MALIPIERO GIAN FRANCESCO (1882-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Gian Francesco Malipiero (1882-1973), compositeur italien, a fait ses études musicales à Venise où il est né, puis à Vienne. À Paris, où il vient en 1913, il découvre Debussy, Ravel et Stravinski. Ces influences, combinées à l'étude des maîtres italiens, notamment Monteverdi et Cavalli, sont déterminantes pour la formation de son style. Malipiero prend une influence considérable sur la vie musicale de l'Italie de l'après-Première Guerre mondiale en luttant contre les outrances du vérisme et du mélodrame pour retrouver la sobriété, la gravité expressive de la grande tradition de la Renaissance italienne. De 1939 à 1952, il est directeur du Conservatoire de Venise, où il a notamment pour élèves Luigi Nono et Bruno Maderna.

L'œuvre de Malipiero est d'une abondance surprenante : neuf symphonies, des concertos, des ballets, de la musique de chambre et de la musique chorale, de nombreux ouvrages lyriques. Son style évolue d'une écriture harmonique, proche de la tonalité mélangée de modalité, à de libres emprunts au dodécaphonisme, qu'il pratiquera dans ses dernières partitions mais sans jamais se plier vraiment à un système ; c'est un style de synthèse mélangeant des langages différents, où se retrouvent les échos de l'impressionnisme français, de l'atonalisme de Bartók, aussi bien que du symbolisme des poèmes symphoniques, du récitatif de la grande école vénitienne, ou de l'archaïsme d'un D'Annunzio. Dans ses premières œuvres théâtrales, il recherche l'expression sobre et directe d'une situation dramatique : les Sette Canzoni (sept moments dramatiques tirés de poèmes italiens des xiiie, xive et xve siècles), Torneo notturno et les Tre Commedie goldoniane illustrent cette première période. Puis Malipiero introduit dans ses ouvrages lyriques des éléments descriptifs visant à la création d'atmosphères sonores. Dans Antonio e Cleopatra (1936-1937), il emploie airs, récitatifs, dialogues, parlando rythmé, mais pas de chœurs ; cet opéra, encore proche de la tonalité, est un exemple de l'expressionnisme dramatique propre au compositeur. Une œuvre pour baryton et orchestre, de 1962, dont le titre est un jeu amusant sur le mot « abracadabra », est représentative du style tardif de Malipiero : forme plus rigoureuse, emploi d'éléments contrapuntiques, construction en panneaux successifs et contrastés, écriture vocale qui s'apparente assez à celle du Wozzeck d'Alban Berg.

—  Nicole LACHARTRE

Écrit par :

  • : compositeur, fondatrice et directrice artistique de l'Association pour la collaboration des interprètes et compositeurs

Classification


Autres références

«  MALIPIERO GIAN FRANCESCO (1882-1973)  » est également traité dans :

CASELLA ALFREDO (1883-1947)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 757 mots

Compositeur, pianiste et chef d'orchestre italien, Casella est l'une des personnalités dominantes de la vie musicale de la péninsule entre les deux guerres. Né à Turin, il étudie avec Antonio Bazzini (l'auteur de la fameuse Ronde des lutins ) et Giuseppe Martucci avant de venir travailler à Paris en 1896. Il entre au Conservatoire dans les classes de Xavier Leroux (harmonie), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfredo-casella/#i_80229

Pour citer l’article

Nicole LACHARTRE, « MALIPIERO GIAN FRANCESCO - (1882-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gian-francesco-malipiero/