TRIBALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'utilisation massive et hors de propos du terme « tribalisme » montre bien que certains abus de vocabulaire et d'interprétation idéologique ont leur source dans les imprécisions, pour ne pas dire les lacunes, du discours anthropologique. La notion de tribalisme recouvre des phénomènes et des réalités si différents et si disparates qu'on ne sait plus si elle renvoie au type de structure sociale qui semble la justifier (tribu) ou à un phénomène spécifique plus ou moins indépendant d'une formation sociale ou historique précise.

Dans son sens premier, le tribalisme se réfère à la conscience de soi du groupe (tribal), au sentiment d'appartenance et d'identité sociale et culturelle. Le tribalisme exprime une réalité complexe, à la fois culturelle, idéologique et politique. La tribu n'est plus, à la limite, qu'un signifié du passé précolonial et des formes sociales élémentaires. Mais les situations coloniale et néo-coloniale ont donné naissance à de nouveaux tribalismes qui ne se réduisent pas à la simple mise à jour des tribalismes antérieurs. Ce phénomène – secondaire – est déterminé par les nouvelles contradictions sociales (d'origine externe) auxquelles les sociétés ethniques ou tribales se trouvent confrontées. Cette deuxième forme de tribalisme devient une forme originale d'expression politique et sociale dont le contexte d'explication n'est pas le passé précolonial mais l'État national et les luttes de classes qui le traversent. La confusion commune vient de ce qu'on explique et décrit ce tribalisme avec les caractéristiques du premier. En dernier lieu, le tribalisme peut acquérir un sens supratribal et définir une espèce de nationalisme, comme c'est aujourd'hui le cas de la communauté indienne aux États-Unis. Ce tribalisme, volontaire et construit, peut même devenir une nouvelle idéologie qui n'a plus aucun rapport avec un groupe tribal, quel qu'il soit.

Acceptions communes et anthropologiques

L'usage du terme tribalisme est très largement péjoratif. Le vocabulaire qui lui est le plus fréquemment associé est négatif ou dépréciatif : les haines, les oppositions, les luttes, les éclatements (tribalistes) connotent un champ sémantique confus et opaque. Le tribalisme devient un cadre vide et formel qui se trouve défini par ses qualificatifs.

Même sans le vouloir, ceux qui parlent des valeurs négatives et positives du tribalisme insistent tant sur les premières que les secondes paraissent bien dérisoires. Ainsi, l'anthropologue britannique P. C. Lloyd mentionne « l'hostilité et la rivalité ethniques » et affirme que « l'exclusivisme ethnique procure une base toute prête à des mouvements politiques séparatistes ». Comment, dans ces conditions, penser l'identification ethnique comme un instrument de la construction nationale ! Le tribalisme serait donc, avant tout, une forme dépassée ou inadaptée de la cohésion sociale. Les théoriciens de l'anthropologie appliquée, comme L. Mair ou B. Malinowski, ont pu cautionner une telle interprétation qui ignore les conséquences complexes de la domination coloniale. Leur vision étroitement fonctionnaliste les conduit à concevoir le tribalisme comme l'expression d'une unité autonome et autarcique, qui refuse et méconnaît le « contrôle extérieur » (c'est-à-dire en fait le pouvoir colonial). C'est ainsi que naît la dichotomie politique qui oppose le tribalisme (particulariste-conservateur) au nationalisme (universaliste-novateur). Cette conception générale se retrouve dans la plupart des courants théoriques qui se partagent l'anthropologie et la sociologie du sous-développement. Ainsi, G. Balandier, pourtant partisan d'une théorie dynamiste, sous-entend que le tribalisme est en partie « la résurgence des anciens antagonismes ». C'est pourquoi certains chercheurs n'ont pas hésité à rejeter complètement ce terme, qui ne serait qu'un instrument purement idéologique de l'époque coloniale. C'est l'opinion de R. Apthorpe qui y voit une véritable « invention » pragmatique de l'administration coloniale. G. Althabe va même plus loin, puisque pour lui les ethnologues « ont mis beaucoup d'ingéniosité à exprimer les différences, à bâtir des séparations entre les peuples de manière à cacher le sort commun qui leur était fait dans la domination coloniale ».

Mais une telle condamnation n'explique pas pour autant les phénomènes, même oppos [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Mau-Mau

Mau-Mau
Crédits : Hulton Getty

photographie

Guerre du Biafra

Guerre du Biafra
Crédits : Hulton Getty

photographie

Inuits

Inuits
Crédits : White Fox/ AGF/ Universal Images Group/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle (sociologie), maître assistant au Centre d'études africaines de l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  TRIBALISME  » est également traité dans :

ETHNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Loup AMSELLE
  •  • 3 853 mots

Dans le chapitre « L'État, la cité, les échanges »  : […] Si l'on trace un axe et que l'on place, à l'une de ses extrémités, les unités sociales minimales (lignages, clans, aires matrimoniales, etc.) et, à l'autre, l'État-nation, l'ethnie occupera autant de positions intermédiaires que de conceptions qui prévaudront chez l'utilisateur de cette notion. Sous le masque de l'ethnie, se trouve à l'œuvre, en effet, la réalité d'un acteur, celui qui effectue le […] Lire la suite

TRIBU

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 9 668 mots
  •  • 3 médias

Les anthropologues désignent habituellement par le terme « tribu » deux réalités, deux domaines de faits différents mais liés. D'une part, presque tous s'en servent pour distinguer un type de société parmi d'autres, un mode d' organisation sociale spécifique qu'ils comparent à d'autres (« bandes », « États », etc.). Ce point cependant ne fait pas l'unanimité parmi eux par suite de l'imprécision de […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-30 novembre 2015 Vatican – Afrique. Visite du pape François au Kenya, en Ouganda et en République centrafricaine.

Le 25, le pape François entame son premier voyage en Afrique par le Kenya, où il appelle à lutter contre le tribalisme et la corruption. Le 27, le pape arrive en Ouganda où il enjoint le président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, d’« assurer la bonne et transparente gestion, le développement humain intégral, une large participation à la vie nationale, ainsi qu’une distribution sage et juste des biens ». […] Lire la suite

10-31 décembre 2012 République centrafricaine. Offensive des rebelles de la Seleka

La Seleka dénonce également la « mal gouvernance » du pouvoir, ainsi que « l'exclusion de l'opposition, le clientélisme et le tribalisme ». Le 27, le président français François Hollande déclare que les soldats français stationnés à Bangui dans le cadre de la Mission de consolidation de la paix en Centrafrique ne sont pas là pour sauver le régime, mais pour défendre l'ambassade de France et protéger les ressortissants et les intérêts français. […] Lire la suite

14-19 septembre 1995 Vatican – Afrique. Visite du pape Jean-Paul II au Cameroun, en Afrique du Sud et au Kenya

Il rend publique l'exhortation apostolique intitulée Ecclesia in Africa, document final du synode dans lequel le souverain pontife dénonce la « malhonnêteté », la « corruption », « le tribalisme, le népotisme, le racisme, l'intolérance religieuse, la soif de pouvoir » qui caractérisent certains États africains, et notamment certains « régimes autoritaires et oppressifs ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean COPANS, « TRIBALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tribalisme/