MARCHÉ, économie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marché et théorie

Pour lever cette indétermination, la théorie doit être complétée. Plusieurs voies sont – ou ont été – proposées. L'une d'entre elles consiste à prendre comme étalon, ou comme norme, le temps de travail passé à produire les biens. C'est la théorie de la valeur travail. Les prix fluctuent (ou gravitent) alors, au gré de perturbations passagères, autour de cette valeur. Cette théorie – dont se réclament notamment Adam Smith, David Ricardo, Karl Marx et John Stuart Mill – pose néanmoins des problèmes, dont l'existence de types différents de travail (selon qu'il est plus ou moins qualifié) et du travail qui est incorporé dans les machines et les autres biens durables, en tant que capital (travail passé).

Une autre façon de lever l'indétermination du marchandage consiste à supposer la présence d'une entité extérieure aux candidats à l'échange – un secrétaire de marché ou commissaire-priseur – qui propose des prix et recueille les offres et les demandes à ces prix, puis cherche « en tâtonnant » les prix d'équilibre (qui égalisent les offres aux demandes, prises dans leur ensemble). Ce modèle – dit de concurrence parfaite, et auquel sont associés, entre autres, les noms de Léon Walras, Kenneth Arrow et Gérard Debreu – est généralement présenté comme celui du marché idéal, ou parfait, avec des prix qui varient sans contrainte au gré des offres et des demandes. Il est pourtant difficile de voir un marché dans ce système où il n'y a jamais d'échanges directs entre les participants – y compris pendant le tâtonnement (dont rien n'assure qu'il aboutisse, d'ailleurs) – et où aucun d'entre eux n'est autorisé à proposer des prix (seul le commissaire-priseur peut le faire). Pourquoi accorder alors une quelconque importance à ce modèle ? D'une part, parce qu'il est relativement simple au niveau du traitement mathématique (il se ramène à l'étude des fonction [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MARCHÉ, économie  » est également traité dans :

MARCHÉ (sociologie)

  • Écrit par 
  • Valérie ASENSI, 
  • Gilles LAFERTÉ
  •  • 1 320 mots

Le « grand partage disciplinaire » a longtemps réservé l’étude du marché à la science économique, ne démentant pas l’adage « les affaires sont les affaires » : sur le marché, l’esprit de calcul et, en particulier, de calcul économique primerait sur tout autre lien social […] Lire la suite

ACTION RATIONNELLE

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 2 633 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Chicago, foyer intellectuel de la théorie du choix rationnel »  : […] Pendant de longues décennies, les économistes ont gardé le monopole de l'explication des actions à l'aide d'une telle théorie. Le cas paradigmatique est l'analyse du consommateur, que les économistes appréhendent comme un être capable d'ajuster de façon optimale ses préférences aux contraintes (le budget dont il dispose) qui sont les siennes. Sous l'impulsion de Gary Becker, professeur à l'univer […] Lire la suite

AGRICULTURE - Accès aux ressources productives

  • Écrit par 
  • Michel MERLET, 
  • Olivier PETIT
  •  • 7 320 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La variété des modes de gouvernance de l'irrigation  »  : […] La nappe de Beauce (située à l'ouest de Paris, à cheval sur les régions Centre et Île-de-France) fournit un premier exemple. Au milieu des années 1990, à la suite d'un conflit d'usage sur un cours d'eau exutoire (la Conie), a été mise en place une charte de gestion imposant des mesures restrictives sur les usages – notamment l'irrigation – suivant le niveau de la nappe. Depuis 1999, un système de […] Lire la suite

AUTRICHIENNE ÉCOLE, économie

  • Écrit par 
  • Pierre GARROUSTE
  •  • 1 603 mots

Dans le chapitre « Processus de marché »  : […] Pour les tenants de la tradition économique autrichienne, le marché doit être analysé comme un processus et non comme un résultat. « À l'équilibre, il n'y a pas d'échanges », écrit Menger. Ses disciples vont insister sur cet aspect central. L'idée qui fonde cette conception est liée à la fois au subjectivisme et à une conception particulière du temps. À la conception « newtonienne », à laquelle […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 626 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

BIEN ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Marc PÉNIN
  •  • 1 805 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Élargissement de la catégorie des biens économiques »  : […] La catégorie des biens économiques, définie de façon concrète, précise et limitée aux débuts de la science économique, a connu une extension continue à mesure que celle-ci a fait de l'analyse des prix et des marchés son sujet de prédilection. Tout élément ayant un prix monétaire ou susceptible de s'en voir donner un, sur la base de son coût ou autrement, peut devenir un bien économique, relié aux […] Lire la suite

BUCHANAN JAMES (1919-2013)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 1 071 mots

James Mc Gill Buchanan est né le 2 octobre 1919 à Murfreesboro dans le Tennessee. Après des études universitaires, il poursuit sa formation de chercheur à l'université de Chicago où il obtient un doctorat en 1948. De 1957 à 1967, professeur à l'université de Charlottesville en Virginie, il dirige le Centre Thomas Jefferson d'études d'économie politique et de philosophie sociale qu'il avait fondé […] Lire la suite

CAPITALISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Patrick VERLEY
  •  • 6 275 mots
  •  • 1 média

La notion d'« économie de marché », bien que d'un usage fréquent à partir de la fin du xx e   siècle où elle a progressivement remplacé celle de « capitalisme », n'a une signification ni clairement définie ni universellement acceptée par les historiens : il n'existe pas d'« histoire de l'économie de marché ». Elle est surtout définie négativement par rapport à ses différents antonymes, ce qui expl […] Lire la suite

CAPITALISME (NOTION DE)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 1 413 mots

Le capitalisme est le système économique de la plupart des pays de la planète depuis l’effondrement des économies socialistes planifiées en Europe orientale et centrale, symbolisé par la chute du Mur de Berlin, en 1989. Le capitalisme peut être défini par ses deux caractéristiques principales : d’une part, la propriété privée des moyens de production ; d’autre part, une dynamique fondée sur l’acc […] Lire la suite

CITÉ DES SCIENCES ET DE L'INDUSTRIE

  • Écrit par 
  • Michel VAN-PRAËT
  •  • 1 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Cité des sciences et de l’industrie, fruit d’un projet culturel d’urbanisme »  : […] La création de la Cité des sciences et de l’industrie, comme celle des autres structures culturelles du parc de la Villette (dont le musée de la Musique), résulte du projet – lancé en 1977 par Valéry Giscard d’Estaing – de réaménagement en parc de loisirs culturels de ce quartier de Paris consacré depuis la fin du xix e  siècle au marché de la viande. La modernisation des abattoirs en province, l […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Démission du gouvernement d’Édouard Philippe et nomination de Jean Castex. 3-15 juillet 2020

secrétaire général adjoint de l’Élysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, Jean Castex avait été chargé par le gouvernement sortant d’établir le plan de déconfinement. Il annonce son intention de quitter Les Républicains (LR) et de rejoindre La République en marche (LRM). Le 6 est annoncée […] Lire la suite

Cuba. Approbation par référendum de la réforme de la Constitution. 24 février 2019

communiste, mais reconnaît le marché, la propriété privée et les investissements étrangers comme nécessaires à l’économie. Il prévoit la création d’un poste de Premier ministre et limite à deux le nombre de mandats présidentiels consécutifs. […] Lire la suite

France. Remaniement ministériel. 18-24 novembre 2017

Le 18, lors du premier congrès de La République en marche (LRM), réuni à Lyon, le secrétaire d’État et porte-parole du gouvernement Christophe Castaner, seul candidat, est élu délégué général de la formation. Le 24, l’Élysée annonce un remaniement du gouvernement. Benjamin Griveaux (LRM), jusque […] Lire la suite

France. Nomination du gouvernement et premiers pas du nouvel exécutif. 11-29 mai 2017

Le 11, La République en Marche ! (LRM) ‒ nouveau nom adopté le 8 par le mouvement En Marche ! ‒ présente une première liste de 428 candidats aux élections législatives de juin, comprenant autant d’hommes que de femmes et dont une moitié est issue de la société civile. Aucun candidat de LRM […] Lire la suite

Suisse. Adoption de mesures pro-immigrés à Genève et anti-immigrés à Zurich. 21-22 février 2017

de six cents personnes lors de sa phase de test, assouplit certains critères d’octroi du permis de séjour. Elle doit permettre d’assainir le marché du travail, notamment celui de l’économie domestique. Le 22, le chef du Parti socialiste zurichois Daniel Frei présente sa démission afin de marquer […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard GUERRIEN, « MARCHÉ, économie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-economie/