ABERRATION ASTRONOMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On désigne sous le nom d'aberration un déplacement apparent des astres dû au mouvement relatif de l'observateur et de ces astres, et dont l'origine se trouve dans la valeur finie de la vitesse de la lumière.

Ce mouvement provient de la rotation de la Terre sur elle-même (aberration diurne), de sa révolution autour du barycentre du système solaire (aberration stellaire ou annuelle) et du mouvement d'ensemble de l'étoile par rapport au barycentre du système solaire (aberration séculaire). Les deux premières sont des phénomènes périodiques, reflétant les périodicités diurne et annuelle de la position de l'observateur par rapport aux étoiles ; la troisième, qui correspond à un mouvement rectiligne et uniforme, ne peut être mise directement en évidence par l'observation. Enfin, on appelle aberration planétaire le déplacement apparent des planètes dû à leur mouvement relatif par rapport à la Terre.

Historique

Le phénomène d'aberration fut découvert indépendamment dans le cas du Soleil par le Danois Ole Christensen Römer et dans le cas des étoiles (aberration des fixes) par l'Anglais James Bradley. Ces deux découvertes eurent une influence considérable sur les conceptions astronomiques.

En 1676, Römer remarqua que l'intervalle de temps séparant les éclipses des satellites de Jupiter ne pouvait s'interpréter qu'en admettant que la lumière avait une vitesse de propagation finie, même dans le vide. Il déduisit de ses observations que le temps de parcours entre le Soleil et la Terre était de huit minutes. Cette découverte du mode de propagation progressif permit de jeter les bases des théories de la lumière, qui devaient, deux siècles plus tard, aboutir à la théorie de la relativité.

Bradley, cherchant à mettre en évidence le mouvement parallactique des étoiles [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences, astronome émérite à l'Observatoire de la Côte d'Azur
  • : astronome titulaire à l'Observatoire de la Côte d'Azur

Classification


Autres références

«  ABERRATION ASTRONOMIQUE  » est également traité dans :

ASTROMÉTRIE

  • Écrit par 
  • Jean KOVALEVSKY
  •  • 6 502 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Déviations des rayons lumineux »  : […] Le principal effet dont il faut tenir compte est l' aberration, qui est un effet optique dû à la valeur finie de la vitesse de la lumière qui se compose avec la vitesse de l'observateur. Celui-ci ne voit donc pas l'astre dans la direction où il se trouve réellement. On distingue l'aberration annuelle, produite par le mouvement de la Terre autour du Soleil, et l'aberration diurne, due à la rotation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrometrie/#i_20652

BRADLEY JAMES (1693-1762)

  • Écrit par 
  • Gerald S. HAWKINS
  • , Universalis
  •  • 772 mots

Astronome anglais né en mars 1693 à Sherborne (Gloucestershire), mort le 13 juillet 1762, à Chalford (Gloucestershire). James Bradley est l'un des pionniers de l'astronomie de précision. James Bradley fréquente le Balliol College d'Oxford, où il obtient sa licence en 1714 et sa maîtrise en 1717. Son oncle, le révérend James Pound, amateur éclairé vivant à Wanstead (Essex), lui fait découvrir l'ast […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-bradley/#i_20652

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean KOVALEVSKY, André BOISCHOT, « ABERRATION ASTRONOMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aberration-astronomique/