GRANADOS ENRIQUE (1867-1916)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Granados est une sorte de Grieg espagnol, et les Danses norvégiennes de l'un trouvent leur pendant dans les Danzas españolas de l'autre. Né à Lérida (Catalogne), Granados fit ses débuts comme pianiste à Barcelone à l'âge de seize ans, gagnant sa vie en jouant dans un café ; il travaillait en même temps le piano avec J. B. Pujol et l'harmonie avec F. Pedrell. De 1887 à 1899, il fut élève à la classe de piano de C. de Bériot à Paris. De retour à Barcelone, il fut fort prisé comme pianiste, et ses douze Danzas españolas pour piano à quatre mains (1892) acquirent une grande popularité. Le premier de ses sept opéras, María del Carmen (Madrid, 1898), dénote une ambiance populaire castillane. En 1900, il fonda à Madrid une éphémère Sociedad de conciertos clásicos et l'année suivante, à Barcelone, sa propre école de piano, l'Academia Granados, de haute renommée. Il écrivit de nombreuses œuvres pour le piano dans un style postromantique comparable à ceux de Brahms et de Grieg, notamment, à côté de ses Tonadillas en estilo antiguo (pour chant et piano), Goyescas qui demeure son chef-d'œuvre (Barcelone, 1911 ; salle Pleyel, 1914), où il déploie une passion inspirée de l'œuvre de Goya, six Escenas románticas, Cuentos para la juventud (dix pièces faciles), sept Valses poéticos. Une adaptation pour la scène eut lieu à New York en 1916 ; c'est lors du retour en Europe, que le bateau qui le ramenait, le Sussex, fut torpillé par un sous-marin allemand.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  GRANADOS ENRIQUE (1867-1916)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 635 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La zarzuela »  : […] Le terrain avait été spontanément préparé par quelques musiciens mineurs qui limitèrent leurs efforts à une forme d'opéra-comique particulière, la zarzuela . Comédie de mœurs de couleur locale, sorte d'opéra abrégé avec dialogues parlés, la zarzuela côtoie la saynète, à laquelle elle n'ajoute qu'une ouverture, quelques arias et quelques chœurs. Entre 18 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-la-musique/#i_11681

TONADILLA

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 718 mots

Dans la seconde moitié du xviii e  siècle apparut à Madrid une nouvelle forme musicale qui devint vite très populaire, la tonadilla escénica ( tonadilla est un diminutif de tonada , qui signifie « chanson » en espagnol). Il s'agissait d'une sorte d'opéra-comique miniature, duran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tonadilla/#i_11681

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « GRANADOS ENRIQUE - (1867-1916) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/enrique-granados/