TRIBALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mau-Mau

Mau-Mau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Biafra

Guerre du Biafra
Crédits : Hulton Getty

photographie

Inuit

Inuit
Crédits : Wayne R Bilenduke, Getty Images

photographie


L'utilisation massive et hors de propos du terme « tribalisme » montre bien que certains abus de vocabulaire et d'interprétation idéologique ont leur source dans les imprécisions, pour ne pas dire les lacunes, du discours anthropologique. La notion de tribalisme recouvre des phénomènes et des réalités si différents et si disparates qu'on ne sait plus si elle renvoie au type de structure sociale qui semble la justifier (tribu) ou à un phénomène spécifique plus ou moins indépendant d'une formation sociale ou historique précise.

Dans son sens premier, le tribalisme se réfère à la conscience de soi du groupe (tribal), au sentiment d'appartenance et d'identité sociale et culturelle. Le tribalisme exprime une réalité complexe, à la fois culturelle, idéologique et politique. La tribu n'est plus, à la limite, qu'un signifié du passé précolonial et des formes sociales élémentaires. Mais les situations coloniale et néo-coloniale ont donné naissance à de nouveaux tribalismes qui ne se réduisent pas à la simple mise à jour des tribalismes antérieurs. Ce phénomène – secondaire – est déterminé par les nouvelles contradictions sociales (d'origine externe) auxquelles les sociétés ethniques ou tribales se trouvent confrontées. Cette deuxième forme de tribalisme devient une forme originale d'expression politique et sociale dont le contexte d'explication n'est pas le passé précolonial mais l'État national et les luttes de classes qui le traversent. La confusion commune vient de ce qu'on explique et décrit ce tribalisme avec les caractéristiques du premier. En dernier lieu, le tribalisme peut acquérir un sens supratribal et définir une espèce de nationalisme, comme c'est aujourd'hui le cas de la communauté indienne aux États-Unis. Ce tribalisme, volontaire et construit, peut même devenir une nouvelle idéologie qui n'a plus aucun rapport avec un groupe tribal, quel qu'il soit.

Acceptions communes et anthropologiques

L'usage du terme tribalisme est très largement p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle (sociologie), maître assistant au Centre d'études africaines de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  TRIBALISME  » est également traité dans :

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « L'État, la cité, les échanges »  : […] Si l'on trace un axe et que l'on place, à l'une de ses extrémités, les unités sociales minimales (lignages, clans, aires matrimoniales, etc.) et, à l'autre, l'État-nation, l'ethnie occupera autant de positions intermédiaires que de conceptions qui prévaudront chez l'utilisateur de cette notion. Sous le masque de l'ethnie, se trouve à l'œuvre, en effet, la réalité d'un acteur, celui qui effectue le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnie/#i_16466

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 3 médias

Les anthropologues désignent habituellement par le terme « tribu » deux réalités, deux domaines de faits différents mais liés. D'une part, presque tous s'en servent pour distinguer un type de société parmi d'autres, un mode d' organisation sociale spécifique qu'ils comparent à d'autres (« bandes », « États », etc.). Ce point cependant ne fait pas l'unanimité parmi eux par sui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribu/#i_16466

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean COPANS, « TRIBALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/