MÉCANIQUE CÉLESTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le problème des n corps

Équations du mouvement des n corps

Soient O l'origine d'un système de référence absolu et n corps Pi de masses mi. Les équations du mouvement du corps Pi sont :

j varie de 1 à n sans prendre la valeur i. Il y aura donc 3n équations différentielles du second ordre à intégrer pour connaître le mouvement des n corps. Seules dix intégrales premières du mouvement sont connues, et Henri Poincaré a montré qu'il n'existait pas d'autres intégrales premières uniformes du mouvement. On trouve ces intégrales premières de la façon suivante.

Tout d'abord, soit I le centre des masses des n corps défini par :

On en tire :

M est la somme des masses mi. En dérivant deux fois et compte tenu des équations générales écrites plus haut, on déduit que :

Le point I a donc un mouvement rectiligne et uniforme, ce qui donne six intégrales premières correspondant aux six constantes d'intégration du mouvement du centre des masses. Par ailleurs, puisqu'il n'y a pas de forces extérieures au système des n points, le moment cinétique en O du système est constant :

C est un vecteur constant, ce qui donne trois intégrales premières correspondant aux trois composantes de ce vecteur.

Enfin, le théorème des forces vives fournit la dixième intégrale première :

h est une constante et où U est le potentiel défini par :

i étant différent de j.

Ces intégrales premières sont en nombre insuffisant pour qu'on puisse intégrer les équations du mouvement, sauf si n = 2. C'est le mouvement des deux corps, qui est étudié dans le paragraphe précédent. On indiquera plus loin les différentes méthodes qui permettent de résoudre le problème des n corps.

Le problème d'un grand nombre de corps quelconques

Si l'on considère le problème des n corps dans toute sa généralité, on doit résoudre les équations du mouvement pour n corps de masses comparables entre elles, n étant aussi grand que l'on veut, les positions et les vitesses initiales étant distribuées de façon quelconque. C'est le cas, par exemple, dans les ensembles d'étoiles, amas galactiques, amas globulaires, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages



Médias de l’article

Figure 1

Figure 1
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Figure 2

Figure 2
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Figure 3

Figure 3
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Marées

Marées
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo





Écrit par :

  • : docteur ès sciences, astronome au Bureau des longitudes

Classification


Autres références

«  MÉCANIQUE CÉLESTE  » est également traité dans :

ABERRATION ASTRONOMIQUE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 992 mots
  •  • 1 média

On désigne sous le nom d'aberration un déplacement apparent des astres dû au mouvement relatif de l'observateur et de ces astres, et dont l'origine se trouve dans la valeur finie de la vitesse de la lumière. Ce mouvement provient de la rotation de la Terre sur elle-même ( aberration diurne ), de sa révolution autour du barycentre du système solaire ( aberration stellaire ou annuelle ) et du mouvem […] Lire la suite

ACTION & RÉACTION, physique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc LÉVY-LEBLOND
  •  • 1 491 mots

Dans le chapitre « L'action à distance »  : […] On ne saurait être surpris qu'un terme aussi vague que celui d'action connaisse plusieurs acceptions, y compris dans une même discipline. De fait, la physique recourt également à ce mot pour traiter du problème de « l'action à distance ». Il s'agit ici d'un usage plus conforme au sens courant du terme, puisque la question est celle de la capacité des corps à agir l'un sur l'autre sans contact –  t […] Lire la suite

ARMILLE

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 342 mots

Attestée d'abord en Grèce (~ ii e  s.) puis en Chine (~ i er  s.) et en Inde ( iv e  s.), l'armille la plus simple se compose de deux anneaux concentriques, assemblés dans le même plan (armille solsticiale de Proclus, par exemple) ou perpendiculaires l'un à l'autre. Dans ce dernier cas, l'instrument permet, en particulier, l'observation des mouvements du Soleil, de la Lune et des planètes rapporté […] Lire la suite

ASTÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Christiane FROESCHLÉ, 
  • Claude FROESCHLÉ, 
  • Patrick MICHEL
  •  • 10 660 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Évolution dynamique des N.E.A. dans la région des planètes telluriques »  : […] Au cours de leurs évolutions, les orbites des N.E.A. ont pour principale caractéristique d'être fortement perturbées par des rencontres proches avec les planètes. Les variations orbitales qui résultent de chaque rencontre dépendent de manière très sensible des éléments orbitaux avant la rencontre. Les orbites croisant des planètes sont en fait très sensibles non seulement aux conditions initiales […] Lire la suite

ASTRE ou OBJET CÉLESTE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 1 245 mots

Le nom d'« astre » s'applique à tout corps céleste. Pour l'astronome de l'Antiquité, il désignait l'une des quelques milliers d'étoiles suffisamment brillantes pour être visibles à l'œil nu ou l'une des sept planètes (du grec planêtes [ asteres ], « astres errants »), dites aussi « promeneuses du ciel », alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne ; la Lune, « Astre de la Nuit », […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 308 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'école d'Alexandrie »  : […] Aristarque de Samos (env. 310-230 av. J.-C.) est le premier grand astronome de l'école d'Alexandrie. C'est aussi le précurseur de Copernic, de dix-sept siècles en avance sur ses contemporains quand il affirme que la Terre, loin d'être fixe, non seulement tourne sur elle-même comme l'a proposé Héraclide, mais aussi décrit une orbite circulaire autour du Soleil, qui devient le centre de tous les mo […] Lire la suite

BUREAU DES LONGITUDES

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 947 mots

Organisme regroupant des astronomes, des géophysiciens, des navigateurs, des spécialistes des sciences de la Terre (climatologie, météorologie, etc.), le Bureau des longitudes est, dans les années 1990, un des cinq bureaux dans le monde qui publient des éphémérides de haute précision. L'une des tâches principales du Bureau des longitudes est de publier annuellement des éphémérides astronomiques et […] Lire la suite

COPERNIC NICOLAS (1473-1543)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  • , Universalis
  •  • 5 383 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sens et limite d'une révolution »  : […] Parmi les grandes œuvres qui jalonnent la route de l'astronomie, celle de Copernic est peut-être la plus contestée. Ainsi ce dernier apparaît-il comme ayant été par deux fois fauteur de troubles. Fauteur de troubles en son temps, parmi les astronomes, les philosophes et les théologiens. Fauteur de troubles aujourd'hui, parmi les historiens des sciences, les uns le considérant, non seulement comme […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE NEPTUNE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 273 mots

Alexis Bouvard, astronome à l'Observatoire de Paris, remarque au début du xix e  siècle des irrégularités dans le mouvement d'Uranus, découvert en 1781 par William Herschel. Grâce en particulier à François Arago, l'idée que ce mouvement peut être perturbé par une autre planète inconnue se fait jour. Indépendamment l'un de l'autre, le Britannique John Couch Adams et le Français Urbain Jean Joseph L […] Lire la suite

DELAUNAY CHARLES EUGÈNE (1816-1872)

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 593 mots

Né à Lusigny (Aube), l'astronome français Charles Eugène Delaunay meurt accidentellement à Cherbourg, noyé au cours d'une promenade en barque. Son père, géomètre, et sa mère, fille de cultivateur, s'établirent à Ramerupt en 1818. Charles Delaunay fit ses études au collège de Troyes et entra à l'École polytechnique en 1834. Il en sortit major en 1836 et opta pour l'École des mines. Ayant reçu, à ti […] Lire la suite

DÔME DE THARSIS, Mars

  • Écrit par 
  • Gabriel TOBIE
  •  • 1 679 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dynamique interne et mouvement des pôles »  : […] La dynamique interne d’une planète entraîne des redistributions de masse et a pour conséquence de modifier le moment d’inertie de la planète (c’est-à-dire sa résistance aux mouvements de rotation). Ce dernier est caractérisé par trois axes principaux orthogonaux. Sous l’effet de la rotation, les planètes s’aplatissent, ce qui se traduit par un rayon polaire plus petit que le rayon équatorial. La […] Lire la suite

ÉCLIPSES

  • Écrit par 
  • Bruno MORANDO
  •  • 2 365 mots
  •  • 9 médias

Tous les corps du système solaire tiennent leur luminosité du Soleil. Un corps est éclipsé totalement ou partiellement si tout ou partie de ce corps est plongé dans l'ombre projetée par un autre corps. Ainsi, la Terre engendre un cône d'ombre à l'opposé du Soleil ; quand la Lune ou un satellite artificiel s'y trouvent complètement plongés, ils cessent d'être éclairés : il y a éclipse totale de ce […] Lire la suite

ÉCLIPSE SOLAIRE DU 29 MAI 1919

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 334 mots
  •  • 2 médias

L’éclipse solaire totale du 29 mai 1919 est restée célèbre, en astronomie comme en physique, car elle a permis de montrer, par l’observation et pour la première fois, que les rayons lumineux sont déviés lorsqu’en se propageant dans l’Univers ils passent à proximité d’astres de masse importante – ici le Soleil. L’angle de déviation mesuré alors est en accord avec la valeur que prédisait la théorie […] Lire la suite

EDGEWORTH-KUIPER CEINTURE DE

  • Écrit par 
  • Patrick MICHEL
  •  • 6 915 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La ceinture de Edgeworth-Kuiper et l'origine des comètes à courte période »  : […] À l'époque où le nuage de Oort, réservoir des comètes à longue période, fut bien caractérisé, dans les années 1970, les astronomes se sont penchés sur le problème de l'origine des comètes à courte période. Traditionnellement, ces comètes étaient supposées être initialement des comètes à longue période dont les orbites s'étaient rétrécies à la suite de perturbations planétaires répétées. Cette exp […] Lire la suite

EULER LEONHARD (1707-1783)

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL, 
  • Jean ITARD
  •  • 2 813 mots

Dans le chapitre « Mécanique, physique, astronomie »  : […] Euler a publié de nombreux ouvrages relatifs à la technique. En 1736, paraît son traité de mécanique, Mechanica sive motus scientia analytice exposita , où, pour la première fois, la mécanique du point matériel est conçue et exposée comme une science rationnelle. En 1765, il donnera sa Theoria motus corporum solidorum seu rigidorum , où il définit le centre d'inertie, les moments d'inertie […] Lire la suite

GALAXIE LA ou VOIE LACTÉE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 6 029 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Rotation différentielle et constantes de Oort »  : […] Les étoiles et le gaz interstellaire tournent autour du centre de la Galaxie suivant des orbites quasi circulaires, avec des vitesses angulaires qui dépendent de leur distance à ce centre. Ce mouvement est représenté sur la figure 1 , qui montre également quelle est la vitesse apparente, par rapport au Soleil, d'une étoile du plan, de longitude  l et de distance ρ. On peut mesurer la vitesse rad […] Lire la suite

GALAXIES

  • Écrit par 
  • Danielle ALLOIN, 
  • André BOISCHOT, 
  • François HAMMER
  •  • 10 079 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Étude physique des galaxies »  : […] Les galaxies se différencient entre elles par leur forme, comme le traduit la séquence de Hubble. Mais elles se distinguent aussi les unes des autres par d'autres caractéristiques. En particulier, Herbert R. Morgan a montré qu'il y a une relation très nette entre la forme d'une galaxie et sa population stellaire telle qu'elle peut être déterminée à partir du spectre d'ensemble de la galaxie. Il a […] Lire la suite

GÉOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre VERDET
  •  • 3 225 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Sauver les apparences »  : […] Tous les systèmes cosmologiques de l'Antiquité sont géocentriques, à l'exception de celui d'Aristarque de Samos (vers 280 avant notre ère), qui est strictement le même que celui que Copernic proposera au xvi e  siècle, mais qui n'aura aucune pérennité. Toutefois, l'ordre des planètes varie d'un système à l'autre : dans le système platonicien, autour de la Terre tournent l'orbe de la Lune, puis ce […] Lire la suite

GRAVITATION ET ASTROPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Brandon CARTER
  •  • 8 941 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Généralités »  : […] Le terme « gravitation » est employé depuis l'époque de Newton pour désigner le mécanisme de l'attraction résiduelle mutuelle agissant à distance entre les objets, indépendamment de la nature spécifique de la matière dont ils sont constitués. Cette propriété – indépendance de la nature de la matière – fut établie par Galilée en 1638, avec la formulation de ce qui est maintenant connu sous le nom […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno MORANDO, « MÉCANIQUE CÉLESTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-celeste/