FULLER SAMUEL (1911-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Samuel Michael Fuller est né le 12 août 1912 à Worcester, dans le Massachusetts, à quatre-vingt kilomètres de Boston. Élevé à Manhattan, il commence très tôt à travailler pour le New York Journal, comme coursier puis comme journaliste. En 1929, il est le plus jeune reporter affecté aux affaires criminelles de New York. Puis il voyage à travers le pays et travaille à Philadelphie, Harrisburg, Chicago. On le retrouve au Chronicle de San Fancisco et au Sun de San Diego. Dans les années 1930, il écrit divers livres sur des sujets d'actualité : Burn, Baby, Burn (1935), Test Tube Baby (1936) sur l'insémination artificielle, Make up and Kiss (1938), sur les produits de beauté « et tout l'argent qu'il y a derrière ». De 1937 à 1940, il travaille comme « ghost writer » pour le cinéma et signe officiellement son premier scénario en 1938 (Gangs of New York de James Cruze). Il est mobilisé en 1941, après avoir terminé un nouveau roman, The Dark Page (L'Inexorable Enquête) qui ne sera publié qu'en 1944. De 1942 à 1945, il est caporal dans la première division d'infanterie américaine, The Big Red One, en Afrique du Nord, en Italie, en France et en Allemagne où il découvre les camps de concentration.

Après la fin de la guerre, Samuel Fuller rejoint Hollywood, à la demande de son agent Jimmy O'Hanlon, et sert de « nègre » à un écrivain de théâtre. Il propose plusieurs scénarios, mais aucun ne sera filmé, à part The Lovers, qui sert de base à Shockproof (Jenny, femme marquée de Douglas Sirk, 1949). Il accepte d'écrire un film pour un salaire minimum si on le laisse en assurer la réalisation. Ce sera I Shot Jesse James (J'ai tué Jesse James, 1949), tourné en dix jours, où il prend le contre-pied du western classique en faisant le portrait de l'assassin d'un héros mythique de l'Ouest. L'année suivante, il tourne The Baron of Arizona (Le Baron de l'Arizona), histoire d'un escroc qui tente de voler l'Arizona aux États-U [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FULLER SAMUEL (1911-1997)  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un changement de regard »  : […] Après la Seconde Guerre mondiale, même si les Noirs n’accèdent pas aux droits auxquels ils aspiraient, leur image dans les films des grands studios se modifie. Le racisme est évoqué ouvertement par Elia Kazan dans L’Héritage de la chair ( Pinky , 1949) ou Joseph L. Mankiewicz avec La po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_70166

Pour citer l’article

François GUÉRIF, « FULLER SAMUEL - (1911-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-fuller/