SCHRÖDINGER ERWIN (1887-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notoriété mondiale d'Erwin Schrödinger ne contredit pas la conscience qu'il avait d'appartenir à un temps de la science où l'individualité du savant s'estompe comme celle des constituants ultimes de la matière. Il a eu son heure majeure lorsqu'il a, en 1926, doté la mécanique ondulatoire de la formalisation qui lui manquait, et il a ainsi manifesté, moins de deux ans après la thèse de Louis de Broglie, le haut niveau où le travail collectif des chercheurs allemands avait porté l'aptitude à exploiter une idée nouvelle. Le reste de son œuvre scientifique est davantage encore inséré dans le mouvement de toute une génération et ne comporte pas d'autre point culminant ; mais son nom se retrouve dans toutes les démarches importantes de la physique théorique jusqu'après la Seconde Guerre mondiale, notamment en ce qui concerne la notion d'entropie négative. Exilé en Irlande de 1938 à 1956, il a compris combien la science est engagée dans la crise de la civilisation et il a fait œuvre de philosophe jusqu'à ses derniers jours. Les études qu'il a développées et divulguées à ce point de vue l'ont situé parmi les rares esprits clairvoyants qui savent dominer les engouements momentanés. N'ayant versé ni dans le courant probabiliste ni dans les interprétations simplistes de l'indéterminisme, il a apporté à notre époque la réflexion éclairante qui s'avérait nécessaire.

Erwin Schrödinger

Erwin Schrödinger

Photographie

Le physicien Erwin Schrödinger, qui reçut le prix Nobel de physique en 1933, photographié ici vers 1950. 

Crédits : Foto IWAN

Afficher

Une carrière brillante et troublée

Né à Vienne le 12 août 1887, Erwin Schrödinger bénéficia d'une enfance heureuse, entre un père qui était tout à la fois l'ami, le professeur et l'interlocuteur de son fils et une mère douce et maladive. Au gymnasium académique de Vienne, où il entra à onze ans, il fut un brillant élève non seulement en mathématiques et en physique, mais aussi en littérature, en philosophie et en art musical. De 1906 à 1910, il étudie à l'Université et eut pour maître un jeune disciple de Ludwig Boltzmann, Fritz Hasenöhrl.

Mobilisé comme officier d'artillerie, Schrödinger ne commença sa carrière qu'après la guerre. Son mariage, en 1920, coïncida avec ses débuts dans l'enseignement supérieur à Iéna, tandis qu'il assurait en même temps quelques cours à Stuttgart et à Breslau. Il fut très vite nommé professeur ordinaire à Zurich, à la chaire où ses prédécesseurs étaient Albert Einstein et Max von Laue, et où il s'illustra à son tour. En 1927, l'université de Berlin fit appel à lui pour succéder à Max Planck dans un milieu où la haute physique était cultivée de manière exceptionnelle.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHRÖDINGER ERWIN (1887-1961)  » est également traité dans :

ADN ET INFORMATION GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 238 mots

Jusqu'en 1944, on ignorait quelle pouvait être la nature chimique de la molécule présente dans les chromosomes et porteuse de l'information génétique. Alors que la plupart des chercheurs pensaient qu'il s'agissait de protéines, deux publications viennent montrer, en 1944, qu'il s'agit de l'ADN, l'acide désoxyribonucléique. La première, théorique, est celle du physicien allemand Erwin Schrödinger ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adn-et-information-genetique/#i_3328

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atome et mécanique quantique »  : […] La période comprise entre 1913 et 1925 est caractérisée par des efforts que déployèrent les théoriciens pour perfectionner le modèle de Bohr. C'est ainsi qu'en 1916 Sommerfeld a pu quantifier le mouvement de Kepler de l'électron dans l'atome d'hydrogène, les orbites de l'électron étant des ellipses dont le noyau atomique est un des foyers. Ces travaux de Sommerfeld furent les premiers à introduir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_3328

DELBRÜCK MAX (1906-1981)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 582 mots

Physicien et généticien américain d'origine allemande. Après avoir soutenu une thèse de physique théorique en 1930 à l'université de Göttingen, Max Delbrück travaille en Allemagne et au Danemark sous la direction de Max Born et Niels Bohr. Ce n'est qu'après son émigration aux États-Unis, pour des raisons politiques, en 1937, qu'il s'intéresse à la génétique. Il est professeur au Caltech (Californi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-delbruck/#i_3328

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « Berkeley »  : […] Berkeley a construit le prototype de la métaphysique idéaliste, son épure la plus audacieuse et la plus simple. Il rejette l'existence d'un monde matériel (immatérialisme). Seul existe le monde sensible ; l'entendement, autant qu'il va au-delà de la perception, fabrique des artefacts et des schémas instrumentaux : la connaissance se réduit à l'intuition et la déduction est un instrument. La sensa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/idealisme/#i_3328

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Après la « Naturphilosophie » »  : […] Sylvain Auroux parle, dans Barbarie et philosophie , de la « véritable cassure disciplinaire de la philosophie » à partir de la « dernière philosophie de la nature », celle de l'idéalisme allemand. Il pose ainsi un nouveau problème de délimitation quant à la définition de ce que l'on pourrait légitimement considérer comme étant une authentique philosophie de la nature. Peut-on en effet ignorer ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-de-la-nature/#i_3328

NÉGUENTROPIE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 140 mots

Ce terme a été créé, semble-t-il, par le mathématicien et physicien français Léon Brillouin (1956, Science and Information Theory ). Il l'a proposé pour remplacer les expressions d'« entropie négative » ou « entropie changée de signe », employée à peu près simultanément, mais indépendamment, par Norbert Wiener et Erwin Schrödinger. Ce dernier, dans un livre important ( What is Life ? , 1945), avai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neguentropie/#i_3328

ONDES, physique

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 3 574 mots

Dans le chapitre « Physique quantique »  : […] En proposant en 1924 d’associer à toute particule une onde, Louis de Broglie élargit la notion d’onde à la description de la matière. Cette mécanique ondulatoire, qui deviendra la physique quantique, abolit la frontière entre le monde des particules et celui des phénomènes ondulatoires. La réalisation de l’expérience des fentes d’Young avec des faisceaux d’électrons ou de neutrons démontre la per […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ondes-physique/#i_3328

QUANTIQUE PHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Claude de CALAN
  •  • 5 277 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La mécanique ondulatoire et la mécanique des matrices »  : […] L'expérience a imposé l'idée que la lumière se présente tantôt comme une onde, tantôt comme un faisceau de corpuscules (les photons). Louis de Broglie (cf.  broglie ) rêve d'une théorie unifiée de la matière et du rayonnement. En 1924, il fait une proposition révolutionnaire : associer aussi une onde aux particules de matière. La fréquence de l'onde associée à chaque particule sera proportionnell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physique-quantique/#i_3328

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre COSTABEL, « SCHRÖDINGER ERWIN - (1887-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erwin-schrodinger/