ĀLVĀR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Āḻvār (« Plongés » en Dieu) sont des poètes tamouls du sud de l'Inde, révérés comme saints, auteurs de poèmes de dévotion à Viṣṇu, et dont le groupe fait pendant au groupe des dévots de Śiva, les Nayanmār. Les transports de la mystique animent leurs œuvres qui marquent l'essor d'un grand mouvement religieux, la bhakti.

La légende des Āḻvār

On compte douze Āḻvār : Poykaiyāḻvār, Pūtattāḻvār, Pēyāḻvār, Tirumaḻicai, Maturakavi, Nammāḻvār, Kulacēkara, Periyāḻvār, Āṇṭāḷ, Toṇṭaraṭippoṭi, Tiruppāṇ et Tirumaṅkai, selon un ordre de succession chronologique donné dans des documents relativement tardifs qui leur attribuent une antiquité très reculée et en font des incarnations de serviteurs ou d'attributs de Viṣṇu, sauf en ce qui concerne Āṇṭāḷ qui est une incarnation d'une forme de la Déesse. Les références à plusieurs d'entre eux mentionnées dans des inscriptions permettent de placer, en réalité, ce groupe entre le vie et le xe siècle, ce qui concorde avec le degré d'évolution de la langue de leurs œuvres.

Leurs biographies sont plutôt du domaine légendaire. Elles contiennent des éléments très plausibles, dont l'authenticité cependant est rarement vérifiable, mais témoignent, au moins, des vues et des sentiments de la communauté vichnouite qui les vénère. Les trois premiers sont dits nés dans des fleurs. Un autre, Tiruppāṇ, a été trouvé et élevé par un homme de basse caste. Deux (Kulacēkara et Nammāḻvār) étaient de race noble. Tirumaṅkai appartenait au groupe inférieur des Kaḷḷar, caste de voleurs, mais fidèles à ceux qui les employaient. Les autres étaient brâhmanes. La dévotion primait sur la classe sociale. Āṇṭāḷ est une femme, la seule du groupe.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  ALVAR  » est également traité dans :

ADVAITA

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 1 576 mots

Dans le chapitre « Rāmānuja et la réalité du monde »  : […] La deuxième des formes majeures de l' advaita est le viśiṣṭādvaita enseigné par Rāmānuja ( xii e  siècle), populaire chez les adorateurs de Viṣṇu, particulièrement chez les Śrīvaiṣṇava. L'Être suprême sans second n'existe pas seulement à part, isolé du monde illusoire, mais encore il est présent dans les choses particularisées ( viśiṣṭa ) du monde phénoménal, et notamment dans les manifestations d […] Lire la suite

BHAKTI

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 1 449 mots

Dans le chapitre « L'épanouissement de la bhakti »  : […] Au sud de l'Inde, la bhakti s'exprimera d'une manière caractéristique, entre le vi e et le ix e  siècle, dans les hymnes des āḷvār , poètes de langue tamoule, qui célèbrent tout particulièrement l' avatāra Kṛṣṇa. Cependant, vers la même époque – et déjà antérieurement – d'autres poètes tamouls, dévots de Śiva, ont célébré leur dieu dans des hymnes eux aussi brûlants d'un ardent amour. Dans l'un […] Lire la suite

TAMOULES LANGUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 3 326 mots

Dans le chapitre « La littérature dévotionnelle »  : […] L'opposition n'est pas absolue entre un Saṅgam « séculier » et la littérature dévotionnelle qui éclôt vers le vi e siècle. Le Paripāṭal faisait pressentir le lyrisme religieux qui va constituer du viii e au ix e siècle le second sommet de la littérature tamoule, expression poétique de la dévotion (   bhakti  ) à Śiva et Viṣṇu. Distincts des préoccupations moralisatrices bouddhistes ou jain, c […] Lire la suite

VIṢṆU ou VISHNU ET VICHNOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 8 942 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aḷvar et les saṃhitā »  : […] En pays tamoul, un groupe de poètes mystiques, les aḷvar , qui composèrent leur hymnes entre le vi e et le ix e  siècle, ont chanté dans leur langue leur amour pour Viṣṇu sous sa forme de Kṛṣṇa. Le krishnaïsme se présente donc, une fois de plus, comme le climat dans lequel s'est épanouie le plus aisément la dévotion vichnouite. C'est aussi sur l'aire géographique où l'on parle tamoul qu'une ligné […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean FILLIOZAT, « ĀLVĀR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alvar/