INDY VINCENT D' (1851-1931)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du compositeur ou du pédagogue, on ne sait auquel il faut accorder la première place : l'un et l'autre sont d'importance considérable ; l'un et l'autre se mêlent d'ailleurs ; d'Indy n'a jamais cessé d'être professeur en composant, comme il n'a jamais cessé, en enseignant, d'être un homme de principes, intransigeant encore que généreux et bienveillant. Originaire du midi de la France (bien que né à Paris), élève de Diemer et de Marmontel, pour le piano, de Lavignac pour l'harmonie, enfin — et surtout — de César Franck, auquel il voue un culte qui ne cessera de grandir, il complète sa formation musicale par plusieurs voyages en Allemagne. Il y rencontre Liszt, Brahms, Wagner surtout ; la découverte des drames lyriques de ce dernier va orienter toute sa carrière. Après ses premiers succès, celui en particulier de sa Symphonie cévenole (1886), il prend la direction de la Société nationale à la mort de Franck (1890) et fonde la Schola cantorum dont il deviendra très vite le directeur. Dès lors, son influence sur la jeune génération devient très importante non seulement dans le domaine musical mais sur le plan moral. D'Indy ne sépare jamais son enseignement artistique d'une attitude philosophique et morale. Son esthétique, fondée sur le culte de l'ordre, de la rigueur, n'est dans son esprit que l'application au domaine de l'art d'une pensée morale. C'est parce qu'il est fervent catholique, et parce qu'il est nationaliste, qu'il tentera de traduire en français le message wagnérien et cherchera son inspiration dans ses montagnes cévenoles. C'est au nom d'une certaine conception morale qu'il s'opposera vivement au debussysme, trop sensuel, trop peu structuré à son goût, et cela malgré une grande admiration personnelle pour l'œuvre de Debussy ; son école et ses disciples, renchérissant sur son rigorisme, le pousseront peut-être plus loin qu'il n'eût souhaité lui-même.

Vincent d'Indy

Vincent d'Indy

Photographie

Le Français Vincent d'Indy (1851-1931), compositeur et pédagogue. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'œuvre de Vincent d'Indy est, dans l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de l'Institut de musique et danse anciennes de l'Île-de-France, conseiller artistique du Centre de musique baroque de Versailles

Classification


Autres références

«  INDY VINCENT D' (1851-1931)  » est également traité dans :

ALBÉNIZ ISAAC (1860-1909)

  • Écrit par 
  • André GAUTHIER
  •  • 1 685 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le protagoniste du « renacimiento » »  : […] Au cours des quinze années qui lui restent à vivre – et qu'il passe à Paris –, Albéniz ne va cesser d'explorer l'espace sonore afin de satisfaire l'exigence nouvelle qui s'est emparée de lui à mesure de ses rencontres dans les milieux musicaux de la capitale. Il s'inscrit spontanément dans la classe de composition de Vincent d'Indy quand la Schola Cantorum ouvre ses portes, et il continue à trava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isaac-albeniz/#i_10029

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 852 mots
  •  • 2 médias

Dans son Dictionnaire de musique , Jean-Jacques Rousseau définit la composition musicale comme « l'art d'inventer et d'écrire des chants, de les accompagner d'une harmonie convenable, de faire, en un mot, une pièce complète de musique avec toutes ses parties ». Le mot composition engloberait donc, appliqué à la musique, toutes les techniques musicales, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composition-musicale/#i_10029

LEKEU GUILLAUME (1870-1894)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 176 mots

D'origine belge, élève de Franck et de Vincent d'Indy, mort à vingt-quatre ans d'une fièvre thyphoïde, Guillaume Lekeu ne laisse qu'une œuvre très mince, dominée par une belle et prometteuse Sonate pour violon et piano (1892). Lekeu avait une personnalité très riche, très généreuse et attachante. On s'accordait, dans l'entourage de Franck, pour voir en lui le plus doué des d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-lekeu/#i_10029

MAGNARD ALBÉRIC (1865-1914)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 708 mots

Le compositeur Albéric Magnard est l'un des seuls symphonistes de grande envergure qu'ait connu la France à l'aube du xx e siècle. Bien que son père, rédacteur en chef du Figaro , lui ait offert toutes les facilités pour réaliser une brillante carrière, il refuse ses interventions et suit, en solitaire, un chemin en marge de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberic-magnard/#i_10029

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Rameau : le réveil »  : […] Remonté en scène à peu près en même temps que Monteverdi, Jean-Philippe Rameau eut à franchir d'autres obstacles. Ici, malgré une rupture analogue de toute tradition, le texte pose incomparablement moins de problèmes : ni cornet à bouquin, ni régale, ni chitarrone dans son orchestre, mais des hautbois, des bassons, des flûtes et des cordes parentes des nôtres. Rameau traverse d'ailleurs tout le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_10029

SÉVERAC DÉODAT DE (1872-1921)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 119 mots

Originaire de Saint-Félix-de-Caraman (Haute-Garonne), Séverac trouve dans l'enseignement de Vincent d'Indy à la Schola cantorum, et dans l'exemple du maître, une raison de retourner en Cerdagne. Ses opéras-comiques nous mènent l'un dans le Lauraguais ( Le Cœur du moulin , 1903-1908), l'autre à Béziers ( Héliogabale , 1910) ; ses poèmes symphoniques et su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deodat-de-severac/#i_10029

SIOHAN ROBERT (1894-1985)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 635 mots

Musicien universel, Robert Siohan avait choisi de servir son art en écartant d'emblée toute idée de carrière personnelle. Compositeur, chef d'orchestre, journaliste, musicologue, il était l'un des rares survivants d'une génération qui avait vécu la grande mutation post-debussyste et défendu avec vigueur les nouveaux courants musicaux. Né à Paris le 27 février 1894, il fait ses études musicales au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-siohan/#i_10029

TURINA JOAQUÍN (1882-1949)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 541 mots

Musicien espagnol, pianiste, compositeur et professeur, fortement imprégné par le style andalou flamenco . Joaquín Turina naquit à Séville, où il étudia avec E. García Torres, avant d'être l'élève, à Madrid, de José Tragó et, à Paris (où il resta de 1905 à 1914), de Moritz Moszkowski (1854-1925) et de Vincent d'Indy à la Schola cantorum. Ce dernier influença nettement son élè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joaquin-turina/#i_10029

Pour citer l’article

Philippe BEAUSSANT, « INDY VINCENT D' - (1851-1931) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincent-d-indy/