SERVICES SECRETS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre ; car on ne l'évite jamais, on la retarde à son désavantage. » Cette citation tirée du Prince de Nicolas Machiavel (1469-1527), au-delà des diverses interprétations qu'elle inspire, permet en tout cas de rappeler combien les notions de raison d'État, de services secrets, de pratiques d'influences sont intimement liées. Ces caractéristiques multiples inhérentes à la guerre de l'ombre s'inscrivent dans une dimension pluriséculaire. Au-delà des clichés combinant mystère, mythe du complot et révélations sensationnelles pour décrire l'action des « barbouzes », les opérations clandestines et les activités de guerre de l'ombre répondent à des impératifs étatiques. Ces derniers nécessitent la mise sur pied de moyens de coercition plus ou moins feutrée, entre espionnage et contre-espionnage. Les actions occultes, menées de manière régulière par tous les services secrets, quelle que soit la nature du régime politique en place, relèvent systématiquement du secret d'État. Elles ne sont donc jamais reconnues par le pouvoir exécutif, sauf si elles conduisent au final à de cuisants échecs dont la concordance de preuves désigne les responsabilités initiales. Le démenti officiel est donc communément appliqué et peut même parfois conduire au sacrifice des agents dont le silence et l'abnégation sont poussés jusqu'à leurs limites ultimes.

Les services secrets recourent donc à des méthodes et des pratiques dont la justification est intimement liée à la raison d'État et au secret-défense. Redoutables, ils sont surtout l'apanage historique des puissances occidentales qui, notamment à l'époque contemporaine, ont contribué, par le jeu des alliances transcontinentales, à forger les services spéciaux de nombreux pays tiers. Avec, comme composants systématiques, les services d'espionnage et de contre-espionnage, de recherches d'information (Renseignement), de pôles technologiques et techniques, de guerre psychologique (surtout depuis le milieu du xxe siècle), de planification et coordination, enfin, d'opérations spéciales.

Une constante dans l'histoire des sociétés

Approche théorique

Par définition, tout repose sur la notion clé de renseignement ou, selon le terme anglo-saxon, d'intelligence. Il s'agit de réunir des informations d'importance stratégique pour le pouvoir, d'apporter des éléments destinés à orienter une politique particulière, une action économique ou militaire, combinée ou non. Le renseignement témoigne ainsi des imbrications entre démarches politiques, policières, militaires et économiques. Caractérisés par leur pratique du secret, les services de renseignements sont en action permanente, chargés de prévenir toute menace réelle ou hypothétique. Ils intègrent un versant offensif de recherche d'informations et un versant défensif, pouvant recourir par exemple à la désinformation ou « intoxication » de l'ennemi. Ces multiples activités n'ont cessé de se complexifier avec le temps, depuis l'Antiquité jusqu'à l'époque la plus récente.

L'activité de renseignement recouvre tout un éventail de moyens spécifiques. Il y a tout d'abord le secteur du recueil des informations de toute nature, tactiques ou stratégiques, soit par recensement, compilation et recoupement des sources ouvertes (observation des déplacements, presse générale, revues spécialisées, livres, radios, Internet, etc.), soit, pour les sources fermées, par infiltration d'agents, espionnage (écoute des communications, notamment par satellite), interrogatoire, communication de données par des transfuges (ou personnes « retournées »).

Les actions offensives peuvent aussi être déclinées : soutien apporté à des mouvements de guérilla ou de contre-guérilla dans des pays étrangers ; missions d'assassinats ciblés, d'enlèvements, de subversion, de déstabilisation, parfois sous couvert d'actions diplomatiques ou économiques officielles. Quels que soient les services secrets pris en exemple, les membres d'un service Action sont l'objet d'une sélection draconienne, où seuls un ou deux candidats sur dix sont retenus, au terme d'une série très éprouvante de tests physiques, psychologiques et d'exercices de simulation.

Même si le versant action est celui qui suscite le plus d'atten [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en histoire, enseignant en histoire et géographie, en géopolitique et défense intérieure

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

3-11 avril 2022 Pakistan. Renversement du Premier ministre Imran Khan.

Il a perdu le soutien de l’armée après avoir voulu, en novembre 2021, imposer au chef des armées, le général Qamar Bajwa, le maintien à la tête des services secrets du lieutenant-général Faiz Hameed, un de ses fidèles. Le général Qamar Bajwa s’oppose également à la politique étrangère d’Imran Khan qui s’est éloigné des États-Unis pour se rapprocher de la Chine et de la Russie. […] Lire la suite

9-12 septembre 2020 Afghanistan. Ouverture des pourparlers de paix entre le pouvoir et les talibans.

Ancien chef des services de renseignement, Amrullah Saleh met en doute la volonté des insurgés de participer au processus de paix en cours. En juillet 2019, il avait déjà échappé à un attentat revendiqué par les talibans. Le 12, les pourparlers de paix conduits par Mohammed Masoom Stanekzai, ancien chef des services secrets, pour le régime de Kaboul, et le cheikh Abdul Hakim Haqqani, pour le mouvement taliban, s’ouvrent à Doha, au Qatar. […] Lire la suite

14 juin 2017 Turquie. Condamnation d'un député kémaliste pour espionnage.

Il lui est reproché d’avoir transmis au quotidien d’opposition Cumhuriyet une vidéo montrant l’interception par les gendarmes d’un convoyage d’armes au profit de la rébellion syrienne, organisé par les services secrets en janvier 2014. L’affaire avait été classifiée par le pouvoir après sa révélation. En mai 2016, le rédacteur en chef de Cumhuriyet Can Dündar et le journaliste Erdem Gül avaient été condamnés à cinq ans de prison pour divulgation de secrets d’État à la suite d’un nouvel article sur le sujet paru en juin 2015. […] Lire la suite

21-29 octobre 2013 Europe – États-Unis. Crise au sujet des pratiques d'écoutes illégales de la N.S.A.

Le 24 également, le Conseil européen publie un communiqué au ton mesuré dans lequel les Vingt-Huit expriment « leur conviction que le partenariat [entre l'Europe et les États-Unis] est fondé sur le respect et la confiance, y compris en ce qui concerne le travail et la coopération des services secrets ». Le 25, l'hebdomadaire italien L'Espresso publie des documents sur l'espionnage pratiqué par la N. […] Lire la suite

23 août 2010 Espagne. Libération de deux otages d'A.Q.M.I. enlevés en Mauritanie

fait savoir dans un message que cette libération « est une leçon adressée aux services secrets français » lesquels, en juillet, avaient lancé un raid pour tenter de libérer l'otage français Michel Germaneau, assassiné peu après l'opération. Madrid aurait accepté de verser une rançon de plusieurs millions d'euros.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pascal LE PAUTREMAT, « SERVICES SECRETS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/services-secrets/