SCHÖNBERG ARNOLD(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 13 septembre 1874 Arnold Franz Walter Schönberg naît à Vienne. Il adoptera aux États-Unis le patronyme Schoenberg.

  • 1898 Les Deux Lieder (Zwei Gesänge), opus 1, pour baryton et piano, sur deux poèmes de Karl von Levetzow, sont créés par Eduard Gärtner (baryton) et leur dédicataire, Alexander von Zemlinsky (piano), professeur, ami et futur beau-frère de Schönberg. Le 20 décembre, le Quatuor à cordes en majeur est créé à Vienne.

  • 1899 Schönberg compose Quatre Lieder, opus 2, pour voix et piano, sur des poèmes de Richard Dehmel et Johannes Schlaf ; ces lieder provoqueront un scandale lors de leur création, à Vienne, le 11 février 1904, par Walter Pieau (voix) et Alexander von Zemlinsky (piano).

  • 1900 Schönberg entame la composition de sa gigantesque fresque postromantique, les Gurre-Lieder, pour cinq voix solistes (soprano, mezzo-soprano, ténor, basse et récitant), chœur d'hommes, chœur mixte et très grand orchestre, sur un texte de Jens Peter Jacobsen traduit en allemand par Robert Franz Arnold ; cette œuvre ne sera achevée qu'en 1911 et créée à Vienne le 23 février 1913, sous la direction de Franz Schreker.

  • 18 mars 1902 Le sextuor à cordes Verklärte Nacht (La Nuit transfigurée), opus 4, sur un poème de Richard Dehmel, composé en 1899, est créé à Vienne par le Quatuor Rosé et deux instrumentistes de l'Orchestre philharmonique de Vienne ; cette partition pour deux violons, deux altos et deux violoncelles fait également scandale par son audace harmonique : elle contient notamment un accord de neuvième dans un renversement jusqu'alors jamais employé.

  • Automne de 1904 Alban Berg et Anton von Webern deviennent les élèves de Schönberg.

  • 25 janvier 1905 Le poème symphonique Pelleas und Melisande, opus 5, pour grand orchestre, d'après le drame de Maurice Maeterlinck, composé en 1902 et 1903, est créé à Vienne sous la direction du compositeur.

  • 5 février 1907 Le Quatuor à cordes no 1, en mineur, opus 7, composé en 1904 et 1905, est créé à Vienne par le Quatuor Rosé.

  • 8 septembre 1907 La Kammersymphonie no 1 (Symphonie de chambre no 1), opus 9, composée en 1906, est créée à Vienne par le Quatuor Rosé et des membres de l'Orchestre philharmonique de Vienne. Écrite pour quinze instruments solistes (vents et cordes), cette symphonie crée le concept d'orchestre de chambre moderne ; en un seul mouvement, elle marque une grande volonté de concentration des idées musicales.

  • 21 décembre 1908 Le Quatuor à cordes no 2, en fa dièse mineur, opus 10, composé en 1907 et 1908, est créé à Vienne par le Quatuor Rosé et Marie Gutheil-Schoder : une voix de soprano intervient dans les deux derniers mouvements, interprétant deux poèmes de Stefan George, Litanei et Entrückung.

  • 1909 Schönberg compose les Cinq Pièces pour orchestre (Fünf Orchesterstücke für grosses Orchester), opus 16 : Vorgefühle (« Pressentiments »), Vergangenes (« Le Passé »), Farben (« Couleurs »), Peripetie (« Péripétie »), Das obligate Rezitativ (« Le Récitatif obligé »). Écrites pour grand orchestre, ces pièces contiennent de nombreux passages qui font un usage très poussé de l'écriture pour instruments solistes. C'est dans ces pièces que Schönberg introduit la première fois ce qu'il appelle la mélodie de timbres (Klangfarbenmelodie). Farben annonce les musiques dites statiques, et notamment Atmosphères, de György Ligeti (1961). Ces Cinq Pièces seront créées le 3 septembre 1912 à Londres, par le Queen's Hall Orchestra sous la direction de Henry Wood. Schönberg compose également Erwartung (« L'Attente »), opus 17, monodrame (opéra à un seul personnage) en un acte (quatre scènes), sur un livret de Marie Pappenheim ; cet ouvrage ne sera créé que le 6 juin 1924, au Neues Deutsches Theater de Prague, avec la mezzo-soprano Marie Gutheil-Schoder (la Femme) et sous la direction d'Alexander von Zemlinsky.

  • 1910-1913 Schönberg compose Die glückliche Hand (« La Main heureuse »), opus 18, drame avec musique (Drama mit Musik) en quatre tableaux, sur un livret du compositeur ; cet ouvrage met en scène trois personnages – l'Homme, la Femme et le Dandy –, mais seul l'Homme chante. Die glückliche Hand ne sera créée que le 14 octobre 19 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Autres références

«  SCHÖNBERG ARNOLD (1874-1951)  » est également traité dans :

SCHÖNBERG ARNOLD

  • Écrit par 
  • Harry HALBREICH
  •  • 3 778 mots
  •  • 1 média

« Schönberg est mort » : tel est le titre, resté fameux, d'un article que le jeune Pierre Boulez écrivit peu après la disparition de l'auteur de Pierrot lunaire. Il s'agit d'un cas classique de « meurtre du père », car le compositeur Boulez n'existerait pas sans Schönberg, pas plus que Stockhausen, Nono (son gendre !) ou les autres […] Lire la suite

PIERROT LUNAIRE (A. Schönberg)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 277 mots

Le 16 octobre 1912, Pierrot lunaire, d'Arnold Schönberg, est créé à Berlin. « Le Pierrot lunaire est l'œuvre la plus célèbre de Schönberg, point central autour duquel on a ordonné toutes les autres ; il est certain que, malgré l'importance de celles-ci, celle-là constitue un centre de gravité » (Pierre Boulez) […] Lire la suite

ADAMS JOHN (1947- )

  • Écrit par 
  • Patrick WIKLACZ
  •  • 1 979 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retour à la tonalité »  : […] Parmi les premières compositions de John Adams, notons un Quintette avec piano (1970), American Standard , pour ensemble de chambre non spécifié (1973), Grounding , pour six voix solistes, trois saxophones et live electronics (électronique en direct, 1975), Onyx , pour bande magnétique (1976). Les œuvres de la fin des années 1970 vont peu à peu affirmer sa véritable personnalité. La pulsation ju […] Lire la suite

ATONALITÉ

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 388 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La dissolution du système tonal classique »  : […] Le système modal (ancien) et le système tonal (classique) sont fondés sur une véritable hiérarchie des degrés de la gamme, hiérarchie dans laquelle la note dite tonique (celle qui donne son nom au ton) joue le rôle principal. Une autre note, le cinquième degré de la gamme (par exemple, sol dans la tonalité d' ut ), dite dominante, était également très importante. L'enchaînement de l'accord const […] Lire la suite

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse chiffrée »  : […] Devant ces faits, on peut comprendre que, à un certain moment et pendant une période limitée de l'histoire, tout l'essentiel d'une œuvre musicale ait pu paraître se réduire à la ligne mélodique et à la basse, les sons situés entre ces deux extrêmes ne participant plus qu'à un remplissage harmonique étroitement déterminé par ces deux éléments. On se contente dès lors de fixer par l'écriture ces de […] Lire la suite

BLAUE REITER DER

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 2 894 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Doctrine »  : […] Le Blaue Reiter n'a ni programme, ni adhérents. Un accord tacite sur les problèmes de l'esprit et de l'art fonde l'union des intéressés. Un homme est en mesure de les formuler : Kandinsky. En 1910, il écrit Du spirituel dans l'art (édité à Munich en 1911) où il part d'une critique de la structure matérialiste du monde contemporain. Il voit la science transmuter la matière en symboles d'énergie, l […] Lire la suite

CHAMBRE MUSIQUE DE

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Marc VIGNAL
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Au sens moderne, « musique de chambre » est une expression générique s'appliquant à des compositions pour un petit nombre d'instruments solistes. Jusqu'à la fin du xvii e  siècle, avant l'apparition des concerts publics, le terme désigne une musique destinée à être jouée chez un particulier, fût-ce un roi, par opposition à la musique d'église et à la musique de théâtre (Louis XIV crée la charge de […] Lire la suite

CHROMATISME, musique

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 934 mots

En musique, le terme « chromatisme » recouvre deux acceptions. La plus simple indique l'altération d'un demi-ton – vers le grave ou vers l'aigu – d'un degré diatonique ; dans ce cas, le chromatisme implique l'adoption d'une échelle de référence, l'échelle heptatonique naturelle, dernier stade du diatonisme. C'est sur cette échelle de sept sons diatonique qu'est fondée la musique dite tonale ; c […] Lire la suite

COLORATION, musique

  • Écrit par 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 1 057 mots

Dans le chapitre « La coloration orchestrale »  : […] Dès le début du xix e  siècle, les nouvelles exigences des compositeurs (de Ludwig van Beethoven, par exemple, en ce qui concerne le piano) suscitent des progrès de la facture instrumentale, qui vont rendre possible la naissance d'un nouveau langage orchestral. L'attention des compositeurs se porte sur le timbre, l'équivalent de la couleur, qui est un des moyens d'expression privilégié par les […] Lire la suite

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 854 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition et invention des formes »  : […] Les schèmes formels, dont certains viennent d'être commentés, s'appliquent surtout à la construction de la musique pure. Il faut alors remarquer que les compositeurs ont toujours pris, à leur égard, une liberté proportionnelle à leur imagination, tout en les conservant comme une sorte de référence permanente ; ils sont, en réalité, mal adaptés à une expression qui n'est pas exclusivement musicale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « SCHÖNBERG ARNOLD - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/schonberg-reperes-chronologiques/