SERVICES SECRETS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre ; car on ne l'évite jamais, on la retarde à son désavantage. » Cette citation tirée du Prince de Nicolas Machiavel (1469-1527), au-delà des diverses interprétations qu'elle inspire, permet en tout cas de rappeler combien les notions de raison d'État, de services secrets, de pratiques d'influences sont intimement liées. Ces caractéristiques multiples inhérentes à la guerre de l'ombre s'inscrivent dans une dimension pluriséculaire. Au-delà des clichés combinant mystère, mythe du complot et révélations sensationnelles pour décrire l'action des « barbouzes », les opérations clandestines et les activités de guerre de l'ombre répondent à des impératifs étatiques. Ces derniers nécessitent la mise sur pied de moyens de coercition plus ou moins feutrée, entre espionnage et contre-espionnage. Les actions occultes, menées de manière régulière par tous les services secrets, quelle que soit la nature du régime politique en place, relèvent systématiquement du secret d'État. Elles ne sont donc jamais reconnues par le pouvoir exécutif, sauf si elles conduisent au final à de cuisants échecs dont la concordance de preuves désigne les responsabilités initiales. Le démenti officiel est donc communément appliqué et peut même parfois conduire au sacrifice des agents dont le silence et l'abnégation sont poussés jusqu'à leurs limites ultimes.

Les services secrets recourent donc à des méthodes et des pratiques dont la justification est intimement liée à la raison d'État et au secret-défense. Redoutables, ils sont surtout l'apanage historique des puissances occidentales qui, notamment à l'époque contemporaine, ont contribué, par le jeu des alliances transcontinentales, à forger les services spéciaux de nombreux pays tiers. Avec, comme composants systématiques, les services d'espionnage et de contre-espionnage, de recherches d'information (Renseignement), d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

Turquie. Condamnation d’un député kémaliste pour espionnage. 14 juin 2017

vidéo montrant l’interception par les gendarmes d’un convoyage d’armes au profit de la rébellion syrienne, organisé par les services secrets en janvier 2014. L’affaire avait été classifiée par le pouvoir après sa révélation. En mai 2016, le rédacteur en chef de Cumhur […] Lire la suite

Europe – États-Unis. Crise au sujet des pratiques d’écoutes illégales de la N.S.A. 21-29 octobre 2013

l'Europe et les États-Unis] est fondé sur le respect et la confiance, y compris en ce qui concerne le travail et la coopération des services secrets ». Le 25, l'hebdomadaire italien L'Espresso publie des documents sur l'espionnage pratiqué par la N.S.A. en Italie. Le 28 […] Lire la suite

Espagne. Libération de deux otages d'A.Q.M.I. enlevés en Mauritanie. 23 août 2010

libération « est une leçon adressée aux services secrets français » lesquels, en juillet, avaient lancé un raid pour tenter de libérer l'otage français Michel Germaneau, assassiné peu après l'opération. Madrid aurait accepté de verser une rançon de plusieurs millions d'euros. […] Lire la suite

Israël. Implication du Mossad dans l'élimination d'un Palestinien à Dubaï. 15-18 février 2010

portent sur les services secrets israéliens dont les agents, filmés par les caméras de surveillance de l'hôtel, auraient utilisé les passeports de six Britanniques, d'un Allemand ainsi que ceux de trois Irlandais et d'un Français, dont certains auraient la double nationalité. Alors qu'Israël dément toute […] Lire la suite

Inde. Attaque terroriste meurtrière à Bombay. 26-29 novembre 2008

Intelligence, les services secrets militaires pakistanais, le général Shuja Pacha, accepte de se rendre en Inde, à la demande du Premier ministre indien, Manmohan Singh. L'initiative sera toutefois torpillée par les dirigeants de l'armée pakistanaise. Le 29, la police annonce la fin des opérations contre les terroristes islamistes. Le bilan des attaques s'établit à au moins 172 morts, dont au moins 29 étrangers et 9 des 10 assaillants. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « SERVICES SECRETS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/