ROLLAND ROMAIN (1866-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Je n'appelle pas héros, dit Romain Rolland, ceux qui ont triomphé par la pensée ou par la force. J'appelle héros, seuls, ceux qui furent grands par le cœur ». Il est l'un d'eux. C'est par cette grandeur-là qu'il survit. Aussi haut que l'on place l'œuvre, l'homme vaut mieux qu'elle. L'œuvre ne nous a pas encore tout dit, et le meilleur en est peut-être ce Journal et cette Correspondance encore largement inédits, si riches en pages vivantes et pittoresques. Mais, de l'homme, on peut mesurer dès maintenant la stature. Enfant, il aurait voulu régner, comme Beethoven ou Berlioz, sur l'univers des sons. Il a de bonne heure renoncé à ce rêve, tout en demeurant quotidiennement fidèle à la musique, tout en réalisant une œuvre musicographique de premier ordre. Mais c'est sa vie qui est un chef-d'œuvre musical, une quête infatigable de l'harmonie entre les êtres, fondée sur la conviction que comprendre et aimer ne se séparent pas : « Pour moi, né musicien, j'ai tâché toute ma vie de réaliser la synthèse sonore des éléments opposés de mon être et de leurs lois. Les deux lois : [...] Vérité [...] Amour. »

Une dimension intérieure

Né à Clamecy, normalien en 1886, agrégé d'histoire, docteur ès lettres avec une thèse principale sur l'Histoire de l'opéra en France avant Lully et Scarlatti, Romain Rolland enseigne l'histoire de l'art à l'École normale, puis l'histoire de la musique à la Sorbonne. Son activité littéraire est d'abord tournée vers le théâtre. Ensuite, de 1904 à 1912, il publie, avec un très vif succès, les dix volumes de Jean-Christophe. La guerre le trouve en Suisse. Dégagé de toute obligation militaire, il s'installe à Genève et publie dans Le Journal de Genève des articles recueillis en 1915 sous le titre de l'un d'entre eux : Au-dessus de la mêlée. Ce livre s'efforce de faire entendre entre les deux camps la voix de la vérité, de la justice et de l'amour. D'une incontestable noblesse d'intention, il est généralement peu compris, rencontre quelques ardentes sympathies, mais, dans l'ensemble, blesse l'opinion française et sus [...]

Romain Rolland

Romain Rolland

Photographie

L'écrivain français Romain Rolland (1866-1944), Prix Nobel de littérature en 1915. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ROLLAND ROMAIN (1866-1944)  » est également traité dans :

CLAUDEL PAUL

  • Écrit par 
  • Gilbert GADOFFRE
  •  • 4 107 mots

Dans le chapitre « La réaction contre le « stupide xixe siècle » »  : […] Cette période des années quatre-vingt était l'époque où « un positivisme matérialiste plat et gras étalait son huile rance sur l'étang aux poissons..., il était à fond de pessimisme et d'incurable désenchantement ». Ce n'est pas Claudel qui parle ainsi, ni un écrivain catholique, mais Romain Rolland, qui ajoute : « Il semblait bien qu'il n'y eût pas de place pour moi dans le Paris des lettres de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-claudel/#i_22711

MYSTIQUE

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 8 610 mots
  •  • 2 médias

À l'analyse que Freud avait faite de la religion dans L'Avenir d'une illusion (1926), Romain Rolland opposait une « sensation religieuse qui est toute différente des religions proprement dites » : « sensation de l'éternel », « sentiment océanique » qui peut être décrit comme un « contact » et comme un « fait » (lettre à S. Freud, 5 déc. 1927). En 1929, il lui envoyait dès le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mystique/#i_22711

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Vers un théâtre du peuple »  : […] Le rêve d'un théâtre populaire fait obstacle aux conceptions de Craig et Appia. Paru en 1890, le livre de Romain Rolland , Le Théâtre du peuple , est devenu la bible des animateurs de théâtres russes quand ils ont voulu donner à la révolution soviétique un grand théâtre populaire. En Allemagne, Max Reinhardt (1873-1943) et Fuchs pratiquent, vers 1910, un théâtre de masse dan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_22711

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques ROBICHEZ, « ROLLAND ROMAIN - (1866-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/romain-rolland/