués sur le visage et reliés à une source de dioxygène par l'intermédiaire d'une valve respiratoire située à l'extrémité d'un ballon de caoutchouc d'une capacité de 1 à 2 litres ; l'ensemble constitue un inhalateur dont le modèle utilisé en anesthésie est le plus simple. On peut également employer des insufflateurs manuels alimentés en dioxygène ; dans les deux cas, les débits sont de l'ordre de 10 à 15 litres par minute. L'oxygénation au masque bien qu'efficace ne peut être poursuivie très longtemps, d'une part parce qu'elle est mal supportée par le patient et d'autre part parce qu'elle immobilise un personnel assez spécialisé pendant toute la durée de l'administration. Elle est donc réservée essentiellement aux situations d'urgence.

– Tentes de tête ; il s'agit d'un appareillage simple : sac en plastique qui entoure la tête du patient et dans lequel le dioxygène pénètre avec un débit relativement important (15 à 20 l/min) ; utilisable en médecine d'urgence comme en réanimation, elle permet d'obtenir une bonne oxygénation.

– Incubateur (ou couveuse artificielle) ; il s'agit d'enceintes de petit volume destinées essentiellement aux nouveau-nés et aux très jeunes enfants ; l'atmosphère y est réchauffée et la concentration de dioxygène est augmentée pour atteindre des concentrations de 50 p. 100.

Couveuse

Photographie : Couveuse

Dès sa naissance, un bébé prématuré est mis en couveuse; en 1995. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

2. Oxygénothérapie en ventilation contrôlée. Au cours de la ventilation artificielle, tous les paramètres sont contrôlés par le praticien : fréquence, pression d'insufflation, FiO2 ; il est donc plus facile d'obtenir une oxygénation de meilleure qualité. Deux procédés sont actuellement employés : en urgence, c'est l'oxygénothérapie au masque à l'aide d'un insufflateur manuel ; en réanimation réglée, la ventilation artificielle est effectuée chez un patient intubé (ou trachéotomisé) à l'aide de respirateurs automatiques ; c'est également la technique qui est employée pour le transport des malades graves.

Le dioxygène est fabriqué industriellement à partir de l'air liquide par distillation fractionnée, ce qui permet d'atteindre une pureté de l'ordre de 99,5 p. 100 ; il est ensuite conservé soit sous forme liquide dans des réservoirs spéciaux, soit sous forme de gaz dans des bouteilles en acier où il est comprimé à 150 ou 200 bars.

Les réservoirs de dioxygène liquide sont le plus souvent fixes, de grande capacité, reliés à un évaporateur qui permet la transformation en gaz qui est ensuite transporté dans des canalisations vers les points d'utilisation. Il s'agit d'une distribution centrale, mise en place dans les installations collectives (hôpitaux) ; dans les lieux d'utilisation, les canalisations sont munies de prises rapides normalisées les distinguant nettement des autres prises de fluides (air, vide, protoxyde d'azote) empêchant, en principe, toute erreur de branchement.

Les bouteilles réglementaires de couleur blanche, de capacité variable (de 2 à 5 l), peuvent être fixes et alimenter une distribution centrale ou bien être mobiles et portables pour être u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Concentrations en isotope 18

Concentrations en isotope 18
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Masse atomique

Masse atomique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Oxygène : isotopes radioactifs

Oxygène : isotopes radioactifs
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Molécule : structure

Molécule : structure
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : chef du service information et gestion, direction des centres de recherche et de développement de la société Air liquide
  • : médecin-colonel, anesthésiste-réanimateur, chargé de l'enseignement de la médecine d'urgence et de la médecine de catastrophe au service de santé des armées

Classification

Autres références

«  OXYGÈNE  » est également traité dans :

AÉROBIOSE & ANAÉROBIOSE

  • Écrit par 
  • Claude LIORET
  •  • 2 741 mots
  •  • 1 média

L' aérobiose est la vie en présence d'air, l'anaérobiose est la vie en absence d'air. En fait, c'est la présence ou l'absence d'oxygène qui importe : certains organismes, dits aérobies stricts, ne peuvent vivre qu'en présence d'oxygène ; d'autres, dits anaérobies stricts, sont tués en présence d'oxygène ; enfin les organismes aérobies ou anaérobies facultatifs vivent, selon des modalités différent […] Lire la suite

AÉRONOMIE

  • Écrit par 
  • Gaston KOCKARTS
  •  • 4 145 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Formation de nouveaux constituants »  : […] Comme le rayonnement solaire est capable de photodissocier et d'ioniser certains constituants atmosphériques, il est évident que les produits de ces processus peuvent réagir chimiquement avec d'autres composés et donner naissance à toute une chimie aéronomique qui est parfois difficile à réaliser au laboratoire, car les conditions de température et de pression rencontrées dans les diverses régio […] Lire la suite

AIR

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'air liquide »  : […] L' air n'a pu être liquéfié avant que ne soient connues les pressions et températures critiques qui marquent les bornes théoriques au-delà desquelles un composé ne peut exister qu'à l'état gazeux. L'air étant un mélange, ces valeurs n'ont pas de sens strict ; mais, en fait, à une température supérieure à − 140  0 C, l'air n'est plus liquéfiable. Les premières gouttes d'air liquide ont été obtenues […] Lire la suite

ANÉMIES

  • Écrit par 
  • Bruno VARET
  •  • 3 090 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rappel physiologique »  : […] Chaque globule rouge est un sac rempli quasi exclusivement d'hémoglobine. Les constituants des globules rouges autres que l'hémoglobine semblent n'avoir pour fonction que de protéger l'hémoglobine de l'oxydation. La fonction essentielle de l'hémoglobine est le transport de l'oxygène. Il est donc logique que la baisse de la pression partielle en oxygène au niveau des tissus – mesurée physiologiqu […] Lire la suite

ANTIANGOREUX

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT
  •  • 766 mots

Les médicaments qui appartiennent à plusieurs classes chimiques concourant, par des mécanismes parfois multiples, à s'opposer à la crise d'angor, ou angine de poitrine ou coronarite, sont appelés antiangoreux. La coronarite résulte d'une anoxie brutale et transitoire qui traduit un déséquilibre entre les besoins en oxygène du muscle cardiaque (myocarde) et les apports de sang oxygéné réalisés par […] Lire la suite

ANTIOXYGÈNES

  • Écrit par 
  • Robert PANICO
  •  • 2 343 mots
  •  • 2 médias

Le terme « antioxygène » désigne des substances qui, ajoutées à faible dose à des matières spontanément oxydables à l'air, sont capables d'empêcher l'action de l' oxygène libre, communément appelée autoxydation. Du point de vue de la terminologie, on a successivement utilisé les termes «  inhibiteurs », « antioxydants », puis « antioxygènes ». Le premier de ces mots a le défaut d'être vague ; le s […] Lire la suite

ATMOSPHÈRE - Chimie

  • Écrit par 
  • Marcel NICOLET
  •  • 3 574 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Atmosphère pure et sèche »  : […] On sait depuis plus d'un siècle que l'air pur et sec soumis à une décharge électrique produit de l'ozone par dissociation de l'oxygène. Dans l'atmosphère, le même phénomène apparaît sous l'effet du rayonnement ultraviolet solaire . On a successivement la photodissociation de O 2 (coefficient J 2 ), la reformation possible de O 2 (coefficient k 1 ) à haute altitude, au-delà de 70 km, la format […] Lire la suite

AZOTE

  • Écrit par 
  • Paul HAGENMULLER
  • , Universalis
  •  • 4 524 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Action de l'azote sur les éléments non métalliques »  : […] La réaction la plus importante avec les corps simples est la formation d'ammoniac par action de l' hydrogène sous pression en présence d'un catalyseur, généralement à base de fer, qui s'effectue dès 250  0 C : Bien que le rendement soit relativement faible, sauf pour des pressions atteignant quelques milliers d'atmosphères, c'est la méthode qui est utilisée industriellement pour la préparation d […] Lire la suite

BATHYSONDE

  • Écrit par 
  • Pascale DELECLUSE
  •  • 276 mots

La bathysonde (ou sonde C.T.D.), outil de base de l'océanographie, mesure la température (T), la conductivité (C), qui informe sur la salinité ambiante, et parfois le taux d'oxygène dissous en fonction de la pression, que l'on interprète comme une profondeur (D pour depth ). Sa technologie a considérablement évolué avec les progrès de l'électronique. Ces derniers, en particulier l'augmentation imp […] Lire la suite

CAILLETET LOUIS PAUL (1832-1913)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 305 mots

Physicien, industriel et inventeur français, Louis Paul Cailletet est né à Châtillon-sur-Seine le 21 septembre 1832 et mort à Paris le 5 janvier 1913. Fils d'un métallurgiste de la Côte-d'Or, Cailletet dirige d'abord les forges familiales tout en étudiant les propriétés physiques et chimiques du fer. Ses travaux les plus remarquables concernent la liquéfaction des gaz. Les nombreux essais de liqué […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12-17 avril 2021 Santé. Franchissement du seuil des trois millions de morts de la Covid-19.

Les structures sanitaires de l’Inde sont rapidement débordées, souffrant notamment d’une grave pénurie d’oxygène. Le 17, le seuil des trois millions de morts de la Covid-19 dans le monde est franchi. […] Lire la suite

2-28 mai 1997 France. Victoire de l'opposition de gauche au premier tour des élections législatives

Il évoque la nécessité d'« inventer une nouvelle méthode de gouvernement, plus proche des Français », de « concilier la liberté, qui est l'oxygène de la santé économique, et la solidarité » et de ne pas « fragiliser la construction européenne », qui doit se donner une « ambition sociale ». Il justifie une fois de plus la dissolution de l'Assemblée en affirmant sa volonté de « ressaisir l'énergie nationale, [. […] Lire la suite

2-29 septembre 1984 États-Unis – U.R.S.S. Reprise du dialogue américano-soviétique

Cette mesure constitue un ballon d'oxygène pour l'Union soviétique, dont la récolte de 1984 s'annonce encore plus médiocre que celle de 1983. Le 18, s'ouvre à New York la trente-neuvième session de l'assemblée générale des Nations unies. Le 24, le président Reagan prononce, à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, un discours conciliant à l'égard de l'U. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert CREUSE, René NOTO, « OXYGÈNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/