FALLA MANUEL DE (1876-1946)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Contemporain et successeur du compositeur et pianiste Isaac Albéniz, Manuel de Falla développa et dépassa les découvertes de son compatriote. Mais son œuvre est le fruit d'une longue et difficile patience alimentée par un caractère tourmenté.

Depuis l'âge de trente ans, sinon depuis l'adolescence, sa vie fut une lutte constante entre la sensualité souveraine qui s'est épanchée dans L'Amour sorcier et l'austérité âpre et décharnée du Concerto pour clavecin. Une maladie vénérienne contractée à l'âge de trente-six ans provoqua en lui un combat qui devait le mener vers une forme d'ascétisme pétrifié, bienveillant pour autrui, trop sévère pour lui-même ; il vécut sa maladie comme un châtiment divin. Néanmoins, la musique d'Espagne se libéra, grâce à lui, des excès d'un folklorisme banal où elle était tombée pour atteindre le niveau déjà exceptionnel des dernières pièces d'Albéniz, puis se hausser jusqu'à celui où le xvie siècle l'avait placée. Dans le langage universel de Falla, l'élément traditionnel ou national, tout présent qu'il soit, n'est jamais déterminant mais déterminé.

Les années de formation

Élève de José Tragó

Quatrième enfant d'un commerçant originaire de Valence et d'une mère d'ascendance catalane, Manuel de Falla y Matheu est né à Cadix. Dès l'âge de huit ans, sa mère l'initie au piano. Plusieurs maîtres provinciaux plus ou moins obscurs lui succèdent. Ces études fragmentaires, non systématiques, accompagnent ses premiers concerts de pianiste, depuis ses douze ans. Des pages de cette époque, il ne reste que les titres : un Quatuor avec piano, une Mélodie pour violoncelle et piano, un Quintette.

À partir de 1890, il se rend régulièrement à Madrid pour travailler sous la direction de son premier vrai maître, José Tragó, l'un des meilleurs pianistes espagnols de l'époque. Initié ensuite à la compréhension de son art, Falla entreprend la transcription analytique de plusieurs partitions de Richard Wagner. Enfin, après cinq ans de concerts en province, il s'intègre peu à peu dans la capitale, au milieu musical espagnol.

De 1896 à 1898, il suit les cours du Conservatoire royal où professe son maître, lui-même disciple de Georges Mathias, professeur au Conservatoire de Paris et élève de Chopin. L'influence de Tragó fut décisive dans la formation de Falla. Il obtient un prix de piano. Les compositions de cette époque : Valse-Caprice, Nocturne, Sérénade andalouse, révèlent l'influence de Chopin et d'Albéniz.

Pedrell et « La Vie brève »

De 1900 à 1902, Falla acquiert une certaine notoriété par quelques zarzuelas où l'héritage italianisant de Francisco Barbieri est reçu à travers Ruperto Chapi, Andrés Bretón et Federico Chueca. La première, Los Amores de la Inés, est créée le 12 avril 1902 au Teatro Cómico. Vers le milieu de 1901, il rencontre Felipe Pedrell, avec qui il approfondit ses connaissances théoriques (instrumentation, orchestration, etc.) pendant trois ans. Dans une brochure célèbre, Pour notre musique (1891), Pedrell a prôné un retour aux sources nationales de la musique et l'assimilation à la tradition savante européenne dans un style original et authentique. Jusqu'à l'âge de vingt-cinq ans, Falla travaille sous sa direction, comme le firent auparavant, trop brièvement, Albéniz et Granados. Lorsqu'en 1904 Pedrell quitte Madrid, son élève écrit laborieusement, en huit mois, La Vie brève (La Vida breve), résumé de tout son apprentissage. Cet opéra – drame lyrique dont on ne joue de nos jours que la danse du deuxième et dernier acte – reflète en partie une orientation que partagent les compositeurs français de l'époque. Mais elle est tout intuitive, car si à Paris on discute Claude Debussy, en Espagne on l'ignore. Avant 1905, aucun programme de concert n'affiche à Madrid les noms de Roussel, Dukas ou Ravel ; zarzuelas et opéras de Gounod et de Puccini se succèdent sans laisser de place à autre chose.

Sur un texte de Carlos Fernández Shaw, alors prestigieux librettiste de zarzuelas, La Vie brève révèle deux influences nouvelles : Puccini et Wagner. L'œuvre fut primée par l'Académie des beaux-arts de Madrid, mais elle ne fut pas exécutée et dut attendre 1913 pour sa création en France.

En juillet 1907, après de longues [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FALLA MANUEL DE (1876-1946)  » est également traité dans :

ALARCÓN PEDRO ANTONIO DE (1833-1891)

  • Écrit par 
  • Sylvie LÉGER
  •  • 531 mots

L'époque d'Alarcón est celle de la Restauration espagnole. Sa technique et son esprit constituent une transition entre la production romantique et les représentants les plus typiques du réalisme, tels Pereda et Pérez Galdos. Défenseur des idées libérales dans sa jeunesse, il se convertit au catholicisme traditionnel et au conservatisme après une crise de conscience, consécutive à un duel. Engagé v […] Lire la suite

CHUECA FEDERICO (1848-1908)

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 236 mots

Compositeur, pianiste et chef d'orchestre espagnol, fort populaire par les nombreuses zarzuelas du género chico (zarzuela brève, par opposition à la zarzuela grande ) dont il est le créateur. Chueca vécut à Madrid, tenant le piano dans les cafés et dirigeant un orchestre de zarzuelas. Il écrivit beaucoup dans ce genre espagnol proche de l'opéra-comique ; il se fit aider par son collègue Joaquín V […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - La musique

  • Écrit par 
  • Luis CAMPODÓNICO, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 5 663 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Manuel de Falla »  : […] Dans ses premières œuvres ( Sérénade andalouse , pour violon et piano, vers 1899 ; plusieurs zarzuelas ; quelques mélodies), Manuel de Falla (1876-1946) explore, autour d'un impressionnisme musical qu'il développera par la suite, ce qu'Albéniz a conquis. Impressionnisme, dénomination très discutée et pourtant combien juste : la peinture ainsi nommée, attachée à l'impression fugace d'une réalité im […] Lire la suite

HALFFTER ERNESTO (1905-1989)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 695 mots

Personnage essentiel de la vie musicale espagnole, ami et disciple de Manuel de Falla, chef d'orchestre, compositeur, pédagogue, Ernesto Halffter appartenait à une importante famille de compositeurs : son frère Rodolfo (1900- 1987) s'était fixé au Mexique en 1939, où il avait largement contribué à l'édification d'une vie musicale, et leur neveu Cristóbal (1930-2021) fut 1'une des figures marquante […] Lire la suite

LANDOWSKA WANDA (1879-1959)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 107 mots
  •  • 1 média

Que serait le clavecin aujourd'hui sans la persévérante action de Wanda Landowska ? L'irrésistible attraction exercée, dès le début du xix e  siècle, par le piano ainsi que les séductions du romantisme avaient relégué le clavecin au rang de vestige d'un passé révolu et réduit la richesse de son immense répertoire à un simple champ d'investigation musicologique. Aux premières années du siècle suiv […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Luis CAMPODÓNICO, « FALLA MANUEL DE - (1876-1946) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/manuel-de-falla/