NEUROLOGIE

Médias de l’article

Jeu de l'oie du caractère

Jeu de l'oie du caractère
Crédits : Hulton Getty

photographie

Paul Broca

Paul Broca
Crédits : Hulton Getty

photographie

Charcot

Charcot
Crédits : Hulton Getty

photographie

John Jackson

John Jackson
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Entré dans la langue française aux environs de 1690 sous la forme, aujourd'hui caduque, de « névrologie », le terme de neurologie, utilisé à partir de 1732 pour désigner la branche de la médecine qui étudie l'anatomie, la physiologie et la pathologie du système nerveux – et principalement du cerveau –, reçut sa consécration officielle de Jean Martin Charcot lorsqu'il fonda en 1880 les Archives de neurologie. Si les connaissances et conceptions générales concernant le système nerveux se sont principalement organisées et développées en un peu plus d'un siècle et demi, entre la venue à Paris en 1807 de Franz Josef Gall et les études sur les neurotransmetteurs dans les années 1960, leur histoire antérieure depuis Hippocrate, bien qu'incommensurable avec celle de ladite période, présente un intérêt réel, qui est d'emblée épistémologique. On y voit se déployer progressivement l'hypothèse de la res extensa, notamment avec ce principe que tout processus neurologique (jusqu’à psychique) serait localisable. Et, certes, les derniers triomphes de la théorie du tout neuronal peuvent encore être discutés bien que l’on ait affaire qu'à l'histoire de disciplines – les neurosciences – qui observent, expérimentent et interviennent, de manière aujourd'hui spectaculaire, sans prétendre, en tant que telles, développer une quelconque idéologie philosophique.

Le versant médical du présent article, celui qui traite des maladies du système nerveux, telles qu’elles ont été inventoriées et classées par une pléiade d’éminents cliniciens, fait la part belle à la localisation anatomique précise des symptômes et des lésions qui affectent le système nerveux. Il s’agit là du plus bel exemple du succès de la méthode dite anatomoclinique qui a fondé la médecine moderne. Toutefois, tout n’est pas inscrit dans le marbre et la révolution neurobiologique a modifié la façon de comprendre et traiter certaines neuropathies. De nouveaux instruments ont donné aux neurologues des possibilités d’investigation accrues et l’innovation thérapeutique n’a pas dit son dernier mot. [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 45 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : docteur en linguistique, neurologue, médecin des hôpitaux
  • : professeur à la faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, Paris
  • : professeur à la faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, Paris

Classification


Autres références

«  NEUROLOGIE  » est également traité dans :

AMUSIE

  • Écrit par 
  • Séverine SAMSON
  •  • 325 mots

L’amusie est un trouble neurologique qui affecte à des degrés variables la perception et la production musicales. Celui-ci ne s’explique pas par une baisse de l’acuité auditive (surdité), une déficience intellectuelle ou motrice. Cette perte sélective de la fonction musicale contraste avec des compétences de langage qui peuvent demeurer intactes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amusie/#i_95894

CERVELET

  • Écrit par 
  • Jean MASSION
  •  • 7 745 mots
  •  • 18 médias

Le cervelet, ou petit cerveau, est un organe situé en parallèle sur les grandes voies sensorielles et motrices. Son atteinte ne se traduit ni par une paralysie, ni par une anesthésie, mais par un ensemble de signes qui attestent de perturbations importantes dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cervelet/#i_95894

ÉLECTROPHYSIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Max DONDEY, 
  • Jean DUMOULIN, 
  • Alfred FESSARD, 
  • Paul LAGET, 
  • Jean LENÈGRE
  •  • 17 317 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les électrodiagnostics de stimulation »  : […] Pathologie. Lors de la dégénérescence totale du nerf, on obtiendra une inexcitabilité faradique et galvanique (excepté pour les temps longs mais avec lenteur de la réponse). On peut avoir un galvanotonus avec ou sans réaction de Remak. En cas de dégénérescence partielle, on aura une hypoexcitabilité faradique et galvanique et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/#i_95894

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 323 mots
  •  • 13 médias

Dans le courant du xixe siècle, neurologues et physiologistes suggéraient que telle ou telle région cérébrale, et en particulier corticale, était reliée à une fonction spécialisée. Cette conception d'une grande originalité était essentiellement due au neurologue français P. Broca (1824-1880). Celui-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hemispheres-cerebraux/#i_95894

HYPOTHALAMUS

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les éléments neurosécréteurs hypothalamiques »  : […] Les corps cellulaires de très nombreux neurones hypothalamiques produisent de très petites sphérules de substances chimiques variées appartenant toutes au groupe des neuropeptides. Celles-ci, transportées par le flux axonique, s'engagent dans la fibre nerveuse, se condensant en gouttelettes plus grosses et parviennent jusqu'aux ramifications […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothalamus/#i_95894

IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE DE DIFFUSION (IRMD)

  • Écrit par 
  • Jean-Gaël BARBARA
  •  • 2 860 mots
  •  • 2 médias

dans le cerveau et le fonctionnement cérébral. Mais ces données ouvrent également de nouvelles possibilités de diagnostic en neurologie et en psychiatrie, en particulier pour des syndromes dits de déconnexion lorsqu’on peut mettre en évidence des connexions anormales ou manquantes entre différentes régions du cerveau. Cette technique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imagerie-par-resonance-magnetique-de-diffusion/#i_95894

INHIBITION

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Pierre KAUFMANN, 
  • Daniel WIDLÖCHER
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « Naissance d'un concept »  : […] Au début du xixe siècle, les physiologistes ne voyaient l'action nerveuse qu'en termes d'excitation. C'est alors qu'un certain nombre d'observations nouvelles vinrent suggérer, puis démontrer, l'existence d'actions en sens opposé. Les plus précises furent initialement réalisées dans le domaine des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inhibition/#i_95894

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 8 258 mots

Dans le chapitre « La neurolinguistique »  : […] Les travaux les plus récents s'appuient sur des techniques sophistiquées d'investigation, qui permettent de visualiser l'activité du cerveau : imagerie cérébrale (tomographie par émission de positons [T.E.P.], imagerie par résonance magnétique fonctionnelle [I.R.M.f.], etc.), mesure directe de l'activité électrochimique des cellules nerveuses ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-le-langage-au-carrefour-des-disciplines/#i_95894

LOCALISATIONS CÉRÉBRALES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 601 mots
  •  • 1 média

Théorie donnant un siège anatomique aux diverses fonctions psychologiques. C'est Albert le Grand (xiiie s.) qui le premier s'efforça de répartir les fonctions mentales entre les parties du cerveau. La phrénologie de Gall et Spurzheim donna, en 1810, aux localisations cérébrales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-localisations-cerebrales/#i_95894

MOELLE ÉPINIÈRE

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 5 068 mots
  •  • 9 médias

La moelle épinière est une structure nerveuse axiale qui caractérise de façon fondamentale et constante le système nerveux central des Vertébrés. Chez tous, elle constitue le grand centre des réflexes sensitivo-moteurs de la vie végétative comme de la vie de relation. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moelle-epiniere/#i_95894

MUSCLES

  • Écrit par 
  • Jean RAIMBAULT, 
  • Bernard SWYNGHEDAUW
  •  • 12 922 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Altérations d'origine neurologique »  : […] De très nombreuses affections du système nerveux central et périphérique sont susceptibles de provoquer des altérations musculaires, dont les premiers signes se manifestent par une diminution de force et une atrophie. Cette amyotrophie dite neurogène, par opposition à l'atrophie « myogène » des maladies primitives du muscle strié, se présente sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/muscles/#i_95894

NEURO-IMMUNOLOGIE

  • Écrit par 
  • E. SCHULLER
  •  • 1 270 mots

On désigne par neuro-immunologie l'étude des relations entre immunité et système nerveux, à l'état normal comme au cours des diverses maladies humaines ou animales. Deux observations, toutes deux faites à Paris au xixe siècle, sont à l'origine de la neuro-immunologie. La première est la description par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neuro-immunologie/#i_95894

NEUROSCIENCES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Michèle FABRE-THORPE, 
  • Simon THORPE
  •  • 4 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'imagerie du fonctionnement cérébral »  : […] C'est de la neurologie et de la neuropsychologie qu'ont longtemps dépendu nos connaissances sur les relations entre cerveau et capacités cognitives. L'altération des fonctions cognitives de patients ayant subi des lésions cérébrales permettait d'attribuer une fonction donnée à une zone cérébrale spécifique. C'est ainsi que, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives/#i_95894

TRONC CÉRÉBRAL

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 4 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] De très nombreux amas de neurones (noyaux) et l'enchevêtrement des fibres nerveuses dispersées ou rassemblées en faisceaux de grosseurs et de directions très variées donnent une grande complexité au tronc cérébral. Cependant, suivant la région considérée, les uns ou les autres dominent. C'est ainsi que, sur des coupes transversales sériées s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tronc-cerebral/#i_95894

Voir aussi

ACUITÉ VISUELLE    ADIADOCOCINÉSIE    AGNOSIE    AGRAPHIE    AKINÉSIE    AMYOTROPHIE ou ATROPHIE MUSCULAIRE    ANATOMIE HUMAINE    MÉTHODE ANATOMO-CLINIQUE    ANÉVRYSMES ou ANÉVRISMES    ANGIOGRAPHIE    ANGIOMATOSES    ANGIOME    ARC RÉFLEXE neurologie    SIGNE D'ARGYLL-ROBERTSON    ARTÉRIOGRAPHIE    ARTHROPATHIE    ASYNERGIE    HENRI ATLAN    ATROPHIES PRÉSÉNILES    SIGNE DE BABINSKI    BIOPSIE    SYNDROME DE BROWN-SÉQUARD    CAMPIMÉTRIE    CATÉCHOLAMINES    LIQUIDE CÉPHALO-RACHIDIEN    SYNDROME CÉRÉBELLEUX    CHAMP VISUEL    SIGNE DE CLAUDE-BERNARD-HORNER    INVESTIGATIONS CLINIQUES    COLONNE VERTÉBRALE    CONTRACTION MUSCULAIRE    SYNDROMES CORTICO-SOUS-CORTICAUX    COUCHE OPTIQUE neurologie    CRÂNE HUMAIN    CRISE D'ÉPILEPSIE    DÉBIT SANGUIN CÉRÉBRAL    MALADIES DÉGÉNÉRATIVES    DÉGÉNÉRESCENCE HÉPATO-LENTICULAIRE    DOPAMINE    EFFET DOPPLER-FIZEAU applications médicales    DYSGRAPHIE    ÉGYPTE histoire : l'Antiquité    ÉLECTRODIAGNOSTIC    ÉLECTRO-ENCÉPHALOGRAPHIE    ENCÉPHALITE    ENCÉPHALOPATHIES    ENDORPHINES    ENKÉPHALINES    ÉTATS DE CONSCIENCE    EXPLORATION FONCTIONNELLE    FOND D'ŒIL    FRACTURE DU CRÂNE    FRANZ JOSEF GALL    ENCÉPHALOPATHIE DE GAYET-WERNICKE    GRAND MAL ÉPILEPTIQUE    HÉMIANOPSIES    HÉRÉDITAIRES MALADIES ou MALADIES GÉNÉTIQUES    HYDROCÉPHALIE    HYPERMÉTRIE    HYPERTENSION INTERCRÂNIENNE    HYPERTONIE MUSCULAIRE    HYPOTONIE MUSCULAIRE    IMAGERIE CÉRÉBRALE    INFECTION    INFLUX NERVEUX    ISOTOPES biologie    LAURENT JOUBERT    PATHOLOGIE DU LANGAGE    LÉSION CÉRÉBRALE    LOBE FRONTAL    LOBE TEMPORAL    MARCHE    MÉDECINE ARABE    MÉDIATEURS BIOCHIMIQUES    MÉNINGIOME    MÉNINGITE    MÉNINGO-ENCÉPHALITE    MALADIES MÉTABOLIQUES    MULTINÉVRITES    RÉFLEXE MYOTATIQUE    NERF AUDITIF    NERF FACIAL    NERF GLOSSO-PHARYNGIEN    NERF GRAND HYPOGLOSSE    NERF OLFACTIF    NERF PATHÉTIQUE    NERF PNEUMOGASTRIQUE ou NERF VAGUE    NERF SPINAL    NERF TRIJUMEAU    NERFS    NERFS CRÂNIENS    NERFS OCULO-MOTEURS    NEUROBIOLOGIE    NEUROCHIMIE    NEUROCHIRURGIE    NEUROLOGIE CLINIQUE    NEUROMÉDIATEURS ou NEUROTRANSMETTEURS    NEURONE ou CELLULE NERVEUSE    NEUROPHYSIOLOGIE    NEUROSCIENCES    NEUROTRANSMISSION    NORADRÉNALINE    NYSTAGMUS    PARALYSIE    PARALYSIES DES MUSCLES OCULAIRES    SYNDROME PARKINSONIEN    PETIT MAL ÉPILEPTIQUE ou ABSENCE    POLYRADICULONÉVRITE    PORPHYRIES    POTENTIELS ÉVOQUÉS    PSYCHOLINGUISTIQUE    PUPILLE anatomie    VOIE PYRAMIDALE    SYNDROME DE LA QUEUE-DE-CHEVAL    SYNDROME RADICULAIRE    RADIOGRAPHIE    RADIOLOGIE    RYTHMES CÉRÉBRAUX    SCANNER médecine    MALADIE DE SCHILDER    HISTOIRE DES SCIENCES Antiquité et Moyen Âge    HISTOIRE DES SCIENCES Renaissance    HISTOIRE DES SCIENCES XVIIe et XVIIIe s.    HISTOIRE DES SCIENCES XIXe s.    SCINTIGRAPHIE ou GAMMAGRAPHIE    SCLÉROSE LATÉRALE AMYOTROPHIQUE    SCOTOMES    SENSIBILITÉ TACTILE ou TOUCHER    SPHINCTER    SPINA BIFIDA    TROUBLES STATIQUES    STÉRÉOGNOSIE    THALAMUS    THERMOSENSIBILITÉ    TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS    TRAUMATOLOGIE    TREMBLEMENT    PATHOLOGIE TRONCULAIRE    TROPHICITÉ    TUMEUR BÉNIGNE    TUMEUR MALIGNE    VAISSEAUX SANGUINS    APPAREIL VESTIBULAIRE    CARL WERNICKE    THOMAS WILLIS

Pour citer l’article

Jean MÉTELLUS, Raymond HOUDART, Hubert MAMO, « NEUROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurologie/