Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

NABATÉENS

Les Nabatéens sont un peuple que le monde savant s’accorde à considérer comme « arabe », à la fois parce qu’il est désigné comme tel dans les sources, y compris grecques et latines, et parce que ses membres parlaient sans doute une forme antique de la langue arabe. Ils ont développé une civilisation moins connue que celle d’autres peuples antiques du Proche-Orient tels que les Phéniciens, mais ont laissé derrière eux des vestiges d’autant plus impressionnants qu’ils sont pour partie, notamment les tombeaux, taillés dans la roche. Il s’agit donc de monuments rupestres dont l’état de conservation est si satisfaisant qu’ils ont traversé les siècles sans autres dommages que ceux dus à l’érosion naturelle de la roche. C’est le cas, par exemple, des tombeaux taillés dans les falaises de grès de Pétra (en Jordanie), siège de leur capitale, et de Hégra (aujourd’hui en Arabie Saoudite), l’un des sites nabatéens les plus importants après Pétra, dont l’exploration a réellement commencé au début des années 2000 alors que les premières fouilles faites à Pétra remontent à 1929.

Un autre élément notable de l’héritage laissé par les Nabatéens relève du domaine de l’écriture, car l’écriture nabatéenne est à l’origine de l’écriture arabe telle qu’elle est utilisée de nos jours par plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde. Cette dernière est en effet le résultat d’une évolution progressive des lettres de l’alphabet nabatéen vers celles de l’alphabet arabe, qui a lieu entre la fin du iiie et la fin du ve siècle.

Le royaume nabatéen

Le royaume nabatéen

Les Nabatéens ont formé un royaume indépendant, le royaume de Nabatène, qui a commencé à battre sa propre monnaie à la fin du iiie-début du iie siècle av. J.-C., à la fois en marge des grands empires, hellénistiques puis romain, et des royaumes voisins tels que les royaumes asmonéen puis hérodien. Il est resté indépendant jusqu’en 106 apr. J.-C., date à laquelle il a été annexé sur ordre de l’empereur Trajan pour devenir une nouvelle province romaine, celle d’Arabie. Il a par la suite étendu sa domination, avec des variations au cours de ses quatre cents ans d’existence, de Damas (auj. en Syrie) au Hedjaz (en arabe Ḥidjâz), région montagneuse du nord-ouest de l’Arabie Saoudite, et du Néguev (auj. le sud d’Israël, au désert syroarabique) au moins jusqu’à l’oasis d’al-Jawf, l’ancienne Dûmat al-Jandal. La présence de Nabatéens est également attestée, en particulier par les inscriptions, dans la péninsule du Sinaï et dans le désert oriental égyptien, entre le Nil et le littoral de la mer Rouge.

Les Nabatéens, des Arabes

Les sources antiques désignent les Nabatéens comme des Arabes. C’est le cas de Diodore de Sicile qui, au ier siècle av. J.-C., décrit les Nabatéens à des époques plus anciennes, notamment à la fin du ive siècle, où ils seraient déjà considérés comme les Arabes les plus riches du désert (Bibliothèque Historique, xix, 94-100). Au iie siècle, toujours d’après Diodore (iii, 43, 4-5), « les Arabes appelés Nabatéens » occupent de nombreux villages le long du golfe d’Aqaba et pratiquent la piraterie. D’autres sources, de Flavius Josèphe l’historien juif du ier siècle à Procope de Césarée, au vie siècle, en passant par les deux Livres des Maccabées, écrits en grec et intégrés dans la Bible des Septante, les qualifient d’Arabes. Dans le IIe Livre des Maccabées (v, 8), il est ainsi question d’un roi nabatéen, Arétas, baptisé « tyran des Arabes », auprès duquel, en 168 av. J.-C., l’ancien grand prêtre Jason, partisan du clan favorable à l’hellénisation des Juifs, a trouvé refuge. Selon Flavius Josèphe (Antiquités juives, xiii, 10 et I Macc. ix, 35), Jonathan Maccabée, un des acteurs de la révolte juive contre les autorités hellénistiques en Judée, a envoyé son frère, vers 160 av. J.-C., chez[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le royaume nabatéen

Le royaume nabatéen

Deux bétyles en relief posés dans une niche à édicule, Hégra (Arabie Saoudite)

Deux bétyles en relief posés dans une niche à édicule, Hégra (Arabie Saoudite)

Intérieur d’un tombeau, Hégra (Arabie Saoudite)

Intérieur d’un tombeau, Hégra (Arabie Saoudite)

Autres références

  • ALPHABET

    • Écrit par Universalis, Gilbert LAFFORGUE
    • 3 437 mots
    • 3 médias
    Le nabatéen, créé chez une tribu arabe au sud-est de la mer Morte pour écrire l'araméen (iie s. av. J.-C.), est, après la chute du royaume local (106 apr. J.-C.), employé pour transcrire un parler arabe. Peu à peu transformé, il devient l'écriture arabe (vie s. apr. J.-C.), qui n'évoluera...
  • ARABIE

    • Écrit par Universalis, Robert MANTRAN, Maxime RODINSON
    • 7 614 mots
    ...absorbèrent le vieux peuple d'Edom (vers le vie s. av. J.-C.). Elles fondèrent le royaume de Nabatène dont la capitale fut appelée par les Grecs Petra. Ces Nabatéens s'enrichirent grâce au commerce de transit et furent les alliés de Rome. La civilisation hellénistique dominait dans le royaume. En 106,...
  • HÉGRA SITE ARCHÉOLOGIQUE D'

    • Écrit par Laïla NEHMÉ
    • 862 mots

    Madā’in Sālih est le nom d'un site archéologique du nord-ouest de l'Arabie saoudite, situé entre les villes de Tabūk, Taymā et Médine et à une vingtaine de kilomètres au nord du bourg d'al-‘Ulā, connu pour avoir été la capitale des royaumes de Dadan et de Lihyān dans la seconde...

  • JORDANIE

    • Écrit par Philippe DROZ-VINCENT, Universalis, Philippe RONDOT
    • 19 739 mots
    • 16 médias
    ...avoir soumis les Ammonites, les Moabites et les Édomites, il fait de Jérusalem la capitale politique d'un grand État palestinien. Sept siècles après David, les Nabatéens, une tribu arabe, fondent leur royaume dans le pays de Moab et d'Édom et installent à Pétra leur capitale. Ses ruines, impressionnantes,...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi