ÉLECTROPHYSIOLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les êtres vivants, végétaux et animaux, sont communément le siège de phénomènes électriques intimement liés aux activités vitales, dont ils sont un des aspects les plus révélateurs. On met ces phénomènes en évidence à l'aide d'électrodes appliquées en surface ou introduites dans la profondeur des tissus. On peut alors capter des courants ou des différences de potentiel et enregistrer leurs variations au cours du temps.

Ces phénomènes d'électrogenèse biologique, appelés aussi « bioélectriques » ou « électrophysiologiques », font, avec les techniques qui y sont associées, l'objet d'une science, l'électrophysiologie, qui en décrit les divers aspects, cherche à en découvrir les causes et à leur attribuer éventuellement un rôle fonctionnel. À ces recherches sont étroitement liées celles qui visent à analyser les actions produites sur les organismes vivants par le courant électrique, que celui-ci soit imposé de l'extérieur ou d'origine interne. Tout cela a donné lieu à de nombreuses applications pratiques, principalement médicales et chirurgicales, telles que l'électro-encéphalographie, l'électrocardiographie, l'électrologie médicale.

Bioélectrogenèse

Manifestations électriques de la vie

Le métabolisme, c'est-à-dire l'activité chimique incessante qui caractérise l'état vivant dans chaque tissu, dans chaque cellule, engendre des forces électromotrices (f.é.m.) parce qu'il existe dans chaque cellule des mécanismes physico-chimiques capables de séparer des ions de signes contraires et d'orienter des molécules polaires. La f.é.m. élémentaire ainsi produite a pu être mesurée, dans les cas favorables, en faisant pénétrer dans la cellule vivante des micro-électrodes dont la pointe peut être affinée à moins de 1 micromètre. Cette f.é.m. élémentaire peut atteindre parfois de 0,10 à 0,15 volt. Dans la plupart des cas cependant, on ne cherche pas à aller si loin dans l'analyse, et même on préfère avoir une vue globale, composite, de l'activité électrique de toute une population de cellules ou même d'un organe entier, comme le cœur ou le cerv [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages



Médias de l’article

Potentiel de repos

Potentiel de repos
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Électrodes

Électrodes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Cycle cardiaque d'électrogenèse

Cycle cardiaque d'électrogenèse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Triangle d'Einthoven

Triangle d'Einthoven
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Afficher les 14 médias de l'article





Écrit par :

  • : assistant des Hôpitaux de Paris, directeur adjoint à l'École pratique des hautes études
  • : professeur à la faculté libre de médecine de Lille
  • : professeur honoraire à la faculté des sciences de Paris
  • : professeur de psychophysiologie à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie
  • : ancien professeur à la faculté de médecine de Paris.

Classification


Autres références

«  ÉLECTROPHYSIOLOGIE  » est également traité dans :

ARSONVAL ARSÈNE D' (1851-1940)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 394 mots

Médecin, biologiste et physicien français, d'Arsonval a fait ses études au lycée impérial de Limoges, puis au collège Sainte-Barbe à Paris. Il se destinait à la médecine lorsqu'il fit la rencontre de Claude Bernard dont il devint le préparateur (1873-1878). De 1882 à 1910 il dirigea le laboratoire de biophysique du Collège de France à Paris, puis le nouveau laboratoire de Nogent-sur-Marne dont il […] Lire la suite

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le potentiel de récepteur des cellules ciliées »  : […] Les premiers enregistrements intracellulaires du potentiel de récepteur des cellules ciliées de la cochlée des Mammifères ont été faits en 1977, par I. J. Russell et P. M. Sellick , et cette réussite constitue une étape importante dans le développement de la physiologie de l'audition. On constate qu'avec l'augmentation de la fréquence de la stimulation, le tracé est de moins en moins symétrique pa […] Lire la suite

BERGER HANS (1873-1941)

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT
  •  • 828 mots

Le 21 mai 1873 à Neuses, petite ville près de Coburg, Hans Berger naît dans une famille d'intellectuels. Après avoir terminé ses études médicales, à l'âge de vingt-quatre ans, il rejoignit l'équipe de la clinique psychiatrique de l'université de Iéna qu'il ne quittera plus jusqu'à la fin de sa carrière, à l'âge de soixante-cinq ans. Toute sa vie de chercheur a été dominée par une idée en parfait a […] Lire la suite

CANAUX IONIQUES

  • Écrit par 
  • Laurent COUNILLON, 
  • Mallorie POËT
  •  • 4 294 mots
  •  • 8 médias

Bien que la possibilité d'une forme d'énergie électrique intervenant dans le fonctionnement du système nerveux ait déjà été évoquée par Newton dans ses Principia mathematica en 1713, il faut attendre la fin du xviii e  siècle pour que Luigi Galvani montre que la contraction du muscle gastrocnémien de grenouille peut être provoquée par la mise en contact du nerf sciatique avec la moelle épinière, […] Lire la suite

CARDIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUFILS, 
  • Robert SLAMA
  •  • 4 117 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premières lueurs : l'électrophysiologie »  : […] C'est au tout début du xx e  siècle que commencent les progrès de la cardiologie moderne. Certes, les cliniciens des siècles précédents, tels Laennec, Adams et Stokes, Durozier, William Heberden ou encore Bouveret, avaient édifié la séméiologie d'interrogatoire et d'examen clinique qui est, en grande partie, restée la nôtre. Mais c'est en Hollande, en 1903, que l'aventure technologique commence a […] Lire la suite

CŒUR - Maladies cardio-vasculaires

  • Écrit par 
  • Jean-Yves ARTIGOU, 
  • Yves GROSGOGEAT, 
  • Paul PUECH
  •  • 16 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Électrophysiologie endocavitaire »  : […] L'introduction de sondes équipées d'électrodes au sein des cavités cardiaques permet de mettre en évidence des potentiels électriques invisibles sur les tracés enregistrés à distance (potentiels liés à l'activité du faisceau de His et de ses branches proximales et, avec plus de difficulté, potentiel du nœud sinusal), de suivre l'évolution de l'excitation normale et pathologique (cartographies en […] Lire la suite

DÉPOLARISATION

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 160 mots

Phénomène créé par l'ouverture, sous l'effet du voltage ou sous l'effet d'un neuromédiateur, des canaux ioniques servant au passage du sodium dans les membranes cellulaires, ce qui décharge la surface extérieure de celles-ci, positivement chargée au repos. Le déclenchement de cette décharge, induit par un stimulus d'intensité suffisante (sa valeur minimale, ou liminaire, est qualifiée de seuil), […] Lire la suite

DU BOIS-REYMOND EMIL (1818-1896)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 388 mots

Physiologiste allemand, un des créateurs de l'électrophysiologie. Avant de choisir la médecine, Emil Du Bois-Reymond étudie la théologie, la philosophie, la botanique, la géologie, les mathématiques. Reçu docteur de la faculté de Berlin en 1843, il entre dans le laboratoire du physiologiste Jean Müller, s'intéresse à l'électricité animale et publie Untersuchungen über tierische Elektrizität (1848 […] Lire la suite

DUCHENNE DE BOULOGNE (exposition)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 064 mots

L'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris a présenté du 26 janvier au 4 avril 1999 une exposition Duchenne de Boulogne réalisée à partir des clichés appartenant à l'École, qui poursuit ainsi l'exploitation de son très riche fonds d'où elle avait tiré en 1998 une extraordinaire série de dessins de Théodore Géricault. Fils de corsaire, Guillaume Benjamin Amand Duchenne de Boulogne, né en […] Lire la suite

ECCLES JOHN CAREW (1903-1997)

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER
  •  • 1 486 mots

John Eccles est décédé à Locarno, au Tessin, le 2 mai 1997. Dans les années récentes, il avait été contraint de réduire sa prodigieuse activité d'écrivain et de conférencier sur les mécanismes cérébraux, ce qui pour lui fut une épreuve difficile. John Carew Eccles a été une des figures les plus importantes de ce siècle dans le domaine des sciences du système nerveux. Au fil de sa longue carrière, […] Lire la suite

ÉLECTRO-ANALGÉSIE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 32 mots

Méthode visant à soulager certains syndromes douloureux grâce à des stimulations électriques administrées sur des structures nerveuses pour obtenir un effet d'analgésie. […] Lire la suite

ERLANGER JOSEPH (1874-1965)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 264 mots

Physiologiste américain, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1944 avec son compatriote Herbert Spencer Gasser pour leurs travaux sur les fonctions et propriétés fondamentales des fibres nerveuses. Joseph Erlanger naît en 1874 à San Francisco. Après son diplôme de médecine obtenu en 1899 à la Johns Hopkins University, il occupe le poste de professeur associé de physiologie avant d'être nommé s […] Lire la suite

EXCITABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alfred FESSARD
  •  • 2 226 mots

Dans le chapitre « L'excitabilité et les systèmes excitables »  : […] L'excitabilité (ou l' irritabilité) est, au sens large, une propriété commune à tous les objets vivants. Dire que ceux-ci réagissent conformément à leur nature peut être pris pour l'énoncé d'une évidence, mais ce qu'on souligne ainsi est pourtant fondamental : les objets vivants (cellules, tissus, organes) réagissent autrement que la plupart des objets non vivants qui ne font que transmettre et t […] Lire la suite

EXTRASYSTOLE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 203 mots

Contraction cardiaque, isolée ou en salves, survenant en dehors du rythme sinusal normal. Une extrasystole peut être découverte à l'auscultation et à la prise du pouls, mais l'analyse des extrasystoles par l'électrocardiogramme est toujours nécessaire. On peut schématiquement opposer les extrasystoles d'origine auriculaire ou nodale, habituellement sans signification pathologique, aux extrasystole […] Lire la suite

FESSARD ALFRED (1900-1982)

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Yves LAPORTE
  •  • 1 614 mots

Né à Paris en 1900, Alfred Fessard, que sa famille destinait à une carrière commerciale, fut remarqué, adolescent, par Jean-Maurice Lahy, directeur du laboratoire de psychologie appliquée de l’École pratique des hautes études, qui lui conseilla de passer par l'École normale d'instituteurs de la Seine, pour pouvoir s'inscrire ensuite à la Sorbonne, où il prépara, au début des années 1920, la licenc […] Lire la suite

GALVANI LUIGI (1737-1798)

  • Écrit par 
  • Bern DIBNER, 
  • Universalis
  •  • 825 mots

Physicien et médecin italien né le 9 septembre 1737 à Bologne (États pontificaux), mort le 4 décembre 1798 dans la même ville (République cisalpine). Luigi Galvani obtient un diplôme de médecine à l'université de Bologne en 1759, puis un doctorat en 1762, avec une thèse sur la formation et la croissance osseuses. Il enseigne alors l'anatomie à l'université de Bologne et l'obstétrique dans une autr […] Lire la suite

GASSER HERBERT SPENCER (1888-1963)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 204 mots

Physiologiste américain, né à Platteville (Wisconsin) en 1888, mort à New York en 1963, lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine en 1944, conjointement à son compatriote Joseph Erlanger, pour leurs travaux sur les fonctions et propriétés fondamentales des fibres nerveuses. Travaillant à l'université Washington de Saint Louis, il y devient professeur de pharmacologie (1921) et s'associe à […] Lire la suite

GUSTATION

  • Écrit par 
  • Matty CHIVA
  •  • 4 811 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Données électrophysiologiques »  : […] L'exploration électrophysiologique des décharges nerveuses dans la corde du tympan ou le glossopharyngien a permis, mieux que la confrontation des propriétés chimiques des corps actifs et des réponses comportementales, de rechercher le mécanisme nerveux de la différenciation des corps sapides en quatre saveurs. Avant cette exploration électrophysiologique, on avait imaginé que chaque saveur était […] Lire la suite

HÉMISPHÈRES CÉRÉBRAUX

  • Écrit par 
  • Pierre BUSER, 
  • Paul LAGET
  •  • 12 320 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Aire motrice principale »  : […] On a pu délimiter, tant chez les Rongeurs que chez les Carnivores et les Primates (y compris l'Homme), une zone corticale dite aire motrice principale (ou « primaire », MI), dont les propriétés peuvent ainsi s'énoncer : sa stimulation par chocs électriques répétitifs suscite des contractions de groupes musculaires localisés de la face, des membres ou du tronc ; ces mouvements sont en règle généra […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Max DONDEY, Jean DUMOULIN, Alfred FESSARD, Paul LAGET, Jean LENÈGRE, « ÉLECTROPHYSIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/electrophysiologie/