THÉOPHRASTE (371 av. J.-C./70-288 av. J.-C./87)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « Divin Parleur » Tyrtamos d'Érèse, surnommé Théophraste, étudia pendant une trentaine d'années sous la direction d'Aristote, avant de lui succéder à la tête du Lycée quand le Stagirite se retira à Chalcis dans l'île d'Eubée (~ 322). La vision d'ensemble qu'il avait de l'œuvre du maître — seul Eudème de Rhodes peut lui être comparé à cet égard — et ses qualités d'orateur attirèrent de nombreux auditeurs à l'école qui atteint alors son acmé.

Quoi qu'il en soit de son apport propre dans le Corpus Aristotelicum (cf. travaux de J. Zürcher, 1952), Théophraste semble plus annoncer la pensée de Straton, son successeur au Lycée, qu'expliciter celle d'Aristote, du moins dans les rares textes qui nous sont parvenus d'une œuvre considérable (deux cent quarante titres, selon Diogène Laërce). La forme aporétique de sa métaphysique (dont on possède neuf fragments) et surtout la nature des limitations apportées à la finalité révèlent les réticences d'un esprit positif à l'égard de la philosophie première. En logique, il paraît, de la même façon, s'être plus intéressé à la théorie des modalités qu'à la fonction métaphysique du syllogisme, et les classifications qu'il propose en botanique, principalement celle des maladies des végétaux dans les neuf livres de l'Histoire des plantes (Peri phytôn historia) et les six livres du Traité sur les causes des plantes (Peri phytôn aitiôn) — seuls traités complets qui nous restent — confirment l'orientation scientifique de sa recherche. Les trente types de caractères, décrits dans l'opuscule qui partagea la célébrité même de l'ouvrage de La Bruyère publié en 1688, sous le titre : Les Caractères de Théophraste traduits du grec, avec les Caractères ou les mœurs de ce siècle, s'inscrivent dans une tradition d'école. Les multiples controverses suscitées par ce fragment ne sauraient illustrer son contenu, et il demeure vrai qu'« on y trouve peu d'observations intéressantes » (A. Rivaud). Vraisemblablement appendice d'un traité de morale, ce fragment est toutefois indicatif d'un souci plus pragmatique que théorique (ce que n'infirment ni les extraits contenus dans la Grande Morale, ni les références qu'on trouve chez Cicéron, au De finibus notamment).

Mention à part doit être faite des Opinions des philosophes de la nature (Physikôn doxaï). Cet ouvrage qui, tel qu'il fut reconstitué — quarante-sept fragments identifiés — par Hermann Diels, dans Doxographi Graeci (1879), semble avoir été la principale source d'information des doxographes.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  THÉOPHRASTE (371 av. J.-C./70-288 av. J.-C./87)  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La philosophie à Athènes aux Ve et IVe siècles avant J.-C. »  : […] L'exemple d'Anaxagore, bientôt suivi de celui, plus tragique, de Socrate, montre quelles difficultés dut surmonter la philosophie pour s'implanter à Athènes. La tradition proprement athénienne était en effet tout autre et rien moins que spéculative. L'intérêt exclusif que les Athéniens accordaient à la parole comme lieu privilégié des relations humaines les condamnait à se désintéresser du spectac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antiquite-naissance-de-la-philosophie/#i_8652

BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Lucien PLANTEFOL, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 845 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Antiquité »  : […] C'est seulement avec la pensée grecque que naît une science organisée, un savoir synthétique et désintéressé : il y a une botanique d'Aristote. Même si le Περ̀ι ϕυτ̃ων ( Des plantes ) qu'on lui a attribué n'est pas ce qu'il avait écrit, sa théorie des plantes transparaît dans ses œuvres zoologiques. Les deux grands ouvrages de son disciple Théophraste, le Περὶ ϕυτω̃ν ἱστορία ( Histoire des plan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique-histoire-de-la/#i_8652

CARACTÈRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 293 mots

Est-ce un « genre » que celui que ne représente qu'un seul ouvrage (car il faut laisser hors de cause les traités suivis, Caractères des passions , ou De l'amour , ou Des femmes par M me de Pringy, et aussi les versificateurs singes de La Bruyère, les Sellier, les Teissier...) ? À la rigueur, il y en a deux, si l'on adjoint au chef-d'œuvre de La Bruyère le mince volume de Théophraste. Mais ils d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caracteres-genre-litteraire/#i_8652

COULEURS, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Manlio BRUSATIN
  •  • 10 354 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perception, représentation et production de la couleur dans les civilisations antiques »  : […] Chez les Égyptiens, la notion des couleurs et de leur représentation est gouvernée par un principe fondé sur la nature des pierres précieuses qui donnent un sens précis aux couleurs et aux gemmes. Les matières colorantes utilisées en Égypte pour la fabrication des fards – le kheśebedh ( bleu lapis-lazuli), le khenemet ( rouge rubis), le nešemet (bleu azur), le mefekat ( vert émeraude) et le k […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/couleurs-histoire-de-l-art/#i_8652

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Plotin »  : […] Par son exigence de rappel à l'ordre, par sa vocation classificatrice, taxinomique, La Poétique recevra, d'une époque à l'autre et jusqu'à la fin de l'âge classique, d'innombrables systématisations. Citons la première en date – qui n'a pas été conservée, mais dont l'essentiel demeure : celle de Théophraste, selon laquelle à la philosophie, discipline formelle, et à la rhétorique, liée à la matiè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_8652

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « L'enquête sur la nature »  : […] En tant que connaissance rationnelle de la nature, la philosophie croise le jardin dans l'œuvre de Théophraste qui, héritier d'Aristote et du Lycée, observe les plantes. Et si l'esthétique n'est pas au rendez-vous dans Les Recherches sur les plantes , on peut supposer que les planches accompagnant le De Materia medica de Dioscoride Pedanius (élève de Théophraste), dont l'original date de l'an 60 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-esthetique-et-philosophie/#i_8652

LA BRUYÈRE JEAN DE (1645-1696)

  • Écrit par 
  • Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO
  •  • 2 461 mots

Dans le chapitre « Une existence studieuse »  : […] Né à Paris, La Bruyère appartient à la vieille bourgeoisie de la Cité, au monde de la procédure et de la finance : ses ancêtres paternels figurent parmi les fondateurs de la Ligue. Après des études de droit, il achète un office de trésorier des finances dans la généralité de Caen, mais vit à Paris, dans une indépendance studieuse et tranquille. Pour des raisons mal connues et sur la présentation d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-de-la-bruyere/#i_8652

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique aristotélicienne »  : […] On s'accorde toujours à faire commencer la logique avec celles des œuvres d'Aristote qui seront ultérieurement rassemblées sous le titre commun d' Organon – mot qui marque bien le caractère instrumental et préparatoire à la philosophie qu'Aristote lui reconnaissait. Elle avait été préparée par le développement de la dialectique, qu'Aristote fait remonter à Zénon d'Élée ; mais celle-ci était conç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_8652

LYCÉE, Antiquité

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 357 mots

Dans le chapitre « Métaphysique »  : […] Théophraste (« divin parleur ») est le surnom donné à Tyrtamos d'Érèse par son maître Aristote. Les problèmes philosophiques qu'il aborda sont les mêmes que ceux qu'avait formulés le Stagirite. Mais l'on peut dire, si l'on accorde crédit aux vues de W. Jeager sur le développement de la pensée aristotélicienne, qu'il a poursuivi ses recherches pour résoudre au plan de la physique les questions posé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lycee-antiquite/#i_8652

NOMENCLATURE BOTANIQUE RÈGLES INTERNATIONALES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 9 944 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Bref historique »  : […] Tyrtamos d'Érèse, dit Théophraste (371 ou 370 av. J.-C. - 288 ou 287 av. J.-C.), qui succéda à Aristote à la tête du Lycée en 322 av. J.-C. et est l'auteur d'une œuvre philosophique considérable, est aussi l'un des tout premiers botanistes et mycologues dont au moins une partie de l'œuvre scientifique nous soit parvenue : dans ses ouvrages Περ̀ι ϕυτ̃ων α’ίτιων ( Des causes des plantes , six livre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-internationales-de-nomenclature-botanique/#i_8652

PHYTOPATHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Marie-Thérèse ESQUERRÉ-TUGAYÉ
  •  • 5 860 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire de la phytopathologie »  : […] Des croyances de l’Antiquité aux connaissances actuelles, bien des étapes jalonnent l’histoire de la phytopathologie. Ce sont d’abord les écrits de Théophraste, philosophe grec (371/370-288/287 av. J.-C.), qui relatent l’existence de maladies sur diverses plantes. Ensuite, les Romains implorent le dieu Robigo pour épargner les céréales de ce fléau qu’est la « rouille ». Durant l’époque médiévale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phytopathologie/#i_8652

THERMODYNAMIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Arthur BIREMBAUT
  •  • 8 830 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La chaleur dans la science hellène »  : […] Les mots grecs qui signifient « chaud » ou « froid » désignaient dans l'Antiquité à la fois ces deux sensations et les phénomènes physiques qui étaient supposés en être la cause : tout corps chaud ou froid était censé contenir de la chaleur ou du froid. De tout temps on avait constaté, sans que les premiers savants hellènes l'expliquent, que l'air exhalé au cours de la respiration normale est tièd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-histoire/#i_8652

Pour citer l’article

« THÉOPHRASTE (371 av. J.-C./70-288 av. J.-C./87) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophraste/