OFFENBACH JACQUES(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Offenbach, Les Deux Aveugles

Offenbach, Les Deux Aveugles
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Offenbach, La Belle Hélène

Offenbach, La Belle Hélène
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Offenbach, Barbe-Bleue

Offenbach, Barbe-Bleue
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Offenbach, La Vie parisienne

Offenbach, La Vie parisienne
Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

musique

Tous les médias


20 juin 1819 Jakob Offenbach naît à Cologne, en Allemagne. Son père, Isaac Juda Eberst, avait adopté comme patronyme le nom de sa ville natale, Offenbach-sur-le-Main.

1833 Isaac Offenbach envoie le jeune Jakob à Paris, espérant que son fils aura en France une meilleure carrière que celle que l'Allemagne réserve aux musiciens juifs.

1834 Offenbach est violoncelliste à l'Ambigu-Comique puis à l'Opéra-Comique, poste qu'il conservera jusqu'en 1838. Son prénom se transforme en Jacques.

1850 Offenbach est nommé directeur de la musique à la Comédie-Française.

1855 Offenbach inaugure sur les Champs-Élysées, au carré Marigny, un petit théâtre qu'il baptise Bouffes-Parisiens.

5 juillet 1855 La « bouffonnerie musicale » en un acte sur un livret de Jules Moinaux Les Deux Aveugles est créée aux Bouffes-Parisiens.

Offenbach, Les Deux Aveugles

Offenbach, Les Deux Aveugles

Son

Les Deux Aveugles Interprétation : Régis Ducrocq, Gilles Butin, orchestre sous la direction de Louis Vincent Bruère (enregistré en 1952). 

Crédits : CEFIDOM / Encyclopædia Universalis France

Afficher

31 août 1855 La « légende bretonne » en un acte sur un livret d'Eugène Mestépès et Émile Chevalet Le Violoneux est créée aux Bouffes-Parisiens. La soprano française Hortense Schneider, qui sera l'interprète la plus célèbre d'Offenbach, apparaît pour la première fois dans une de ses œuvres.

29 décembre 1855 La « chinoiserie musicale » en un acte sur un livret de Ludovic Halévy Ba-ta-clan est créée aux Bouffes-Parisiens du passage Choiseul, ancien théâtre Comte, où Offenbach vient de s'installer.

12 juin 1856 L'opérette en un acte sur un livret de Michel Carré La Rose de Saint-Flour est créée aux Bouffes-Parisiens des Champs-Élysées.

15 janvier 1857 L'« opérette fantastique » en un acte sur un livret d'Eugène Mestépès Les Trois Baisers du diable est créée aux Bouffes-Parisiens du passage Choiseul.

10 octobre 1857 L'opérette en un acte sur un livret de Michel Carré et Léon Battu Le Mariage aux lanternes est créée aux Bouffes-Parisiens du passage Choiseul.

3 mars 1858 L'opérette bouffe en un acte sur un livret d'Armand Lapointe Mesdames de la Halle est créée aux Bouffes-Parisiens du passage Choiseul.

21 octobre 1858 Orphé [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure et de Sciences Po Paris, assistant à l'université Marc Bloch (Strasbourg), critique musical

Classification


Autres références

«  OFFENBACH JACQUES (1819-1880)  » est également traité dans :

OFFENBACH JACQUES

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 799 mots
  •  • 1 média

Le nom d'Offenbach est indissociable de la forme musicale de l'opérette. Même s'il s'agit d'un genre dont il s'est progressivement détaché et qui n'est pas associé à ses plus grands succès, il en reste le créateur. Doué d'une étonnante invention mélodique, il sait rire et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-offenbach/

LA BELLE HÉLÈNE (J. Offenbach)

  • Écrit par 
  • Timothée PICARD
  •  • 298 mots

Celle que l'on considère comme la reine des opérettes françaises – bien qu'il s'agisse en réalité d'un opéra bouffe – est créée le 17 décembre 1864 au Théâtre des Variétés, à Paris. Offenbach a profité de la liberté des théâtres – un décret de Napoléon III du 6 janvier 1864 délivre les scènes parisiennes du poi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-belle-helene/#i_4877

FELSENSTEIN WALTER (1901-1975)

  • Écrit par 
  • Claude VAUGIER
  •  • 2 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le répertoire de la Komische Oper »  : […] Le metteur en scène est parvenu à maturité en 1947 et le répertoire de la Komische Oper est révélateur de ses goûts véritables. À l'évidence, Felsenstein préfère laisser à ses collaborateurs le soin de monter des ouvrages contemporains, même s'il met en scène Die Kluge de Carl Orff (1948), et L'Amour des trois oranges de Prokofiev (1968). Pour s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walter-felsenstein/#i_4877

MEILHAC HENRI (1831-1897)

  • Écrit par 
  • Hélène LACAS
  •  • 408 mots

Après des études à Louis-le-Grand, Henri Meilhac est employé dans une librairie. Il acquiert vite une réputation d'humoriste doué d'un esprit caustique et d'une imagination quelque peu fantasque, grâce à des dessins et articles parus au Journal pour rire où il collabore de 1852 à 1855 sous le pseudonyme de Talin. En 1855, il débute au théâtre en f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-meilhac/#i_4877

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 978 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'opérette classique »  : […] La meilleure définition de l'opérette pourrait être celle qu'en donnait Claude Terrasse : « L'opéra-comique est une comédie en musique, tandis que l'opérette est une pièce musicalement comique. » Au xix e siècle, enfin, on laisse s'ouvrir petit à petit quelques théâtres populaires, sévèrement surveillés par les gouvernements successifs, qui craig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/operette/#i_4877

Orphée aux enfers, OFFENBACH (Jacques)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 544 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le nom d'Offenbach demeure attaché à Paris et aux festivités du second Empire. En 1855, cet Allemand d'origine mais Français d'adoption et de cœur prend la direction d'un théâtre, qu'il baptise Bouffes-Parisiens. C'est là qu'il va connaître la consécration avec une série d'opérettes et d'opéras bouffes. Mais il subit le contrecoup de la guerre de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/orphee-aux-enfers-offenbach-jacques/#i_4877

Pour citer l’article

Timothée PICARD, « OFFENBACH JACQUES - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/offenbach-reperes-chronologiques/