NONO LUIGI (1924-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Pour un musicien, il existe une position – toujours et dans chaque cas – de choix, actif ou passif, conscient ou non, face à la structure de la société contemporaine. L'homme-musicien mesure – et choisit – sa participation inventive, créatrice, par rapport à la réalité de son propre temps, et établit la valeur de son témoignage. Cela est en rapport direct avec la rencontre économico-idéologique qui marque l'époque » (Nono, en 1964). Luigi Nono a toujours été, et cela dès ses débuts dans les années 1950, un musicien « engagé ». Pour lui, une voie crédible pour la musique exigeait une technique de composition résolument contemporaine. En même temps, cette musique devait être intimement liée à la prise de conscience du présent par l'homme-musicien responsable et devait dépasser le fait musical pur. Enfin, cette position d'« intellectuel organique » (selon Antonio Gramsci) exigeait de l'artiste un engagement total. Nono ne fut pas seulement un des plus importants compositeurs de la seconde moitié du xxe siècle, il en a été le plus important agitateur moral.

Luigi Nono

Photographie : Luigi Nono

Le compositeur italien Luigi Nono (1924-1990), en 1963. 

Crédits : Erich Auerbach/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le creuset de Darmstadt

Luigi Nono naît à Venise le 29 janvier 1924. Il suit les cours de composition que dispense Gian Francesco Malipiero, à qui il doit surtout les bases de ses larges connaissances de l'histoire de la musique. Après un diplôme de droit obtenu à l'université de Padoue, il reprend ses études musicales en 1946 auprès de son futur ami, le compositeur et chef d'orchestre Bruno Maderna, et devient en 1948 élève de Hermann Scherchen, qui va l'influencer aussi bien sur le plan musical que sur les plans culturel et politique. Aux cours d'été de Darmstadt de 1950, Scherchen crée sa première œuvre, les Variations canoniques sur la série de l'op. 41 de Schönberg pour orchestre. Dès lors, Nono va faire partie, d'abord comme étudiant, ensuite comme enseignant jusqu'en 1960, de ce « laboratoire de la musique sérielle » de Darmstadt, sans pour autant utiliser systématiquement dans ses œuvres d'avant 1955 (jusqu'à Incontri pour 24 instruments) le principe de la sérialisation musicale intégrale. À la base des compositions des années 1950 se trouvent souvent, outre les textes, des « objets musicaux » (mélodies folkloriques, chants politiques, etc.) qui influencent la structure musicale. Dans les œuvres capitales de cette période – Epitaffio (1952-1953), sur des textes de García Lorca et de Neruda, Il Canto sospeso (1955-1956), les œuvres pour chœur et instruments sur des textes de Cesare Pavese et de Giuseppe Ungaretti (La Terra e la Compagna, 1957 ; Cori di Didone, 1958), l'opéra Intolleranza 1960 (1960-1961) –, les techniques d'avant-garde sont mises au service d'une volonté expressive, d'une prise de position directe. Des textes de Lorca ou des lettres de condamnés à mort de la résistance européenne contre le fascisme (dans le Canto sospeso) créent, dans et par l'œuvre, une relation consciente entre l'histoire et le présent. Nono, membre du Parti communiste italien depuis 1952, marié depuis 1955 à Nuria, fille d'Arnold Schönberg, refuse aussi bien le « réalisme socialiste » pompeux qu'une musique avant-gardiste fuyant le présent pour s'isoler dans une subculture hermétique. La création du Canto sospeso par Scherchen à Cologne en 1956 établit Nono comme l'un des plus importants compositeurs européens, position confirmée en 1961 par la première houleuse (pour des raisons politiques) de son « action scénique » Intolleranza 1960 dans le cadre de la biennale de Venise.

Si la musique de l'école de Darmstadt est essentiellement musique instrumentale, celle de Nono fait une large part à la voix et surtout au chœur. Dans les parties chorales, Nono développe de nouveaux types d'écriture en transférant à l'ensemble vocal l'écriture orchestrale fragmentée et en créant de nouveaux rapports entre le texte et la musique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur de musicologie à l'université de Fribourg (Suisse), critique musicale

Classification

Autres références

«  NONO LUIGI (1924-1990)  » est également traité dans :

Fragmente-Stille, an Diotima, NONO (Luigi)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 765 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Le Vénitien Luigi Nono s'affirme comme un compositeur engagé, conscient des inégalités et des injustices sociales: ses recherches sur l'essence du son, constitutives de sa pensée musicale, sont indissociables de son engagement politique. Son œuvre manifeste sa passion pour la voix, dont témoignent Il Canto sospeso (1956) – pièce entièrement sérielle dont le texte est tiré de lettres d'adieu de ré […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - L'évolution de la musique depuis 1945

  • Écrit par 
  • Michel CHION, 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 5 044 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le sérialisme »  : […] Après la guerre, les jeunes musiciens éprouvent le besoin fébrile de reconstruire sur des bases solides et durables le système sériel, tel que l'a développé A. Webern , mort accidentellement en 1945, et qui fait figure, à leurs yeux, de modèle, de voie à suivre. Pierre Boulez , Karlheinz Stockhausen , Jean Barraqué, Luciano Berio , Luigi Nono , Bruno Maderna, et, par la suite, Jean-Claude Éloy da […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « « De la musique avant toute chose » »  : […] Ce vers célèbre de l' Art poétique (1882) de Paul Verlaine (1844-1896) nous rappelle que la musique, depuis le romantisme, jouait le rôle d'art pilote, comme l'architecture ou l'orfèvrerie au Moyen Âge, voire l'art des jardins au xviii e  siècle. Tieck, Hoffmann, Eichendorf, Schopenhauer, Walter Pater (1839-1894) ou Appia ont successivement affirmé la prééminence de la musique, de même que les sy […] Lire la suite

POLLINI MAURIZIO (1942- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 948 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Méditation et engagement »  : […] Après les accueils mitigés que reçoivent certains de ses concerts, et alors qu'il est à l'orée d'une éblouissante carrière – il n'a que dix-huit ans –, Maurizio Pollini renonce brutalement à tous les engagements qu'on lui propose. Pendant plusieurs années, il préfère développer sa personnalité loin du tumulte vain des succès faciles, prendre le temps de lire, d'écouter, de méditer, de voyager. Il […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jürg STENZL, « NONO LUIGI - (1924-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-nono/