ANESTHÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Anesthésie à l'éther

Anesthésie à l'éther
Crédits : Hulton Getty

photographie

Sommeils physiologique et anesthésique

Sommeils physiologique et anesthésique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


Le terme anesthésie exprime la perte des sensations. C'est William T. G. Morton qui, en 1846, fit la première démonstration publique de l'emploi de l'éther pour produire un tel état d'insensibilité pendant une intervention chirurgicale. Mais, dès 1799, Humphrey Davy décrivait les propriétés anesthésiques du protoxyde d'azote et Horace Wells, en 1844, s'administra à lui-même du protoxyde d'azote pour une extraction dentaire.

Anesthésie à l'éther

Anesthésie à l'éther

Photographie

Le docteur John Collins Warren (deuxième à partir de la gauche) opère un patient sous anesthésie à l'éther, vers 1850. La première démonstration publique de l'emploi de l'éther lors d'une intervention chirurgicale a été faite par William Morton en 1846. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Huit millions de Français sont soumis à un acte anesthésique chaque année. Parmi eux, plus de la moitié sont considérés comme en bonne santé, mais un tiers ont plus de soixante ans. La probabilité d'être anesthésié augmente en effet dans la population adulte, avec l'âge ; elle atteint un taux annuel de 30 p. 100 chez les sujets masculins de plus de soixante-quinze ans. Dans cette tranche d'âge, le risque de subir une anesthésie dans l'année concerne donc presque une personne sur trois.

Un acte médical à part entière

L'anesthésie est, par définition, la suspension locale ou générale de la sensibilité. Elle peut apparaître spontanément au cours d'une maladie ou être provoquée. Dans ce dernier cas, l'anesthésie est réalisée par un ensemble d'actes médicaux dont la procédure est maintenant bien codifiée et dont l'objectif est de permettre au patient de subir des actes diagnostiques ou opératoires douloureux, sans préjudice. L'anesthésie est l'une des procédures médicales les plus sûres, et la stratégie des soins est particulièrement orientée dans ce domaine vers la garantie de la sécurité des patients. Il existe cependant un risque anesthésique, souvent confondu avec le risque opératoire par l'opinion publique mais aussi par des professionnels de santé. Les complications graves liées à l'anesthésie sont extrêmement rares, mais elles sont mal perçues et mal acceptées. Cela tient au fait que l'anesthésie, plus que tout autre acte médical, est un événement subi, dont le patient n'attend aucun bénéfice a priori. En outre, l'anesthésie a la particularité dangereuse de pouvoir, de façon imprévisible, entraîner le décès [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur d'anesthésie-réanimation
  • : pharmacien des hôpitaux, chef du service pharmacologie-toxicologie de l'Hôtel-Dieu

Classification


Autres références

«  ANESTHÉSIE  » est également traité dans :

ANESTHÉSIE : PREMIÈRES DÉMONSTRATIONS

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 242 mots

Le 30 mars 1842, à Jefferson (Georgie, États-Unis), un patient, du nom de John Venables, souffrant d'un abcès au cou, est opéré sans douleur grâce à l'emploi d'éther, par Crawford Long (1815-1878). L'intervention ne sera rapportée que sept ans plus tard.Le 11 décembre 1844, toujours aux États-Unis, le dentiste Horace Wells (1815-1848) demande à un bonimenteur de foire, Gardner C. Colton, de lui ad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie-premieres-demonstrations/#i_3061

ACÉTYLÈNE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 093 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés pharmacologiques »  : […] L'acétylène, qui n'est pas toxique, présente des propriétés anesthésiques. On l'utilise surtout en Allemagne et aux États-Unis (narcylène) en anesthésie générale dans un mélange oxygéné à 30 ou 40 p. 100 au début de l'anesthésie puis à 60-70 p. 100 par la suite. L'anesthésie est rapide, sans phénomènes secondaires désagréables. Ce mélange donne une résolution musculaire imparfaite. Il est peu util […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acetylene/#i_3061

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antisepsie-et-asepsie/#i_3061

BARBITURIQUES

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 1 031 mots

Composés organiques dérivant de la malonylurée improprement appelée acide barbiturique en raison de la forme de ses cristaux « semblables à une lyre » ( barbitos ), les barbituriques constituent un groupe homogène tant sur le plan chimique que sur le plan pharmacologique. Leur action dépressive sur le système nerveux central en fait essentiellement des sédatifs, à doses plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbituriques/#i_3061

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 640 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Progrès de l'anesthésie »  : […] Jusqu'après la Première Guerre mondiale, et même bien au-delà dans certains pays, l'anesthésie n'était donnée que de façon très succincte et n'était pas sans danger. À partir de 1925, ses progrès vont être considérables. L'anesthésie par simple inhalation d'éther ou de chloroforme est progressivement complétée par les éléments suivants : – les médications préalables (morphine, gardénal...), qui c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chirurgie/#i_3061

COCAÏNE

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 672 mots
  •  • 1 média

L' Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée surtout en Amérique du Sud d'où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l'ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d'alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l'âge des feuilles récoltées, de cinq à vingt gramm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cocaine/#i_3061

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 256 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hydrates de gaz et anesthésie »  : […] L'eau donne des hydrates avec les gaz argon, méthane, hémioxyde d'azote, dioxyde de carbone, etc. L'hydrate de chlore dit à 6 molécules d'eau qui en est le prototype est en réalité à 5,75 H 2 O. L'eau y prend une configuration spéciale et forme des cages qui piègent les petites molécules : 46 H 2 O groupées piègent 8 Cl 2 ou 8 Ar, etc., 136 H 2 O groupées autrement piègent 16 molécules de chlorof […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eau-proprietes-physico-chimiques/#i_3061

HYPOTHERMIE PROVOQUÉE

  • Écrit par 
  • Henri LABORIT
  •  • 848 mots

Il existe deux types d'êtres vivants : les poïkilothermes, qui présentent une température centrale variable en fonction de la température du milieu où ils se trouvent, et les homéothermes, qui conservent dans une certaine limite la constance de leur température centrale malgré les variations de celle de l'environnement. Parmi ces derniers, les animaux hibernants peuvent, sous l'influence de circon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypothermie-provoquee/#i_3061

HYSTÉRIE

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 597 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les accidents somatiques durables »  : […] Les accidents somatiques durables surviennent surtout au niveau des organes de la vie de relation dont ils paralysent la fonction ; motricité, sensibilité, phonation, activité sensorielle, peuvent être touchés de façon élective ou concomitante. L' atteinte motrice se réalise sous forme de paralysies, de contractures, de mouvements anormaux. Ne s'accompagnant d'aucun signe ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hysterie/#i_3061

MORTON WILLIAM THOMAS GREEN (1819-1868)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 540 mots
  •  • 1 média

William Thomas Green Morton, dentiste américain, est connu pour avoir montré en 1846 que l’on pouvait pratiquer des interventions chirurgicales dentaires sans douleur grâce à l’effet anesthésiant des vapeurs d’éther. Morton est né le 9 août 1819 dans une famille d’agriculteurs de Charlton, dans le Massachusetts. Il a pratiqué divers métiers avant d’accéder, en 1840, à l’école de chirurgie dentair […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-thomas-green-morton/#i_3061

NAISSANCE - Accouchement

  • Écrit par 
  • Bernard JAMAIN, 
  • Yves MALINAS
  •  • 4 231 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Peut-on effacer la douleur ? »  : […] La douleur obstétricale se manifeste lorsque la pression dans l'utérus dépasse 30 mmHg. Les analgésiques l'atténuent, mais les plus efficaces ne sont pas les plus anodins. Le nombre de produits anesthésiques successivement adoptés, prônés, puis abandonnés, depuis 1848, se compte par dizaines. –  L' anesthésie générale (Pentothal et dérivés), de réalisa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naissance-accouchement/#i_3061

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurobiologie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc GOAILLARD, 
  • Michel HAMON, 
  • André NIEOULLON, 
  • Henri SCHMITT
  •  • 13 735 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Pharmacologie de la conduction nerveuse »  : […] Certains médicaments perturbent la conduction de l'influx nerveux. Ainsi celle-ci est ralentie ou supprimée par les anesthésiques locaux. En réalité, ces derniers agissent sur toutes les fibres nerveuses, mais leur action est d'autant plus puissante que les fibres sont plus fines ; ainsi, les fibres de la douleur étant les plus fines, elles sont sensibles aux concentrations les plus faibles. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurobiologie/#i_3061

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 318 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre «  Oxygénothérapie »  : […] En principe, dans des conditions normales, l'air inspiré par un sujet contient 20,9 p. 100 de dioxygène ; compte tenu du fait que la pression ambiante, ou pression barométrique au niveau de la mer, est égale à 1 bar (ce qui équivaut à 10 5  pascals ou 760 torrs ou 760 mm de mercure), la pression partielle de dioxygène dans l'air inspiré (P i O 2 ) est de 0,209 bar et sa co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_3061

PRIX LASKER 2018

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 535 mots
  •  • 1 média

Les prix de la fondation Albert-et-Mary-Lasker 2018 (plus souvent appelés « prix Lasker » et tenus pour être les équivalents américains du prix Nobel de médecine, ou du moins pour en être l’antichambre) ont été décernés à New York le 11 septembre de cette même année. Ils distinguent quatre chercheurs : Charles David Allis, Michael Grunstein et Joan Argetsinger Steitz, pour leurs contributions à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-lasker-2018/#i_3061

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis BONNET, François CHAST, « ANESTHÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/