AMOUR, fleuve

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pour les Russes, l'Extrême-Orient se distingue de la Sibérie par le fait que le premier voit ses fleuves se jeter dans le Pacifique, la seconde, dans l'océan glacial Arctique. Alors que les cours d'eau sibériens, coulant du sud au nord, nécessitaient pour la colonisation russe des transbordements pour avancer d'ouest en est, les fleuves d'Extrême-Orient allaient dans le même sens que la conquête. C'est dire l'importance du plus grand d'entre eux, l'Amour. Mais ce dernier est aussi chinois et, depuis l'arrivée des Slaves au début du xviiie siècle, le fleuve est devenu un enjeu militaire et est resté jusqu'à aujourd'hui une limite disputée. Pourtant, de par sa taille, l'Amour traverse trois régions géographiques bien distinctes, d'abord les plateaux vides de la Transbaïkalie, ensuite la partie moyenne frontalière, puis le tronçon aval, à l'approche des influences maritimes.

Le grand fleuve de l'Extrême-Orient

Long d'environ 4 400 km (4 384 à 4 444 selon la source considérée), l'Amour draine un bassin de 1 855 000 km2. Né dans les plateaux du nord-est de la Mongolie et de la Transbaïkalie russe, le fleuve s'écoule d'abord parallèlement aux grandes fractures, du sud-ouest au nord-est. Après son coude entre la chaîne russe de Toukouringra et le massif chinois du Grand Khingan, il se dirige vers le sud-est, recoupant perpendiculairement les grandes lignes de relief et faisant alterner des gorges, à la traversée des moyennes montagnes, et des élargissements, au niveau des bassins d'effondrement. Arrivé dans la plaine mandchoue, l'Amour prend la direction de la tectonique pacifique, s'incurvant en direction du nord-est et s'écoulant au pied du horst de Sikhota-Alin.

Quatrième fleuve le plus abondant de Russie, derrière l'Ienisseï, la Lena et l'Ob, l'Amour écoule en moyenne annuelle plus de 11 000 m3/s à l'embouchure. La station limnimétrique de référence est celle de Bogorodskoïé, qui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université d'Orléans, président du C.S.T. du pôle-relais zones humides intérieures

Classification


Autres références

«  AMOUR, fleuve  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les confins mandchous et la région prémaritime du Sud »  : […] Des ressources minérales comparables, en richesse et variété, aux précédentes sont aussi l'apanage des montagnes méridionales, situées sur les confins mandchous et dans la région prémaritime. La structure est pourtant légèrement différente ici, dans une région plus anciennement consolidée, déjà vigoureusement plissée et indurée au Paléozoïque. Lors de l'orogenèse alpine, elle s'est morcelée en dô […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_23346

KHABAROVSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 226 mots

Capitale du territoire homonyme de la Fédération de Russie (788 600 km 2 , 1 436 570 hab. au recensement de 2002), Khabarovsk, dont le nom a pour origine celui d'un explorateur du xvii e  siècle, fut fondée en 1858 et comptait 578 000 habitants en 2006. La ville, située au point de convergence de plusieurs voies de communi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/khabarovsk/#i_23346

NIVKHE

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 840 mots

Les Nivkhe peuplent le cours inférieur de l'Amour et l'île Sakhaline. Ils font partie du groupe des peuples paléoasiatiques, et les fouilles nous donnent la certitude qu'ils sont des descendants directs de la population néolithique de ce territoire. Leur nom, nivkh , signifie « hommes ». Avant la révolution de 1917, ils étaient connus sous le nom de Guiliak. Ce terme vient vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nivkhe/#i_23346

SIBÉRIE

  • Écrit par 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 14 138 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'Extrême-Orient sibérien »  : […] Dans l'Extrême-Orient sibérien se sont développées les cultures de la province maritime, des bassins inférieur et moyen de l' Amour. Le bassin moyen de ce fleuve, où se mêlent la pêche et l'agriculture, relie les cultures de la Mongolie, de la Mandchourie et de la Transbaïkalie à celles de la province maritime et du bassin inférieur. Cette dernière culture est sans doute la plus originale. Son ter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/siberie/#i_23346

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurent TOUCHART, « AMOUR, fleuve », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-fleuve/