GALAXIES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'observation à l'œil nu d'un ciel constellé d'étoiles montre que celles-ci ne sont pas réparties au hasard : elles tendent à se regrouper en une longue écharpe laiteuse qui parcourt la voûte céleste d'un bord à l'autre de l'horizon, et que nos ancêtres ont appelée la Voie lactée. Les philosophes grecs déjà déclaraient « qu'elle est formée d'astres tout petits et groupés si étroitement qu'ils nous apparaissent ne faire qu'un, en raison de l'intervalle qui sépare la Terre du ciel, comme si on avait répandu une poudre de grains de sel fins et nombreux ». On sait que depuis la fin du xixe siècle que cette trace blanchâtre de faible luminosité, formée de milliards d'étoiles que notre œil ne peut séparer les unes des autres, constitue un système que l'on nomme la Galaxie. Le Soleil, étoile centrale de notre système planétaire, n'est autre que l'une des cent milliards d'étoiles qui composent ce système (cf. la galaxie).

Grâce aux récits des grands voyageurs, on connaissait l'existence dans le ciel austral de deux nébulosités, comme des fragments échappés de la Voie lactée, les Nuages de Magellan (il s'agit de deux petites galaxies compagnes de notre Galaxie). De même, la nébuleuse d'Andromède (M31) était déjà connue des savants arabes dès le xe siècle. L'utilisation de lunettes et de petits télescopes avait permis de détecter dans le ciel la présence d'objets dits nébuleux, par opposition aux étoiles, qui apparaissent comme des points brillants. Le catalogue établi par Charles Messier et d'après lequel sont nommées, entre autres, les galaxies les plus proches telles M31, M51, M81... date, dans sa forme finale, de 1784 ; les catalogues établis par William Herschel datent eux aussi des années 1780. Dès le milieu du xixe siècle, William Parsons découvre une structure spirale dans les galaxies proches M31, M33 et M101. Certaines nébuleuses sont déjà résolues en étoiles, et l'analyse spectrale de la lumière émise par la nébuleuse d'Andromède laisse à penser que cet objet pourrait être un gigantesque amas d'étoiles, conformément à l'hypothèse des « univers-îles », popularisée au milieu du xixe siècle par Alexander von Humboldt. Mais c'est la mise en service, dans les années 1920, de grands télescopes, en particulier sur le mont Wilson, aux États-Unis, qui a permis d'accéder à l'univers des galaxies.

Aujourd'hui, la recherche dans le domaine extragalactique avance à pas de géant. On a accru le nombre et la taille des grands télescopes au sol. On a placé des télescopes en orbite autour de la Terre. On a élaboré et construit des instruments et des récepteurs de plus en plus performants, tant en sensibilité que par l'étendue du domaine de longueur d'onde qu'ils permettent d'explorer. Ces progrès technologiques ont permis une floraison de découvertes inattendues et suscité l'apparition de nouveaux concepts.

La présentation générale des galaxies est d'abord effectuée : elle introduit au problème de la classification morphologique des galaxies et à celui de la détermination de leurs distances.

Dans une seconde partie, on fera ressortir les avancées dans la compréhension du monde extragalactique qui ont été réalisées depuis le début des années 1970.

Classification et nature des galaxies

Les galaxies comprennent de un à cent milliards d'étoiles chacune, et les grands télescopes permettent d'en distinguer des millions sur la sphère céleste. Leurs dimensions varient de quelques dizaines de milliers à quelques centaines de milliers de parsecs. Leurs formes variées (ellipses, spirales, irrégulières) ont conduit à une première classification connue sous le nom de séquence de Hubble.

Ces différences de forme sont en outre corrélées à des différences de population stellaire et à une plus ou moins grande richesse en matière interstellaire. L'étude de la Galaxie et de la proche galaxie d'Andromède montre que leur forme n'est pas immuable. Les forces gravitationnelles qui assurent la cohésion des galaxies conduisent à des systèmes assez lâches, facilement déformables. Les interactions de marée et les phénomènes de coalescence entre galaxies ont probablement joué un rôle important dans l'établissement des formes actuellement reconnues pour ces objets. Il est plausible aussi que la structure des galaxies est liée aux circonstances de leur formation, que n'explique toutefois à l'heure actuelle aucune théorie satisfaisante. Les galaxies naissent-elles par condensation d'une hypothétique matière intergalactique, naissent-elles avec leurs étoiles ou celles-ci sont-elles formées ultérieurement ? Ou bien ont-elles toutes été formées telles qu'on les observe, dans les premiers instants d'un Univers encore très condensé ? On en est toujours réduit à construire des scénarios divers.

Il est possible de mesurer simplement la vitesse radiale des galaxies. On constate alors qu'elles s'éloignent de nous avec une vitesse qui est proportionnelle à leur distance (loi de Hubble). Cette propriété, qui traduit le fait que l'Univers est en expansion, sert de support à toutes les théories cosmologiques actuelles. On a découvert, au centre de certaines galaxies, la présence d'une source intrinsèquement très lumineuse, appelée noyau actif de galaxie. La manifestation la plus extrême, rencontrée dans les quasars, a permis de sonder l'Univers lointain jusqu'à une époque située il y a 12 milliards d'années environ. Les problèmes de l'origine et de l'évolution de l'Univers constituent un chapitre distinct de l'astronomie galactique et extragalactique.

Classification des galaxies

La séquence de Hubble

La première classification des galaxies, qui est encore la plus usitée, repose sur des considérations purement morphologiques. Elle est due à Edwin P. Hubble et distingue trois grands types de galaxies : les galaxies elliptiques, les galaxies spirales et les galaxies irrégulières.

Galaxie M104

Photographie : Galaxie M104

M104, également appelée le Sombrero, est une galaxie présentant un bulbe sphéroïdal au centre et un disque mince, barré par une bande sombre qui témoigne de la présence de poussière. Celle-ci apparaît en rouge sur cette image infrarouge acquise par le télescope spatial Spitzer. 

Crédits : NASA/ JPL & The Hubble Heritage Team/ STScI/ AURA)

Afficher

Séquence de Hubble

Dessin : Séquence de Hubble

La séquence de Hubble. E : galaxies elliptiques ; SO : galaxies lenticulaires ; S : spirales normales ; SB : spirales barrées. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les galaxies elliptiques ont la forme d'ellipsoïdes plus ou moins aplatis, avec une répartition d'étoiles augmentant vers le centre, mais ne révèlent aucune structure fine. Suivant leur ellipticité, on les qualifie de E0 (les plus sphériques), E1, E2, ..., ou E7 (les plus aplaties).

Les galaxies spirales ont une forme aplatie, la plupart des étoiles brillantes étant concentrées dans un disque peu épais, et suivant des bras qui dessinent des spirales à partir de la région centrale. Au centre des galaxies spirales se trouve une grande concentration d'étoiles, le bulbe. Les galaxies spirales se divisent elles-mêmes en deux branches : les spirales normales (S), dans lesquelles les bras partent directement du [...]

Galaxie spirale M81

Photographie : Galaxie spirale M81

La galaxie spirale M81 est ici observée dans l'infrarouge par le télescope spatial Spitzer. Son aspect dans le visible est présenté en haut à droite. L'image composite du centre a été élaborée à partir de deux images prises dans l'infrarouge à 3,6 et à 24 micromètres. Les trois... 

Crédits : NASA/ JPL/ K. Gordon, Univ. of Arizona & S. Willner, Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Galaxie M104

Galaxie M104
Crédits : NASA/ JPL & The Hubble Heritage Team/ STScI/ AURA)

photographie

Séquence de Hubble

Séquence de Hubble
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Galaxie spirale M81

Galaxie spirale M81
Crédits : NASA/ JPL/ K. Gordon, Univ. of Arizona & S. Willner, Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics

photographie

Galaxie spirale

Galaxie spirale
Crédits : NASA

photographie

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GALAXIES  » est également traité dans :

A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 107 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les champs de recherche d'A.L.M.A.  »  : […] Les questions qu'A.L.M.A. permet d'aborder sont nombreuses, et les résultats de sa première année d'observations, présentés lors d'une conférence à la fin de 2012, couvrent l'astrochimie, la formation des étoiles et leur évolution, la formation des exoplanètes, la formation des galaxies et l'observation, parmi celles-ci, des plus lointaines (décalage spectral z  ≈ 7) [le décalage spectral permet d […] Lire la suite

ANDROMÈDE GALAXIE D'

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 135 mots
  •  • 1 média

La galaxie d’Andromède, dont le nom scientifique est M31 (M désigne le catalogue établi en 1764 par l’astronome français Charles Messier), est la galaxie la plus proche de notre propre galaxie, la Voie lactée. Avec la Voie lactée, la galaxie du Triangle (M33) et une trentaine de galaxies naines, elle constitue le Groupe local, dont le diamètre est d’environ dix millions d’années-lumière (soit 3 m […] Lire la suite

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « 1950-1970 : nouveaux domaines, nouveaux objets »  : […] La Seconde Guerre mondiale est pour l'astronomie une période de stagnation ; cependant, les développements techniques réalisés dans des buts militaires, surtout en électronique, vont changer peu après la face de l'astronomie. Ce sont eux qui ont permis le rapide développement de la radioastronomie vers 1950. Certes, la découverte de l'émission d’ondes radio par la Voie lactée par l'Américain Karl […] Lire la suite

ASTROPARTICULES

  • Écrit par 
  • Pierre BAREYRE
  •  • 2 132 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'astronomie des rayons gamma et des neutrinos de haute énergie »  : […] Au cours des années 1990, des résultats considérables ont été obtenus en astronomie des rayons gamma de haute énergie, grâce aux nombreuses recherches de sources de rayons cosmiques. Parmi les particules de charge électrique nulle qui permettent de remonter à leur source en examinant leur direction d'incidence, les rayons gamma constituent le meilleur traceur, malgré leur faible flux (environ 1 ce […] Lire la suite

BAADE WILHELM HEINRICH WALTER (1893-1960)

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 290 mots

Né le 24 mars 1893 à Schröttinghausen, en Westphalie, l'Allemand Wilhelm Heinrich Walter Baade est un des astronomes les plus importants du xx e  siècle. Il a accompli l'essentiel de ses recherches aux États-Unis. Son premier article mémorable, Supernovae and Cosmic Rays (1934), est cosigné avec Fritz Zwicky ; tous deux y prédisent l'existence d'étoiles à neutrons, restes de l'explosion de super […] Lire la suite

CATALOGUES ASTRONOMIQUES

  • Écrit par 
  • Carlos JASCHEK
  •  • 1 553 mots

Dans le chapitre « Catalogues de galaxies »  : […] Le plus ancien catalogue de galaxies est celui de Messier (Paris, 1784), qui donne la liste de 103 « nébuleuses » galactiques et extragalactiques. Le Third Reference Catalogue of Bright Galaxies de De Vaucouleuvs et al. (1991) fournit des données pour 23 000 objets. Le Catalogue of Galaxies and Clusters of Galaxies de Zwicky et al. (1961-1968) fournit des données pour 30 000 objets. Des catalogu […] Lire la suite

COMBES FRANÇOISE (1952- )

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 1 698 mots
  •  • 2 médias

Astrophysicienne française, Françoise Combes est spécialiste de la dynamique des galaxies . Membre de l’Académie des sciences depuis 2004, professeure au Collège de France et chercheuse à l’Observatoire de Paris, elle a reçu, le 10 septembre 2020, la médaille d’or du CNRS – après avoir reçu celle d’argent en 2001 – pour ses travaux, à la fois théoriques et observationnels, concernant la formation […] Lire la suite

COSMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marc LACHIÈZE-REY
  •  • 9 331 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les cordes cosmiques »  : […] Selon d'autres versions, la brisure de symétrie de grande unification pourrait avoir engendré des hétérogénéités particulières : soit ponctuelles, des monopôles magnétiques (mais cette version semble incompatible avec le reste de la cosmologie), soit des êtres longilignes représentant des densités énormes d'énergie, les cordes cosmiques. Certains croient y trouver une origine à l'apparition, quel […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE L'EXPANSION DE L'UNIVERS

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 282 mots

En 1916 et 1917, Vesto Melvin Slipher et Francis G. Pease mesurent les composantes radiales des vitesses d'un certain nombre de « nébuleuses » grâce à l'effet Doppler-Fizeau qui affecte leurs raies spectrales. En 1919, Harlow Shapley remarque que la plupart de ces objets s'éloignent de nous, mais ne fournit pas d'interprétation satisfaisante à ce phénomène, car il est convaincu qu'ils appartiennen […] Lire la suite

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 624 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Cosmologie et astrométrie »  : […] Le reste de l'Univers a aussi fait l'objet de toutes les attentions. Il a été observé dans toutes les longueurs d'ondes. En 1989, le satellite américain Cobe (Cosmic Background Explorer) a renforcé la théorie du big bang, en parvenant à mesurer le rayonnement fossile de l'Univers . Le satellite Wilkinson Microwave Anisotropy Probe (W.M.A.P.) de la N.A.S.A. qui lui succède est lancé en 2001. Son […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17-24 juin 1985 États-Unis – France. Participation d'un astronaute français à une mission spatiale américaine

galaxies. Quant à Patrick Baudry, il se consacre à deux expériences biomédicales, mises au point par des chercheurs français : « échographie » destinée à étudier l'adaptation de l'appareil cardio-vasculaire humain à l'apesanteur, et « équilibre et vertige » visant à mesurer le comportement neuro-sensoriel de l'homme en absence de gravité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Danielle ALLOIN, André BOISCHOT, François HAMMER, « GALAXIES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/galaxies/