NABATÉENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les coutumes funéraires

Les Nabatéens croyaient en une vie dans l’au-delà et organisaient des cérémonies commémoratives, parfois dans des salles de banquet associées aux tombeaux, où on consommait de la viande. La présence d’un collier de dattes, encore fraîches lors de l’inhumation, autour du cou de l’un des défunts dans un tombeau de Hégra, ainsi que les offrandes alimentaires, solides ou liquides, déposées dans des réceptacles en céramique à l’intérieur des tombeaux ou devant la porte de ces derniers, témoignent de cette croyance. Les dépôts funéraires retrouvés à Pétra et à Hégra dans les tombeaux comprennent des clochettes en bronze, des lampes à huile, des vases en céramique, des bijoux le plus souvent en matériaux non précieux (bronze), des perles, des pointes de flèches, des petits objets tels que peignes, mouchoirs brodés, poids de tissage, figurines, scarabées, coquillages, etc. S’y ajoutent parfois des figurines en terre cuite représentant des animaux ou des divinités ainsi que des oboles à Charon, c’est-à-dire des pièces de monnaie placées sur les yeux ou dans la bouche des défunts et destinées, dans la mythologie grecque, à payer le passeur Charon pour qu’il les aide à traverser le fleuve de l’Achéron et à rejoindre le royaume des morts.

Les Nabatéens distinguaient également le corps de l’âme des défunts. De nombreux petits monuments commémoratifs appelés nefesh, terme dérivé d’une racine sémitique qui signifie « souffle, âme », sont taillés dans les rochers de Pétra, parfois à l’intérieur des tombeaux pour évoquer un défunt sans doute inhumé ailleurs. Leur forme varie entre le triangle allongé et l’obélisque et ils sont souvent posés sur une base rectangulaire.

Les tombeaux étaient placés sous la protection d’une ou plusieurs divinités nabatéennes, soit par l’ajout d’une formule de malédiction dans le texte juridique gravé sur la façade, soit par la présence d’un bétyle taillé à proximité immédiate. Le texte de l’un des tombeaux de Hégra dit ainsi : « Et que Dûsharâ, le dieu de notre seigneur et tous les dieux maudissent quiconque fera sortir cette Wushûh [la défunte] de cette niche funéraire pour l’éternité. Et que la malédiction de Dûsharâ et de tous les dieux témoigne de cela. » Les tombeaux étaient frappés d’une série d’interdits (inhumer une personne ne faisant pas partie des ayants droit, vendre, mettre en gage, enlever un corps, etc.) et les contrevenants devaient payer une amende, d’un montant variable, au dieu, au prêtre ou au gouverneur.

Les avancées les plus significatives ont été obtenues au cours des années 2000-2020, grâce à la fouille de plusieurs tombeaux nabatéens du site de Hégra. Le climat, plus sec sur ce site qu’à Pétra, a favorisé une meilleure conservation des restes organiques et des objets, notamment les textiles et les cuirs, à l’intérieur des tombeaux. La mise au jour d’une grande quantité de matériel archéologique et son étude par une équipe de spécialistes ont permis, pour la première fois, de restituer entièrement au moins un rituel funéraire. Ce rituel n’était probablement pas le même dans toutes les régions du domaine nabatéen et variait selon le type d’inhumation (tombe à fosse, tombe à puits, tombeau monumental, etc.). Celui qui était en vigueur à Hégra, au moins dans certains cas, avec quelques variantes sans doute, était organisé selon le modèle suivant, en sept étapes dont les six premières étaient vraisemblablement réalisées au domicile du défunt :

Défunte nabatéenne dans ses linceuls

Photographie : Défunte nabatéenne dans ses linceuls

Parce que son climat est plus sec que celui de Pétra, les fouilles conduites sur le site de Hégra ont permis d'avoir une meilleure connaissance des rituels funéraires et des différents modes d'enveloppement du corps chez les Nabatéens. 

Crédits : Rozenn Douaud

Afficher

– un collier de dattes encore fraîches, enfilées sur un cordon végétal, était placé au cou du défunt ;

– le corps, à l’exception du visage pour les étapes 2 à 5, probablement nu car aucune trace de vêtement n’a été retrouvée, était enveloppé dans un premier linceul en laine finement tissée teinte en rouge par combinaison de plusieurs extraits végétaux comprenant de la garance et des rhizomes de patience et de rhubarbe ;

– le corps était enveloppé dans un second linceul en tissu, cette fois en lin écru, préalablement trempé dans un mélange d’acides gras provenant d’une huile végétale et de résine. Cette substance était destinée à retarder la décomposition du corps et imprégnait par contact les autres couches de tissu ;

– le corps était enveloppé dans un troisième linceul, également en lin écru mais plus grossier. L’ensemble était maintenu en place à l’aide de lanières en lin.

– le corps était enveloppé dans un linceul en cuir assez fin et cassant, réalis [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Le royaume nabatéen

Le royaume nabatéen
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Deux bétyles en relief posés dans une niche à édicule, Hégra (Arabie Saoudite)

Deux bétyles en relief posés dans une niche à édicule, Hégra (Arabie Saoudite)
Crédits : Laila Nehmé

photographie

Intérieur d’un tombeau, Hégra (Arabie Saoudite)

Intérieur d’un tombeau, Hégra (Arabie Saoudite)
Crédits : Laila Nehmé

photographie

Khaznah, Pétra (Jordanie)

Khaznah, Pétra (Jordanie)
Crédits : CSP_zurijeta/ Fotosearch_LBRF/ Age Fotostock

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  NABATÉENS  » est également traité dans :

ALPHABET

  • Écrit par 
  • Gilbert LAFFORGUE
  • , Universalis
  •  • 3 458 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'alphabet araméen et sa descendance »  : […] L'alphabet araméen a été tiré du système phénicien par les scribes du royaume de Damas au ix e siècle avant J.-C. Sa forme cursive, plus pratique que celle du phénicien et répandue par les déportés araméens, connaîtra une singulière diffusion en Asie. Adopté par les rois d'Assyrie ( viii e s.), il sert parallèlement aux cunéiformes, qu'il supplante sous l'empire achéménide ( vi e - iv e s.) don […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les Arabes marginaux »  : […] Les sédentaires des oasis, des zones cultivables et des centres commerciaux du désert étaient sous la domination culturelle et souvent politique des Bédouins. Mais ils éprouvaient particulièrement aussi l'influence des cultures extérieures. C'est à eux qu'on doit, semble-t-il, beaucoup des graffiti dits « thamoudéens », écrits dans l'écriture proto-arabe qui est à la base aussi de l'écriture monum […] Lire la suite

HÉGRA SITE ARCHÉOLOGIQUE D'

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 856 mots

Madā’in Sālih est le nom d'un site archéologique du nord-ouest de l'Arabie saoudite, situé entre les villes de Tabūk, Taymā et Médine et à une vingtaine de kilomètres au nord du bourg d'al-‘Ulā, connu pour avoir été la capitale des royaumes de Dadan et de Lihyān dans la seconde moitié du I er  millénaire av. J.-C. Le nom antique du site est Hégra dans les sources grecques et latines, notamment su […] Lire la suite

JORDANIE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT
  •  • 19 647 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le poids du passé »  : […] Le passé est partout présent sur les deux rives du Jourdain. C'est dans le désert de Ram, où l'on a retrouvé des sites de villages néolithiques (VI e et VII e  millénaires), que l'homme s'est d'abord fixé, menant une vie sédentaire. Au II e  millénaire, autour des points d'eau, au sud-ouest de Maan, il pratique une agriculture déjà élaborée. C'est l'époque d'Abraham, établi avec ses compagnons da […] Lire la suite

MAGIE

  • Écrit par 
  • René ALLEAU, 
  • Roger BASTIDE
  •  • 11 230 mots

Dans le chapitre « Les techniques magiques »  : […] La loi magique fondamentale de « l'action du semblable sur le semblable », le principe de similarité, la puissance de l'analogie n'ont pas été des bases théoriques d'une « vision du monde » ni d'un système spéculatif sacralisé, mais autant de conséquences logiques d'un comportement ancestral, enseigné et suivi avec succès par maintes générations pendant tout le stade primitif de l'économie de la c […] Lire la suite

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 611 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'indépendance de la Judée asmonéenne (129-63 av. J.-C.) »  : […] Alors, de 129 à 64 – année où Pompée transformera la Syrie en province romaine, après avoir prononcé la déchéance du dernier des Séleucides –, les prétendants au trône de cette dynastie, s'usant en luttes fratricides, seront incapables de contrôler la Palestine. Les querelles entre les Lagides empêcheront également l'Égypte d'intervenir efficacement, avant longtemps, dans ce pays. Grâce à cela, l' […] Lire la suite

PÉTRA

  • Écrit par 
  • Laïla NEHMÉ
  •  • 8 201 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « D'où viennent les Nabatéens ? »  : […] L'origine des Nabatéens demeure un mystère. Viennent-ils d'Arabie du Sud, comme a pu le faire penser leur maîtrise de l'eau, de l'irrigation et des cultures en terrasses, qui rappellent les ouvrages des Sabéens au Yémen ? D'Arabie du Nord-Est, comme l'ont suggéré sans arguments convaincants d'éminents historiens ? D'Arabie du Nord-Ouest, où ils auraient nomadisé avec d'autres tribus avant de migre […] Lire la suite

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

Dans le chapitre « Les Arabes »  : […] C'est vers le milieu du I er  millénaire avant J.-C. que paraît s'être constituée une civilisation sémitique originale, qui a fleuri pendant un millier d'années en Arabie méridionale et qui n'a succombé que devant l'Islam. Les conditions de son éclosion demeurent mal connues, mais il est très probable que la production des aromates dans les régions fertiles de l'«  Arabie heureuse » et leur commer […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laïla NEHMÉ, « NABATÉENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nabateens/