ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture)Le théâtre et le cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marqué à la fois par la pérennité des classiques (O'Neill, Miller, Williams, Albee), la domination d'un théâtre des images dans les années 1980 et l'essaimage des mises en scène, le théâtre américain continue de tenir son rang d'avant-garde et de compter dans le monde grâce à ses nouveaux venus, Tony Kushner, Paula Vogel ou Naomi Wallace. Il y a donc de l'hybride et du répertoire, qui interrogent sur le genre et les genres et témoignent de l'incertaine condition de la société américaine.

Pour ce qui concerne le cinéma, après la phase influencée, dans les années 1960, par le cinéma européen et l'échec de la poursuite de la politique des grands studios dont la faillite économique du Cléopâtre, tentant d'allier superproduction et film d'auteur, est le symbole, le cinéma nord-américain contemporain (et plus seulement hollywoodien) est entré en crise. Pourtant, comme à la grande époque d'Hollywood, des auteurs ne cessent d’apparaître aussi bien au cœur qu'en marge ou contre le « système ». Certes, la vie et la liberté des « indépendants » est de plus en plus précaire face aux blockbusters. Mais la diversité des films venus des États-Unis ne cesse de se développer là où semblent réunies toutes les conditions d'une standardisation mondiale.

Le théâtre américain

En face du théâtre établi, qui manifeste toujours la même vitalité, à Broadway notamment, il existe un autre théâtre, plus expérimental et marginal. C'est à cette « scène parallèle » que l'Amérique doit ses productions les plus originales et les plus créatrices. Depuis le début des années soixante, off-off Broadway, créé pour échapper aux pressions du professionnalisme, lance un défi aux lois du marché culturel en montant, avec de petits moyens, des spectacles présentés dans des lieux divers (cafés, églises, galleries ou stades). Ce mouvement off-off ne s'est pas manifesté uniquement à New York, mais dans d'autres villes comme Chicago, où Paul Sills et David Sheperd ont lancé un théâtre, The Second City, fondé sur l'improvisation et sur la participation du public.

Lincoln Center

Photographie : Lincoln Center

L'ensemble du Lincoln Center for Performing Arts réalisé de 1957 à 1966 par les architectes Max Abramovitz (le Philharmonic Hall), Philip Johnson (le New York State Theatre) et Wallace Harrison (le Metropolitan Opera), à New York, États-Unis. 

Crédits : Rohan Van Twest/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Les scènes parallèles

C'est à ce désir de renouvellement qu'on a dû, dès 1952, l'apparition des happenings inspirés du zen, des théories du dadaïsme et de celles d'Artaud, créés avec la participation de peintres (Kaprow, Rauschenberg), de sculpteurs (Oldenburg), de musiciens (Cage, Tudor), de poètes (Richards et Olsen) et de chorégraphes (Cunningham). Avec les happenings, une action théâtrale, bouleversant conventions et usages, s'élabore autour de concepts nouveaux, celui d'événement et celui de performance où fusionnent diverses pratiques artistiques.

Ce théâtre hors théâtre investit des lieux de plus en plus divers et le mouvement s'intensifie dans les années soixante. Des expériences sont menées qui remettent simultanément en question le rôle du théâtre dans la société, le système dans lequel le théâtre « officiel » fonctionne, les images et les mythes auxquels il souscrit et les formes dramatiques traditionnelles. Le théâtre part à la recherche de modèles culturels et de modes de communication nouveaux. Il se tourne non seulement vers l'Europe – notamment vers le théâtre russe, polonais, allemand et italien – mais vers l'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine. Ces nouveaux contacts, et l'éclectisme qui va marquer la production théâtrale, seront le fait non seulement de la curiosité manifestée par quelques innovateurs, mais de l'intérêt croissant pour la pluriethnicité, pour les pays et cultures d'où sont venus les différents groupes d'immigrants qui composent la nation américaine.

Le théâtre politique

Pendant toutes ces années de mutations profondes, le théâtre devient à la fois une arme et un champ de recherche. On assiste tout d'abord à la réapparition d'un théâtre politique, animé d'un esprit qui rappelle celui du théâtre fédéral pendant les « années ferventes » (1937-1939). Différents mouvements radicaux, et parmi eux les groupes ethniques, utilisent le théâtre comme moyen de propagande et d'agitation. C'est ainsi que Ronny Davis lance l'idée d'un théâtre de guérilla et LeRoi Jones, celle d'un théâtre noir révolutionnaire ; en Californie, un théâtre chicano se crée pour soutenir la grève lancée par les syndicats mexico-américains, le Teatro Campesino, animé par Luis Valdez. Des pièces sont écrites pour s'attaquer à l'institution militaire (The Brig), à l'intervention au Vietnam (Viet Rock), à l'appareil du pouvoir et à ses desseins génocidaires (The Death of Malcolm X). Le théâtre fait éclater ses murs et va dans la rue. La San Francisco Mime Troupe présente ses sketches dans les parcs et les rues. Les comédiens du Campesino parcourent les campagnes, ceux du Théâtre libre du Sud s'associent aux actions du Mouvement des droits civiques, puis s'implantent dans un quartier noir de La Nouvelle-Orléans. À New York, les théâtres noirs se multiplient, et le Gut Theatre s'organise autour d'Enrico Vargas dans les quartiers portoricains. Le théâtre gagne ainsi les milieux populaires, les campagnes de l'Ouest et du Sud et les ghettos des villes. Il s'adresse en premier lieu à ceux qui ont été tenus à l'écart de la vie politique et culturelle de la nation, leur apportant à la fois une réflexion sur leur condition et sur la société dans laquelle ils vivent, et une expérience théâtrale qu'ils n'avaient jamais pu connaître. Pour les communautés ethniques qui participent à ce grand mouvement de création dramatique, le théâtre offre ainsi un moyen de retrouver une atmosphère de fête, de renouer avec certaines traditions culturelles de leurs pays d'origine, d'affirmer leur singularité, leur identité et leur droit à la différence.

Si le théâtre politique des années soixante appartient désormais à l'histoire, le théâtre ethnique, lui, s'est développé et même institutionnalisé ; des compagnies se sont créées, un répertoire s'est constitué. Théâtres noir et chicano ont trouvé, dans l'exploration systématique de leur héritage culturel, les éléments propres à un renouvellement de l'acte théâtral, et à une redéfinition du rôle du public. Le théâtre n'est pas seulement le lieu de recherche d'une identité et le lieu de représentation de cette quête, mais aussi le lieu d'élaboration de formes dramatiques et de pratiques théâtrales nouvelles s'opposant aux modèles offerts par la culture dominante. Le retour vers le passé, l'évocation des grands moments épiques de leur histoire permettent à ces minorités de suggérer un avenir différent de celui que propose l'Amérique.

Aujourd'hui, il semble impossible de parler théâtre américain sans rendre compte de tout le travail accompli par les théâtres yiddish, afro-américain, hispanique, amérindien, asiatique. On assiste par la suite à la tentative de réintégration de ces théâtres, au départ considérés comme subversifs et marginaux. Une partie de [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Lincoln Center

Lincoln Center
Crédits : Rohan Van Twest/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Edward Albee

Edward Albee
Crédits : Jack Mitchell/ Getty Images

photographie

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg

Indiana Jones et le temple maudit, S. Spielberg
Crédits : Paramount/ Getty Images

photographie

La Guerre des étoiles, G. Lucas

La Guerre des étoiles, G. Lucas
Crédits : Lucasfilm/ Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-VII
  • : professeure des Universités
  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 1 251 mots

Sans doute en raison de la richesse de son expérience, la société américaine est peut-être de toutes celle qui présente les contrastes les plus prononcés, et dans tous les domaines. Ainsi le régime politique des États-Unis a-t-il été depuis près de deux siècles admiré et imité comme le modèle de la démocratie ; mais il en est peu aujourd'hui dont les adversaires s'évertuent avec autant d'acharneme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Les États-Unis d'Amérique se classent au troisième rang mondial par leur superficie (9 526 468 km2) depuis qu'ils ont réuni aux quarante-huit États qui les composaient traditionnellement l'Alaska en 1959 et les îles Hawaii en 1960. Leur population, 324 millions […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

L'histoire des États-Unis est celle – assez improbable – de treize colonies anglaises coincées au xviiie siècle entre la côte atlantique et les hauteurs des Appalaches, devenues quelque deux cents ans plus tard la plus grande puissance mondiale.Le continent nord-américain est abordé par les puissances europée […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le prestige économique et démocratique des États-Unis est immense : leur autoperception, comme l’image qu’ils renvoient à l’extérieur, est celle d’un pays garant des libertés fondamentales, dont la liberté économique n’est pas des moindres. L’hégémonie américaine s’est donc construite sur cette base, nourrie, dans les premières décennies de l’après-guerre, […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Grande puissance mondiale, avec une population de 300 millions d'habitants, les États-Unis continuent à être régis par la plus ancienne Constitution écrite actuellement en vigueur, élaborée en 1787-1788 pour un pays de 4 millions d'habitants. Fondé sur les principes du fédéralisme, de la limitation et de la sé […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Le trait le plus fondamental du droit des États-Unis, c'est qu'il n'existe pas. Il n'est qu'une abstraction. La seule réalité, c'est, d'une part, cinquante droits d'État (un peu plus, en tenant compte du droit de Washington, la capitale fédérale, de celui de Porto Rico, etc.), et d'autre part, le droit fédéral.Si, en e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Les États-Unis sont parfois présentés comme « une nation avec l'âme d'une Église » (Chesterton). C'est à voir ! Car ce n'est pas d'une Église qu'il faut parler, mais d'une multiplicité d'Églises, de dénominations, de réseaux et de sectes. Parmi ces dénominations, on peut estimer à une vingtaine celles qu […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

L'« Amérique », avant même de désigner un continent ou une nation, est communément assimilée à un « monde » ou à un « esprit » qui s'incarne dans les États-Unis d'Amérique, sources de réactions diverses et contradictoires, à la mesure de l'étendue d'un territoire, de ses contrastes et des particularités de son histoire. Cette histoire, singulière et brève, inséparable des bouleversements qui l'ont […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Le goût qu'ont les lecteurs européens pour la littérature des États-Unis n'est pas une mode passagère. On a pu croire que les troupes de la Libération avaient apporté Hemingway dans leurs bagages et que l'âge du roman américain ne durerait pas. Mais, des décennies plus tard, les œuvres « traduites de l'américain » occupent plus que jamais la devanture des librairies. Même ceux qui y cherchent l'im […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 484 mots
  •  • 22 médias

L'histoire de l'art américain est d'abord celle d'un long combat pour échapper à la tutelle de l'Europe et affirmer son autonomie par rapport aux modèles et aux styles que celle-ci véhiculait. La fondation par Alfred Stieglitz, en 1902, du groupe de la Photo Secession, qui donne toute son importance à un médium encore mésestimé, l'exposition de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Geneviève FABRE, Liliane KERJAN, Joël MAGNY, « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/