COPPOLA FRANCIS FORD(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

7 avril 1939 Naissance de Francis Ford Coppola à Detroit (Michigan), de Carmine Coppola, musicien d'ascendance napolitaine, alors flûtiste sous la direction d'Arturo Toscanini, et d'Italia, fille d'un célèbre compositeur italien du début du siècle, Francesco Pennino.

1948-1949 F. F. Coppola contracte la poliomyélite. Cloué au lit, il joue avec un théâtre de marionnettes, regarde la télévision, synchronise des films de son invention avec un projecteur 16 mm et un magnétophone.

1950-1956 ( ?) Études dans des collèges privés, où il participe à des spectacles, puis dans une école militaire. Après une fugue, il obtient son diplôme à la Great Neck High School de Long Island.

1956-1960 Sur les conseils de son frère, de cinq ans son aîné, et influencé par l'exemple d'Eisenstein, il entre à Hofra College (devenu Hofra University) au département théâtre, où il tient les rubriques théâtre et musique du magazine littéraire du collège. Il écrit également des nouvelles, et monte de nombreuses pièces de théâtre.

Automne 1960 Entré à l'U.C.L.A. (université de cinéma de Los Angeles), il se montre déçu par l'atmosphère et l'enseignement, malgré l'intérêt que lui porte Dorothy Arzner. Il tourne en dehors de l'université trois films pornos soft.

1962 F. F. Coppola entre au service de Roger Corman. Pour ce réalisateur et producteur hors normes doublé d'un découvreur de talents, il adapte en anglais un film de science-fiction russe, puis travaille comme assistant-réalisateur, dialoguiste, producteur associé, réalisateur de seconde équipe, ingénieur du son.

1962-1964 Oscar Samuel-Goldwyn pour le scénario de Coppola, Prima Pilma, qui lui ouvre les portes de la société Seven Arts, pour laquelle il travaille, sans être crédité, aux scénarios de Reflets dans un œil d'or, de John Huston, d'après Carson McCullers, et Propriété interdite, de Sydney Pollack, d'après Te [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification


Autres références

«  COPPOLA FRANCIS FORD (1939- )  » est également traité dans :

COPPOLA FRANCIS FORD

  • Écrit par 
  • Michel CIEUTAT
  •  • 2 126 mots
  •  • 2 médias

De toute la génération qui a donné naissance au « nouveau cinéma américain » des années 1970, Francis Ford Coppola est celui dont les ambitions artistiques ont été les plus hautes, mais aussi, sans doute, les plus démesurées, et les plus abouties. En effet, plus de quatre décennies après ses débu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-ford-coppola/

APOCALYPSE NOW (F. F. Coppola), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Sept ans de gestation, treize mois de tournage, deux ans de montage, plusieurs versions, jusqu'à la dernière en 2001 ! Œuvre de la démesure, Apocalypse Now est, selon l'expression même de F. F. Coppola, un « opéra filmique ». C'est lui qui, en tant que producteur, a suggéré à John Milius et George Lucas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-now-f-f-coppola-en-bref/#i_97272

APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 932 mots
  •  • 1 média

Apocalypse Now est autant une réflexion sur la guerre, l'absurdité de l'engagement américain au Vietnam que sur la condition humaine. Après différents films tournés dans les années 1960, Francis Ford Coppola achève en 1972 le premier volet du Parrain (The G […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-now/#i_97272

CAGE NICOLAS (1964- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 556 mots

L 'acteur américain Nicolas Cage est surtout connu pour avoir joué dans des films d'action et des grosses productions hollywoodiennes. Il a reçu un oscar pour son rôle dans Leaving Las Vegas (1995). Né le 7 janvier 1964 à Long Beach, en Californie, Nicholas Kim Coppola est le neveu du réalisateur Francis Ford Coppola. Le jeune homme fait ses débu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-cage/#i_97272

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_97272

DUVALL ROBERT (1931- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Acteur américain, né le 5 janvier 1931 à San Diego, en Californie. Fils d’un amiral de la marine américaine, Robert Duvall sert deux ans dans l’armée pendant la guerre de Corée puis obtient, en 1953, un diplôme d’art dramatique au Principia College (Illinois). Parti s’installer à New York, il suit des cours de théâtre sous la direction du célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-duvall/#i_97272

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Superproductions « sequels », « remakes » et « wonderboys » »  : […] Dans un tel système, l'idéal est le blockbuster , initialement film qui rapporte gros pour une mise de fonds minimale, à l'exemple d' Easy Rider (1969) , de Dennis Hopper, ou d' American Graffiti (1973), de George Lucas. À défaut, les Majors jouent la carte traditionnelle de la superproduction dès le milieu des années 1970, avec casting prestig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_97272

GANCE ABEL (1889-1981)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 560 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Napoléon Bonaparte »  : […] En septembre 1923, Abel Gance présente le projet d'un film épique sur Napoléon, en huit épisodes de 2 000 mètres chacun. Projet démesuré, qui implique un financement européen. Gance l'obtient en 1924 auprès de deux financiers, le Russe émigré Vladimir Wengeroff et l'Allemand Hugo Stinnes, qui ont créé une entreprise de production, la Westi Film Gmb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abel-gance/#i_97272

PACINO AL (1940- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 511 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence et retenue : l'aventure du Parrain »  : […] Les trois épisodes de la saga de The Godfather ( Le Parrain ) ont donné à Al Pacino sa dimension universelle et son statut de star. Panique à Needle Park avait été peu remarqué quand Francis Ford Coppola le choisit pour incarner Michael Corleone, le fils du « parrain » interprété par Marlon Brando. Le réalisateur et surtout Brando (menaçant de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-pacino/#i_97272

WENDERS WIM (1945- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 123 mots

Dans le chapitre « Du rêve américain au retour berlinois »  : […] Au terme de cette trilogie de l'errance, alors que le jeune cinéma allemand connaît une crise due à son étroite dépendance à l'égard des subventions et des télévisions, Wenders franchit une nouvelle étape avec L'Ami américain ( Der Amerikanische Freund , 1977). Les ingrédients en sont un roman de Patricia Highsmith ( Ripley s'amuse ), un budget […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wim-wenders/#i_97272

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « COPPOLA FRANCIS FORD - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/coppola-reperes-chronologiques/