Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NATION L'idée de nation

La nation organisée

Depuis la fin du Moyen Âge, la nation française est définitivement constituée, comme l'anglaise, et le xvie siècle marque sans nul doute, en France, l'organisation de l'État national. L'Angleterre est, à cet égard, en avance sur la France et, de plus, la constitution d'une Église nationale y a ajouté, au xvie siècle, un nouvel élément de cohésion. Il est remarquable qu'à partir de ce siècle on voit, en France comme en Angleterre, se multiplier les histoires nationales.

La nation associée à la vie du royaume

Le roi de France a, dès le Moyen Âge, imposé son autorité à l'extérieur en rejetant toute intrusion du pape ou de l'empereur dans la vie politique du royaume ; sans rompre avec Rome, il parachève son indépendance dans le domaine spirituel en faisant respecter les « libertés gallicanes ». À l'intérieur, il a maintenant réduit au silence les grands féodaux et il n'accepte aucun partage de son autorité souveraine. Les Français, ses sujets, n'en prennent pas moins part à la vie de la nation organisée, dans le cadre de nombreux « corps intermédiaires » sociaux, administratifs ou professionnels. Si les états généraux de la nation ne se voient reconnaître aucun pouvoir politique, leurs « doléances » font utilement connaître au roi les aspirations de la population.

Unité nationale et particularisme provincial

L' Ancien Régime n'avait pas le souci d'uniformité qui caractérise les États modernes : de même que l'unité de la nation s'accommodait parfaitement de la pluralité de statuts individuels dans l'organisation sociale (clergé, noblesse, tiers état), de même le loyalisme national ne prenait pas ombrage du particularisme provincial. Chaque province a son statut propre et souvent ses états particuliers ; la diversité ne nuit pas à l'unité et, comme l'écrit B. Guenée, « loyalisme et particularisme, loin de se détruire, se renforcent l'un l'autre ».

L'histoire de la langue marque, de son côté, l'achèvement de l'évolution. Alors qu'au Moyen Âge le mot « pays » servait à traduire indifféremment pagus et patria, les écrivains de la Renaissance, notamment Joachim Du Bellay, ne se contentent plus d'un seul mot français pour traduire deux mots latins différents ; ils font entrer dans la langue le mot « patrie » avec son sens actuel, donnant ainsi un support verbal à une notion qui cherchait à s'expliciter.

Le sentiment national contre l'Ancien Régime

Au xviiie siècle, la nation prend conscience d'elle-même à l'égard de la monarchie, aussi bien en France qu'en Angleterre, et la floraison du sentiment national est, ici comme là, liée à la montée de la bourgeoisie, représentant la classe moyenne, qui veut prendre une part plus active à la vie politique de la nation. La France cependant va, cette fois, se séparer de l'Angleterre, parce que l'exaltation de la nation s'y fait contre l'Ancien Régime avant de s'attaquer à la monarchie elle-même.

À la veille de la révolution de 1789, une nouvelle définition de la nation est lancée, qui rejette les « corps intermédiaires » traditionnels. C'est pour Sieyès « un corps d'associés vivant sous une loi commune et représentés par le même législateur » (Qu'est-ce que le tiers état ?, 1789) ; la nation est l'ensemble des régnicoles – on dira bientôt des citoyens – et la volonté nationale est la somme des volontés individuelles.

Les droits de la nation sont bientôt proclamés à l'encontre du pouvoir royal. On crie « Vive la nation ! » ; le roi ne saurait être que son représentant. Comme l'écrit Renan, désormais « la nation existe par elle-même », mais il ajoute aussitôt : « La royauté française avait été si hautement nationale que, le lendemain de sa chute,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris
  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Pour citer cet article

Georges BURDEAU et Pierre-Clément TIMBAL. NATION - L'idée de nation [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LA CRÉATION DES IDENTITÉS NATIONALES (A.-M. Thiesse)

    • Écrit par Pierre MILZA
    • 981 mots

    Que l'idée de nation et le sentiment identitaire qui s'y rattache soient non pas des faits « naturels » mais des constructions de l'esprit, apparues au début de l'ère industrielle, il est peu d'historiens aujourd'hui pour le nier. Les Français ne furent certainement ni les premiers ni les plus ardents...

  • AFRIQUE (conflits contemporains)

    • Écrit par René OTAYEK
    • 4 953 mots
    • 4 médias
    Le passage de l'État colonial à l'État postcolonial ne marque aucune rupture en la matière. Certes, l'heure est à la construction de la nation, objectif proclamé de ces mêmes élites qui héritent des rênes du pouvoir. La stigmatisation du tribalisme associée à la délégitimation des appartenances...
  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par Guillaume LACQUEMENT
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    ...Deutscher Reich de Bismarck (en 1871). Mais la conscience de former un peuple s'affirme précocement en dépit et au-delà du morcellement des États territoriaux. L'idée de nation se nourrit dès le Moyen Âge de la résurrection du passé germanique à travers les grandes chansons de geste du cycle de Siegfried et de...
  • ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

    • Écrit par Universalis
    • 1 202 mots

    L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme.

    Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau...

  • ARABISME

    • Écrit par Universalis, Maxime RODINSON
    • 5 530 mots
    • 6 médias
    Le nationalisme arabe s'est forgé une idéologie, comportant une théorie fondamentale de la nation – et de la nation arabe –, théorie constituée en fonction des aspirations spontanées et des problèmes politiques pratiques posés par la situation des peuples arabes. Aux théories européennes sur la nation,...
  • Afficher les 38 références

Voir aussi