SCORSESE MARTIN (1942-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Les Affranchis, de Martin Scorsese

Les Affranchis, de Martin Scorsese
Crédits : Dirck Halstead/ Warner Brothers, Inc./ Collection privée

photographie

Les Affranchis, M. Scorsese

Les Affranchis, M. Scorsese
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


De tous les movie brats (les « gosses du cinoche »), cette génération de cinéphiles devenus réalisateurs à la fin des années 1960, et qui compte notamment dans ses rangs Steven Spielberg, Michael Cimino, Brian De Palma et leur aîné, Francis Ford Coppola, Martin Scorsese est celui qui est communément perçu comme étant l'auteur le plus singulier et le plus rigoureux. Issu d'un milieu italo-américain new-yorkais, il a, dès ses premiers courts-métrages (What's a Nice Girl Like You Doing in a Place Like This ?, 1963), campé ses personnages dans un environnement représentatif de ses années d'apprentissage. Univers et formation à la fois chaotiques et douloureux qui, de 1969, date de son premier long-métrage Who's That Knocking at My Door, à 1990 (Les Affranchis), vont se refléter tout au long de la première partie de sa carrière, avant qu'il n'apparaisse comme l'héritier des grands créateurs de l'âge d'or hollywoodien.

Les Affranchis, de Martin Scorsese

Les Affranchis, de Martin Scorsese

photographie

Ray Liotta, Robert De Niro, Paul Sorvino et Joe Pesci dans Goodfellas (Les Affranchis, 1990) de Martin Scorsese. 

Crédits : Dirck Halstead/ Warner Brothers, Inc./ Collection privée

Afficher

Catholique fervent qui se destinait à la prêtrise, mais aussi enfant souffrant d'asthme, Martin Scorsese a toujours été fasciné autant par la figure du Christ sur la croix que par les activités violentes des rues du quartier new-yorkais Little Italy. Dans l'impossibilité de participer physiquement à ces dernières, il trouva très tôt dans les salles de cinéma un palliatif à son besoin de dépenser son énergie. Une fréquentation assidue qui lui valut d'être fortement influencé tant par Hollywood (John Ford, Samuel Fuller, les musicals) et la Nouvelle Vague française (Godard surtout), que par l'Anglais Michael Powell (Les Chaussons rouges) et le cinéma italien (le néo-réalisme et Rossellini principalement). Ce à quoi s'ajouta un grand intérêt pour la beauté féminine qui lui aliéna un avenir exclusivement religieux. Ainsi, de prêtre frustré devint-il cinéphile passionné, puis cinéaste consommé.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : enseignant-chercheur retraité de l'université de Strasbourg

Classification


Autres références

«  SCORSESE MARTIN (1942- )  » est également traité dans :

À TOMBEAU OUVERT (M. Scorsese)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 044 mots

Il n'échappe à personne que le plan final d'À tombeau ouvert (1999) est une pietà : le héros, Frank Pierce (Nicolas Cage), trouve enfin un moment d'abandon dans les bras de la bien nommée Mary (Suzanna Arquette). On sait le goût de Martin Scorsese et de Paul Schrader (le scénariste du film) pour l'imagerie religieuse. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/a-tombeau-ouvert/#i_82304

CASINO (M. Scorsese)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 344 mots

La légende demeure tenace, qui veut que le cinéma américain, s'adressant à un vaste public, repose sur des acquis éprouvés et laisse aux autres les risques de l'innovation. Casino dément à l'envi un tel cliché. Rarement narration fut plus éclatée, chronologie plus bousculée, mise en scène plus déroutante, poussant le système […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/casino/#i_82304

SHUTTER ISLAND (M. Scorsese)

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 1 068 mots

Adapté du best-seller de Dennis Lehane (2003), l'opus de Martin Scorsese Shutter Island (2009) agace et fascine. Il agace par son style survolté caractéristique non plus de la vive personnalité du cinéaste d'After Hours (1986), mais bien plutôt de l'impérieuse nécessité qui pousse aujourd'hui la plupart des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shutter-island-m-scorsese/#i_82304

TAXI DRIVER, film de Martin Scorsese

  • Écrit par 
  • Laurent JULLIER
  •  • 898 mots

Palme d'or au festival de Cannes en 1976, Taxi Driver marque le début de la célébrité mondiale pour son metteur en scène comme pour son interprète principal, Robert De Niro , qui avaient déjà collaboré dans Les Rues chaudes (Mean Streets, 1973), et allaient encore tourner six […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxi-driver/#i_82304

DI CAPRIO LEONARDO (1974-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 864 mots

par un jeune routard. Deux ans plus tard, il est à l’affiche de Gangs of New York (2002, Les Gangs de New-York), film d’époque de Martin Scorsese retraçant l’histoire des gangs new-yorkais du milieu du xixe siècle. La même année, il donne la réplique à Tom Hanks dans le film de Steven Spielberg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leonardo-di-caprio/#i_82304

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Superproductions « sequels », « remakes » et « wonderboys » »  : […] De son côté, Martin Scorsese développe une œuvre marquée à la fois par ses origines italiennes et par la violence, en particulier dans Taxi Driver (1976) et Raging Bull (1979), comme par les grands genres hollywoodiens que sont le film policier ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_82304

FOSTER JODIE (1962-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 482 mots

Napoleon and Samantha (1972). En 1974, elle fait une brève apparition dans Alice Doesn't Live Here Anymore de Martin Scorsese, qui lui offre ensuite le rôle d'Iris, une prostituée de douze ans qui devient l'obsession du personnage principal de Taxi Driver (1976, palme d'or au festival de Cannes en 1976) ; la précocité […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jodie-foster/#i_82304

KEITEL HARVEY (1939-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 272 mots

at My Door ?, premier long-métrage de Martin Scorsese. Les deux hommes travailleront ensuite ensemble sur un certain nombre de films marquants, tels que Mean Streets (1973), Alice n'est plus ici (Alice Doesn't […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harvey-keitel/#i_82304

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1990 États-Unis. Les Affranchis, de Martin Scorsese. L'apogée du « film raconté », avec plusieurs voix narratives émanant de différents personnages qui se relaient à toute vitesse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_82304

POLICIER FILM

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  • , Universalis
  •  • 4 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un genre multiple »  : […] Après Les Affranchis (Goodfellas, 1989), Martin Scorsese filme, toujours en compagnie de son acteur de prédilection, Robert De Niro, l'univers frelaté d'un Casino (1995), tandis que Stephen Frears joue avec les règles du genre dans Les Arnaqueurs ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/film-policier/#i_82304

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CIEUTAT, « SCORSESE MARTIN (1942-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-scorsese/