RICARDO DAVID (1772-1823)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste anglais, Ricardo fut l'un des plus éminents représentants de l'«  école classique anglaise ». Continuateur de Smith, il a prolongé et approfondi l'analyse du circuit de production, dont l'origine remonte à Quesnay et aux physiocrates. Sa place dans l'histoire de la science économique est tout à fait exceptionnelle. Il est en effet à la fois le pionnier de la macro-économie moderne par son analyse des relations entre les profits et les salaires, l'un des initiateurs du raisonnement à la marge dans sa théorie de la rente et l'un des principaux fondateurs de la théorie quantitative de la monnaie. C'est pourquoi son héritage peut être légitimement invoqué, quoique pour des raisons souvent contradictoires, par des familles de pensée séparées et même rivales, qui vont des monétaristes néo-classiques aux marxistes anglais.

David Ricardo

Photographie : David Ricardo

David Ricardo (1772-1823). Économiste anglais, éminent représentant de l'école classique, auteur des Principes de l'économie politique et de l'impôt (1817). Son adhésion au principe de population de Robert Malthus et son analyse du salaire naturel (salaire de subsistance des travailleurs)... 

Crédits : AKG-images

Afficher

Sous l'impulsion de son disciple passionné, J.-R. McCulloch, qui dirigea la première édition de ses œuvres complètes (1846), Ricardo, suivant la célèbre formule de Keynes, « conquit l'Angleterre aussi complètement que la Sainte-Alliance conquit l'Espagne ». Mais ce ralliement sans condition n'alla pas sans mutilations et incompréhensions, qui furent la contrepartie de cette nouvelle orthodoxie involontaire.

C'est la raison pour laquelle un important courant s'est dessiné à Cambridge sous l'influence de P. Sraffa, qui s'est livré à une réinterprétation en profondeur de l'œuvre de Ricardo. En décryptant ainsi les Principes de l'économie politique et de l'impôt, ces néo-ricardiens contemporains cherchent le point de départ d'une théorie renouvelée de la production et de la répartition.

De la pratique à la théorie

Né à Londres, David Ricardo, dès l'âge de quatorze ans, travaille à la Cité avec son père. À vingt et un ans, il épouse la fille d'un quaker et, après un bref passage dans un établissement bancaire, il reprend ses activités financières pour son propre compte et amasse rapidement une fortune considérable.

Les conséquences monétaires des guerres napoléoniennes lui fournissent une première occasion d'exposer ses idées en matière économique dans une série d'articles qu'il rédige de 1809 à 1810 pour le Morning Chronicle. Élargissant son analyse, il publie l'Essai sur le haut prix des lingots (1811), qui constitue la première version scientifique de la théorie quantitative de la monnaie et inspire le célèbre rapport du Bullion Committee. Les thèses ricardiennes ont été à l'origine de l'acte de Peel (1816), qui organisa la Banque d'Angleterre.

Les polémiques suscitées par le débat monétaire durant cette période amènent alors Ricardo à s'intéresser au fonctionnement du système économique dans son ensemble. Abandonnant progressivement ses activités financières, il se consacre exclusivement aux études théoriques. Il rédige un essai intitulé Essai sur l'influence des bas prix du blé sur les profits du capital (1815), première esquisse d'une analyse des relations entre la rente foncière, les salaires et les profits dans l'hypothèse d'une économie à un produit unique, le blé. Il généralise ensuite son raisonnement à une économie de production diversifiée, dans son œuvre maîtresse : Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817). Stimulé par les critiques de son ami James Mill, de Malthus et de Say, il prépare bientôt une seconde édition (1819) et surtout une troisième édition des Principes (1821) où il approfondit les fondements de sa théorie. Il meurt brusquement en 1823 dans sa propriété de Gotcomb Park, laissant divers manuscrits inachevés.

Sa retraite du monde des affaires et sa vie de propriétaire terrien à partir de 1816 ne doivent pas donner de Ricardo l'image erronée d'un savant isolé, puisque tout au contraire, membre de la Chambre des communes depuis 1819, il participe activement aux grands débats politiques de son temps.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

David Ricardo

David Ricardo
Crédits : AKG-images

photographie

Formation de la rente

Formation de la rente
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Accumulation du capital

Accumulation du capital
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RICARDO DAVID (1772-1823)  » est également traité dans :

DES PRINCIPES DE L'ÉCONOMIE POLITIQUE ET DE L'IMPÔT, David Ricardo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nicolas CHAIGNEAU
  •  • 1 149 mots
  •  • 1 média

Père fondateur, au côté d'Adam Smith, de l'approche classique, David Ricardo (1772-1823) propose dans On the Principles of Political Economy and Taxation une analyse du capitalisme naissant qui a orienté l'ensemble de l'économie politique au xixe […] Lire la suite

BANQUES CENTRALES

  • Écrit par 
  • Sylvie DIATKINE
  •  • 6 874 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La stabilité monétaire »  : […] Assurer la confiance dans la monnaie implique de veiller à la stabilité de son pouvoir d'achat sur le marché domestique (valeur interne de la monnaie). Cette mission est apparue relativement tôt dans l'évolution des banques centrales, notamment en ce qui concerne la Banque d'Angleterre, du fait de la centralisation des réserves. Durant la période d'inconvertibilité des billets de la Banque d'Angl […] Lire la suite

CHANGE - Les théories du change

  • Écrit par 
  • Hélène RAYMOND-FEINGOLD
  •  • 9 061 mots

Dans le chapitre « Les premières approches réelles du taux de change »  : […] Les deux principales théories traditionnelles de la détermination du taux de change sont la parité des pouvoirs d'achats et l'approche du taux de change par la balance des paiements. Elles ont en commun, outre leur développement déjà ancien, de reposer sur une approche réelle du taux de change, dans laquelle le marché des biens et services joue un rôle essentiel. La théorie selon laquelle le taux […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Théories

  • Écrit par 
  • Lionel FONTAGNÉ
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Un pays désavantagé dans toutes les activités peut exporter »  : […] Ricardo a résolu la difficulté, laissée en suspens par Smith, relative à la nécessité d'un avantage absolu de chaque pays pour au moins un bien. En montrant que même la participation d'un pays désavantagé dans tous les biens est à l'origine d'un gain net, ses Principes (1817) constituent le premier ouvrage scientifique d'économie internationale. Deux apports distincts doivent être mentionnés : le […] Lire la suite

COMMERCE INTERNATIONAL - Avantages comparatifs

  • Écrit par 
  • Matthieu CROZET
  •  • 5 799 mots

Dans le chapitre « L'exemple de Ricardo »  : […] Dans le chapitre 7 Des principes de l'économie politique et de l'impôt (1817), David Ricardo présente une démonstration plus complète du principe des avantages comparatifs, adossée à un exemple numérique simple. L'exemple proposé considère deux pays, l'Angleterre et le Portugal, et deux biens, le vin et le drap. Dans chacun des pays, la production de chaque bien nécessite une quantité fixe d'heur […] Lire la suite

CONCURRENCE, économie

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 210 mots

Dans le chapitre « L'élaboration du modèle de concurrence parfaite »  : […] Ce modèle ne s'est pas construit en un jour. Son élaboration, au fil du temps, doit beaucoup à Anne Robert Jacques Turgot (1757), Adam Smith (1776) et David Ricardo (1817), qui vantèrent les avantages de la libre concurrence. Antoine Augustin Cournot (1838) opposa le concept de monopole à celui de « concurrence illimitée », avant que le modèle ne trouve une forme plus achevée chez Léon Walras (18 […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Les méthodes de la connaissance économique »  : […] Les trois thèmes qui viennent d'être évoqués, bien loin de se contredire, se complètent et s'enrichissent. Il reste à exposer comment ils ont été effectivement mis en œuvre. Sur le terrain des méthodes, deux grandes familles d'esprits se sont opposées et ne cesseront de s'opposer. Il y a ceux qui raisonnent et ceux qui observent, les « déducteurs » et les « inducteurs ». Connaissance rationnelle […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] L'économie n'a jamais vraiment connu en France le statut qu'elle a acquis dans le monde anglo-saxon, même si l'expression « économie politique » a reçu son sens moderne d'un Français, Antoine de Montchrestien. C'est, en effet, en intitulant en 1615 un texte adressé au roi Louis XIII « Traité d'économie politique » que ce gentilhomme normand à la vie tumultueuse a fait entrer l'expression dans le […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

  • Écrit par 
  • Jérôme de BOYER
  •  • 8 720 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La politique monétaire »  : […] Sur la monnaie, les économistes classiques se partagent en deux camps. Tous sont hostiles au mercantilisme et développent l'idée selon laquelle la monnaie doit échapper au prince et obéir à des mécanismes de marché. Cependant les uns se méfient du pouvoir de création monétaire des banques, veulent soit l'interdire, soit le soumettre à des règles strictes, et développent la théorie quantitative de […] Lire la suite

ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - L'école classique

  • Écrit par 
  • Daniel DIATKINE
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'égalisation des taux de profit »  : […] Cette critique est liée étroitement à une autre, plus fondamentale encore. Smith détermine les prix naturels en supposant donnés les taux de salaire, de profit et de rente, les salaires, les profits et les rentes étant les composantes du prix naturel. La théorie de la rente différentielle va cependant permettre d'exclure celle-ci des composantes des prix. En conséquence de quoi, le revenu nation […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian SCHMIDT, « RICARDO DAVID - (1772-1823) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/david-ricardo/