ABETZ OTTO (1903-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Important dignitaire nazi, artisan dès avant 1933 d'une réconciliation franco-allemande en particulier avec Jean Luchaire et Fernand de Brinon, Otto Abetz eut pour rôle essentiel d'occuper, de 1940 à 1944, le poste d'ambassadeur d'Allemagne à Paris. Sa mission avait un double caractère qui dépassait largement celle d'un agent diplomatique ordinaire. D'une part il coordonnait les services civils dans la zone occupée : sécurité, propagande, « collaboration économique », c'est-à-dire pillage systématique des ressources de la France ; les services de l'ambassade s'enflant démesurément, Abetz ressembla de plus en plus à un proconsul, exigeant certes, mais modéré dans la forme. D'autre part il était chargé de faire pression sur le gouvernement de Vichy pour que celui-ci acceptât les demandes de Berlin. Son moyen d'action favori est l'appui qu'il trouve auprès du clan germanophile de Vichy et en particulier les bonnes relations qu'il entretient avec l'amiral Darlan et avec Pierre Laval, vice-président du Conseil et partisan résolu de la collaboration avec l'Allemagne. Le renvoi de Laval par Pétain, en décembre 1940, est un coup rude pour Otto Abetz, qui met tout en œuvre pour que le Maréchal le rappelle. Après l'invasion de la « zone libre » en novembre 1942, la tâche d'Otto Abetz est en apparence beaucoup plus facile : il n'a plus à ménager un gouvernement théoriquement indépendant, que dominent désormais les partisans résolus de la victoire allemande. Pourtant il ne put jamais ramener à Paris Pétain et Laval, qui restèrent à Vichy. Les Alliés l'arrêtèrent en 1945 ; condamné en 1949 par un tribunal français à vingt ans de travaux forcés, il fut libéré six ans plus tard. Il mourut en Allemagne, victime d'un accident d'automobile.

—  Jean BÉRENGER

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ABETZ OTTO (1903-1958)  » est également traité dans :

OCCUPATION (France)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie GUILLON
  •  • 6 042 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre «  Occupation et collaborations »  : […] La France occupée est sous l'administration militaire du Militärbefehlshaber in Frankreich (M.B.F.). Dépendant de l'état-major de la Wehrmacht (O.K.W.), il contrôle le réseau des Feldkommandanturen, soit 24 000 à 30 000 hommes, en plus des troupes d'opération dont les effectifs fluctuent, selon les périodes, entre 100 000 hommes au début de l'occupation à peut-être un million en 1944. Le M.B.F. do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/occupation-france/#i_80213

SPOLIATION DES ŒUVRES D'ART, France (1940-1944)

  • Écrit par 
  • Didier SCHULMANN
  •  • 4 764 mots

Dans le chapitre « Préliminaires »  : […] Dès le lendemain de la visite éclair d'Hitler à Paris, le 23 juin 1940, alors que la Wehrmacht n'occupe la capitale que depuis dix jours, des dispositions sont prises pour que les trophées de guerre d'origine allemande conservés aux Invalides soient expédiés au musée militaire de Berlin. L'émoi que suscite cette mesure, somme toute « normale » dans le cadre des vexations que le vainqueur inflige a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spoliation-des-oeuvres-d-art-france/#i_80213

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « ABETZ OTTO - (1903-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-abetz/