OCCUPATION (FRANCE) Mémoires et débats

C'est un fait, quelque soixante-dix ans après la Libération, l'histoire de la période de l'Occupation en France a été surabondamment évoquée, étudiée, scrutée sous tous ses aspects. Des ouvrages scientifiques aux souvenirs des acteurs, sans oublier les livres de vulgarisation et les romans (de Joseph Kessel à Patrick Modiano, en passant par Roger Vailland, François Maspero et les pages posthumes d'Irène Némirovsky), c'est par milliers que se comptent les écrits consacrés à cette période tour à tour sombre, âpre, déconcertante et exaltante. De même, le cinéma, avec des fortunes diverses, a été prolifique sur la période des « années noires ». Les grands mouvements politiques et les courants idéologiques n'ont pas non plus été insensibles au souvenir de la période, encore moins aux enseignements et aux bénéfices qu'ils pouvaient en tirer.

Cet intérêt marqué et obstiné pour les « années noires » révèle que les mémoires en ont toujours été vives, souvent conflictuelles et passionnelles. Cette fièvre est toutefois retombée depuis le début des années 2000 – le présent et l'avenir inquiètent désormais plus qu'un passé qui s'éloigne – mais le travail d'élucidation d'une période qui défie souvent l'analyse se poursuit activement.

Une mémoire précoce

Dès octobre 1944, le gouvernement provisoire de la République française dirigé par le général de Gaulle met en place une instance officielle, la Commission d'histoire de l'Occupation et de la Libération de la France (C.H.O.L.F.) qui s'attache à recueillir les témoignages des résistant(e)s. Cette collecte menée tambour battant jusqu'en 1947 repose sur l'idée que la lutte clandestine ne pourra être préservée dans les mémoires puis dans l'histoire écrite si les acteurs survivants ne sont pas immédiatement entendus. La C.H.O.L.F. sollicite alors la mémoire de quelque deux mille personnes censées détenir une connaissance directe et rare de la réalité résistante. Il s'agit donc de cibler un petit groupe à l'image du caractère minoritaire de la Résistance.

Parallèlement, dès 1945 et 1946, un grand nombre d'acteurs devenus des témoins prennent la plume pour relater leurs souvenirs et donner leur version des faits. C'est le cas notamment de résistants, dont les récits serviront de modèles à d'autres publications, tels qu'Emmanuel d'Astier de la Vigerie, fondateur du groupe Libération-Sud (Avant que le rideau ne tombe), Gilbert Renault dit le colonel Rémy (Mémoires d'un agent secret de la France libre), Agnès Humbert (Notre guerre), Pierre de Bénouville (Le Sacrifice du matin), Elisabeth Terrenoire (Combattantes sans uniforme. Les femmes dans la Résistance, préface de Geneviève de Gaulle), Philippe Vianney alias Indomitus (Nous sommes les rebelles). Les hommes et les femmes qui ont été déportés racontent également leur histoire dès 1946-1947 à travers quelques ouvrages marquants : David Rousset (L'Univers concentrationnaire), Germaine Tillion (Ravensbrück), Georges Wellers (De Drancy à Auschwitz), Robert Antelme (L'Espèce humaine), Roger Heim (La Sombre Route), Louise Alcan (Sans armes et sans bagages), l'Amicale des déportés d'Auschwitz (Auschwitz). Le rythme des publications ne faiblit pas par la suite.

Parmi cette profusion éditoriale, la parution, échelonnée de 1947 à 1951, des souvenirs du colonel Passy, chef des services secrets de la France libre, est remarquable en raison de l'accès exclusif de l'auteur à des archives alors inaccessibles. Puis, la parution, de 1954 à 1959, des Mémoires de guerre du général de Gaulle frappe encore plus les esprits. Les résistants de l'intérieur y occupent une place importante, mais il exalte avant tout l'épopée de la France libre et,[...]

Pour nos abonnés, l'article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Laurent DOUZOU : membre senior de l'Institut universitaire de France, professeur des Universités en histoire contemporaine à l'Institut d'études politiques de Lyon

Classification

Pour citer cet article

Laurent DOUZOU, « OCCUPATION (FRANCE) - Mémoires et débats », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Procès d'Adolf Eichmann, 1961

Procès d'Adolf Eichmann, 1961

Procès d'Adolf Eichmann, 1961

Adolf Eichmann, officier nazi et haut fonctionnaire du IIIe Reich, est accusé de crime contre…

Combats pour la libération de Paris, 1944

Combats pour la libération de Paris, 1944

Combats pour la libération de Paris, 1944

Des combattants appartenant à la Résistance française luttent dans les rues de Paris, en 1944, pour…

Robert Paxton

Robert Paxton

Robert Paxton

L'historien américain Robert Paxton, spécialiste de l'histoire du régime de Vichy, témoigne lors du…

Autres références

  • ABETZ OTTO (1903-1958)

    • Écrit par Jean BÉRENGER
    • 1 820 mots

    Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui[...]

  • AFFICHE ROUGE L'

    • Écrit par Stéphane COURTOIS
    • 11 426 mots
    • 1 média

    En février 1944, une gigantesque affiche fut placardée dans les principales villes de France par les services de la propagande allemande. Sur un fond rouge se détachaient en médaillon les visages de dix hommes aux traits tirés, avec une barbe de plusieurs jours. En haut de l'affiche, on pouvait[...]

  • ARMISTICE DE 1940

    • Écrit par Guy ROSSI-LANDI
    • 5 136 mots
    • 1 média

    L'armistice franco-allemand signé à Rethondes le 22 juin 1940 par le général Huntziger et le général Keitel reste l'un des sujets les plus controversés de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale. La « drôle de guerre » a pris fin le 10 mai 1940 avec l'invasion[...]

  • ART SOUS L'OCCUPATION

    • Écrit par Laurence BERTRAND DORLÉAC
    • 40 738 mots
    • 2 médias
    Le 22 juin 1940, la convention d'armistice ratifiait la victoire de l'Allemagne nazie. Le 9 juillet 1940, le ministère de la Propagande du IIIe Reich donnait au vaincu un avant-goût du sort qu'il lui réservait : la France ne serait pas considérée comme une « alliée » mais jouerait en Europe[...]
  • BOUSQUET RENÉ (1909-1993)

    • Écrit par Charles-Louis FOULON
    • 6 076 mots

    Né le 11 mai 1909 à Montauban (Tarn-et-Garonne), fils de notaire et docteur en droit de la faculté de Toulouse, René Bousquet était devenu, à vingt ans, chef de cabinet du préfet du Tarn-et-Garonne. Rendu célèbre, dès mars 1930, par le sauvetage de plusieurs personnes qu'emportait une inondation et[...]

  • Afficher les 27 références

Voir aussi