CIMINO MICHAEL (1939-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Michael Cimino est né le 3 février 1939 à New York. Il est le fils d’un éditeur de musique et d’une costumière, tous deux d’origine italienne. Son premier film, Thunderbolt and Lighfoot (1974) – sorti en France sous le titre Le Canardeur – malgré la présence de Clint Eastwood, n'est pas un « véhicule » anonyme réalisé pour une star, mais un film d'auteur (Cimino en a écrit lui-même le scénario) dans lequel Clint Eastwood, renonçant à ses emplois stéréotypés, trouve enfin un rôle à sa mesure. The Deer Hunter, 1978 (Le Chasseur de daims) que les diffuseurs français ont rebaptisé d'un titre plus tapageur : Voyage au bout de l'enfer, est l'histoire de trois amis confrontés à l'horreur du Vietnam, à la mort et au temps qui passe ; ce chef-d'œuvre sans équivalent dans le cinéma des années 1970 devint rapidement l'objet d'un culte pour nombre de cinéphiles. En 1979, Cimino obtient pour ce film l’oscar du meilleur réalisateur. Mais, en 1981, Heaven's Gate (La Porte du paradis) fait de lui un cinéaste maudit : mutilé par les producteurs (comme, avant lui, Les Rapaces de Stroheim ou Ludwig de Visconti), ce film sur le génocide des populations autochtones lors de la conquête de l'Ouest entraîna la chute du studio United Artists et fut la plus mémorable catastrophe financière de l'histoire du cinéma. Il faudra attendre 2012, avec la présentation du film dans sa version restaurée et rendue à sa durée initiale, pour mesurer l’ampleur et la force de La Porte du paradis, comparable aux œuvres de Griffith ou de Visconti, pour sa forme opératique.

Michael Cimino lors du tournage de Voyage au bout de l’enfer

Michael Cimino lors du tournage de Voyage au bout de l’enfer

Photographie

Là où F. F. Coppola, dans Apocalypse Now, fait le choix de la fantasmagorie pour évoquer la guerre du Vietnam, Michael Cimino, dans Voyage au bout de l'enfer, privilégie le récit épique, embrassant tout un pan de l'histoire des États-Unis, comme il le fera par la suite dans La Porte du... 

Crédits : 1978 Studiocanal Films Ltd/ All Rights Reserved/ The Kobal Collection/ Aurimages

Afficher

Ce n’est qu’en 1985 que Cimino peut réaliser Year of the Dragon (L'Année du Dragon), puis en 1987 The Sicilian (Le Sicilien), que suivent Desperate Hours (1990, La Maison des otages) et The Sunchaser (1996). Malgré certaines qualités, ces films n'ont pas l'ampleur des œuvres précédentes : L'Année du dragon est bien caricatural, et l'histoire de Salvatore Giuliano, dans Le Sicilien, n'échappe guère au mélodrame. Quant à La Maison des otages, il s' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, agrégé de lettres modernes, éditeur

Classification


Autres références

«  CIMINO MICHAEL (1939-2016)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_89204

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 417 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le passage du western au fantastique et à la science-fiction »  : […] Fait capital, le western, qu'André Bazin qualifiait de « cinéma américain par excellence », tend à disparaître comme genre de référence. Les westerns des années 1970 et 1980 sont d'abord marqués par la mauvaise conscience américaine – liée à l'échec au Vietnam, qu'illustrent des films tels qu' Apocalypse Now (1979) de Coppola ou The Deer Hunter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-le-theatre-et-le-cinema/#i_89204

Pour citer l’article

Christophe MERCIER, « CIMINO MICHAEL - (1939-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michael-cimino/