NATIONALISME, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exil révélateur

L'exil, pour de nombreux musiciens, a été l'occasion d'une prise de conscience. Paris a joué un rôle complexe à la fin du xixe siècle et au début du xxe. La capitale française n'est pas seulement une terre d'accueil, un centre de formation pour les compositeurs, elle leur sert de révélateur tout en leur permettant de prendre du recul par rapport à leurs origines. Mais le fait de vivre loin de leur pays a certainement influencé leur devenir musical. Paris semble être le lieu de tous les espoirs mais aussi des illusions perdues. Qui sont ces compositeurs ? Et pourquoi ont-ils choisi Paris ?

Les uns sont venus s'y former (le Catalan Enrique Granados, le Roumain Georges Enesco, le Brésilien Heitor Villa-Lobos), les autres se perfectionner (les Espagnols Isaac Albéniz, Ricardo Viñes, Manuel de Falla, le Tchèque Bohuslav Martinů). Il faut signaler le rôle de professeurs comme Nadia Boulanger, Vincent d'Indy ou Albert Roussel qui toute leur vie durant ont reçu des centaines de jeunes compositeurs étrangers venus du monde entier.

Ces séjours ont parfois révélé les compositeurs à eux-mêmes en leur faisant prendre conscience de leur identité musicale nationale. Ainsi, on sait aujourd'hui que Paris a joué un rôle déterminant dans la renaissance de la musique espagnole. Les compositeurs espagnols qui arrivaient à Paris au début du xxe siècle fuyaient un pays déchiré par les guerres civiles qui s'étaient succédé tout au long du xixe siècle, et qui n'arrivait pas à se remettre des événements de 1898 lorsqu'en quelques semaines les restes de son empire colonial s'étaient écroulés.

Les premiers éléments nationalistes entrent ainsi dans la musique savante espagnole avec Albéniz, lors de son premier séjo [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : ancien critique à Sud-Ouest et à Contact Variété, professeur d'improvisation et d'histoire de la musique

Classification

Autres références

«  NATIONALISME, musique  » est également traité dans :

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éduquer et divertir »  : […] La guerre a des incidences sur la diffusion et la réception de la musique : le développement du chant choral et la création des Jeunesses musicales de France (J.M.F.) témoignent d’un souci d’éducation et de formation du public ; le succès des concerts symphoniques traditionnels et la création des Concerts de la Pléiade d’une part, mais aussi la vogue du jazz et de la chanson de variétés, hors des […] Lire la suite

PALMGREN SELIM (1878-1951)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 232 mots

Le pianiste, chef d'orchestre et compositeur finlandais Selim Palmgren est un des protagonistes de l'émergence du nationalisme dans la musique de son pays. Né le 16 février 1878, à Pori, sur la rive orientale du golfe de Botnie (ville appartenant alors à l'empire russe), Selim Palmgren étudie de 1895 à 1899 à l'Institut de musique d'Helsinki, puis se perfectionne à Berlin de 1899 à 1901, auprès de […] Lire la suite

WAGNÉRISME

  • Écrit par 
  • Jean PAVANS
  •  • 1 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Wagnérisme et antiwagnérisme »  : […] Le cas d'Hector Berlioz mérite une attention particulière, car il s'est trouvé, à son corps défendant, au confluent du wagnérisme et de l'antiwagnérisme européens, et en particulier français. D'une part, les wagnériens voulaient en quelque sorte l'enrôler comme précurseur de la « musique de l'avenir », ce contre quoi tout son être musical se cabrait, en une période où lui-même était tourné vers le […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine GARRIGUES, « NATIONALISME, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nationalisme-musique/