PAULING LINUS CARL (1901-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires
Crédits : Tom Hollyman/Photo Researchers

photographie

Linus Carl Pauling, 1955

Linus Carl Pauling, 1955
Crédits : Reproduced with permission of the Ava Helen and Linus Pauling Papers, Oregon State University Library

photographie


Le chimiste américain Linus Carl Pauling est l'une des deux seules personnes, avec Marie Curie (1867-1934), à avoir reçu deux prix Nobel dans deux disciplines différentes : le prix Nobel de chimie en 1954, « pour sa recherche sur la nature de la liaison chimique et son application à l'élucidation de la structure de substances complexes », et celui de la paix en 1962, pour sa campagne contre les essais d'armes nucléaires et contre le recours à la guerre comme solution des conflits internationaux. Éminent scientifique, il a su mettre son savoir et sa notoriété au service de la paix, et a grandement contribué à la cessation des essais nucléaires atmosphériques.

Années de formation et premiers travaux

Linus Carl Pauling est né le 28 février 1901 à Portland (Oregon). Alors qu'il était enfant, son père, pharmacien, fit paraître une petite annonce dans le principal journal de Portland, demandant aux lecteurs de lui suggérer des titres de livres pour son petit garçon avide de lectures.

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

Linus Carl Pauling et ses modèles moléculaires

photographie

Linus Carl Pauling (1901-1994), chimiste américain, Prix Nobel de chimie en 1954 pour ses travaux sur la nature de la liaison chimique et Prix Nobel de la paix en 1962 pour sa campagne contre les essais d'armes nucléaires et contre le recours à la guerre comme solution des conflits... 

Crédits : Tom Hollyman/Photo Researchers

Afficher

Ses études secondaires terminées, Pauling entra à l'Oregon Agricultural College, à Corvallis, où il choisit d'étudier la chimie comme discipline principale. Durant son avant-dernière année, en 1920-1921, il fut sélectionné pour être tuteur d'étudiants de première année en difficulté. Il découvrit alors, dans la bibliothèque universitaire, les articles récents (1919) d'Irving Langmuir (1881-1957) sur la structure atomique et la théorie électronique de la valence. Langmuir s'y référait à l'article mémorable que Gilbert Newton Lewis (1875-1946) publia en 1916, où il pose qu'une liaison chimique est assurée par un doublet d'électrons.

Pauling fit acte de candidature auprès d'Arthur A. Noyes (1866-1936), au California Institute of Technology (Caltech), fondé peu auparavant à Pasadena, dans la grande banlieue de Los Angeles. Il y suivit ses études doctorales, de 1923 à 1925, et s'y initia à la détermination de la structure des molécules au moyen de la diffraction des rayons X par les cristaux, sous la supervision de Roscoe Gilkey Dickinson (1894-1945).

Arthur A. Noyes n'avait que mépris pour son collègue en

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'École polytechnique et à l'université de Liège (Belgique)

Classification


Autres références

«  PAULING LINUS CARL (1901-1994)  » est également traité dans :

PAULING ET LES PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 230 mots

Après avoir appliqué la mécanique quantique aux liaisons chimiques et défini les liaisons faibles, Linus Pauling (1901-1994) se consacra à l'étude des protéines . Il élabora, en 1951, la structure secondaire des protéines fibrillaires (kératine des cheveux, fibroïne de la soie, etc.), point de départ des études sur la biologie structurale des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pauling-et-les-proteines/#i_2953

ABZYMES

  • Écrit par 
  • Joël CHOPINEAU, 
  • Alain FRIBOULET, 
  • Sabine PILLE, 
  • Daniel THOMAS
  • , Universalis
  •  • 1 035 mots

et enzyme), fut énoncé dès les années 1940 par Linus Pauling. S’appuyant sur le fait que la réaction chimique de transformation d'une molécule en une autre passe par un état de transition, qui représente une barrière énergétique à franchir, Pauling suggéra qu'une enzyme, pour favoriser une réaction, abaisse cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abzymes/#i_2953

ACIDES & BASES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Pierre SOUCHAY
  •  • 12 612 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Effet inducteur »  : […] En chimie minérale, la règle de Pauling, approximative mais utile, donne la force en fonction du nombre n d'oxygènes non unis à H : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-et-bases/#i_2953

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autres sels d'antimoine »  : […] 6), ce qui prouve que les atomes d'antimoine sont tous au même degré d'oxydation et non pas moitié de degré III et moitié de degré V. Pour expliquer ces faits, Linus Pauling a suggéré qu'il pourrait s'agir d'un cas de mésomérie, la formule réelle étant intermédiaire entre les deux cas limites (SbX6)3 - et (SbX […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antimoine/#i_2953

CHIMIE THÉORIQUE

  • Écrit par 
  • Lionel SALEM, 
  • François VOLATRON
  •  • 4 287 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La méthode des liaisons de valence »  : […] qu'elle s'accorde avec la notion de résonance introduite par Pauling, dans laquelle la molécule de benzène est supposée en quelque sorte alterner entre ces deux structures (ou en tout état de cause emprunter ses caractéristiques chimiques simultanément à ces deux structures). On caractérise cette résonance par une flèche à double pointe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-theorique/#i_2953

COORDINATION (chimie) - Composés de coordination

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Jean-Pierre SCHARFF
  •  • 5 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Théorie des liaisons de valence »  : […] Dans le cas de la théorie des liaisons de valence, Pauling et Slater ont montré que, pour un complexe octaédrique, on pouvait faire appel à la notion d'hybridation de deux orbitales nd, d'une orbitale (n + 1)s et de trois orbitales (n + 1)p pour aboutir à la formation de six orbitales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coordination-chimie-composes-de-coordination/#i_2953

HÉMATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean BERNARD, 
  • Michel LEPORRIER
  •  • 8 446 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Naissance de la pathologie moléculaire »  : […] l'anomalie de l'hémoglobine et, partant, l'anémie. Cette découverte est due à Linus Pauling. On a pu pour chaque hémoglobine anormale reconnaître l'acide manquant ou changé. Cette analyse établit une relation étroite entre la maladie et le désordre chimique. C'est de la position d'un des cent acides aminés que dépend la structure de l'hémoglobine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hematologie/#i_2953

IONIQUES STRUCTURES

  • Écrit par 
  • Michel POUCHARD
  •  • 2 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rayons ioniques »  : […] L. Pauling, quelques années plus tard, proposa une méthode de calcul plus théorique fondée sur l'influence de la charge nucléaire effective Zeff sur la distribution des électrons périphériques d'un ions. D'autres physiciens ont proposé, depuis, d'autres méthodes plus élaborées de calcul direct ; les résultats ne diffèrent pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/structures-ioniques/#i_2953

ISOMÉRIE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 788 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Résonance ou mésomérie »  : […] Il revint à Linus Carl Pauling de faire la synthèse de ces trois composantes conceptuelles : nécessité des deux formules de Kekulé du benzène ; formules de Lewis pour l'écriture des molécules ; notion d'intégrale d'échange, dans le formalisme de la mécanique quantique, pour rendre compte de l'indiscernabilité, et donc de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/isomerie-chimie/#i_2953

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 332 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Méthode des paires »  : […] des ψi, de façon à minimiser l'énergie. L. Pauling et J. Slater ont indiqué un procédé systématique pour construire les fonctions de base ψi en s'aidant de schémas chimiques. Par exemple, pour la molécule H2, on utilisera les fonctions correspondant aux trois structures : H − H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-et-classification/#i_2953

MAGNÉTOCHIMIE

  • Écrit par 
  • Jean HOARAU
  •  • 5 367 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Complexes de coordination »  : […] Linus Pauling a proposé une théorie simple fondée sur la méthode des liaisons de valence et montrant la relation qui existe entre les propriétés magnétiques de ces complexes et leur structure géométrique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnetochimie/#i_2953

OXYGÈNE

  • Écrit par 
  • Robert CREUSE, 
  • René NOTO
  •  • 6 323 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Structure de la molécule d'oxygène »  : […] pour les huit électrons de l'oxygène atomique, la structure électronique du dioxygène n'a été définie qu'en 1931 par Linus Pauling. En effet, la répartition des électrons doit tenir compte de l'énergie de dissociation (491,15 kJ/mole), de la distance interatomique (0,1207 nm), de la forte réactivité chimique et surtout du paramagnétisme (χm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxygene/#i_2953

PROTÉINES

  • Écrit par 
  • Yves BRIAND, 
  • Philippe BRION, 
  • René LAFONT, 
  • Jean-Claude MEUNIER, 
  • Pierre VIGNAIS
  •  • 20 692 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « L'organisation tridimensionnelle des protéines »  : […] démontrent que des protéines globulaires diffractent également les rayons X, ce qui fait d'elles des molécules à la structure définie et spécifique. Linus Pauling aborde quant à lui le problème du repliement différemment, adoptant une démarche théorique 'appuyée sur les conceptions de la chimie structurale. Pauling démontre la planéité de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proteines/#i_2953

RÉSONANCE, chimie

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 1 484 mots
  •  • 2 médias

pour la première fois en mécanique quantique dans ses travaux sur les systèmes d'oscillateurs couplés. C'est Pauling, dans ses recherches sur la nature de la liaison chimique, vers 1930, qui l'introduisit en chimie, lui donnant un sens tout différent. Dans l'impossibilité d'attribuer à certaines molécules, le benzène par exemple, une formule […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/resonance-chimie/#i_2953

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LASZLO, « PAULING LINUS CARL - (1901-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/linus-carl-pauling/