LONDON FRITZ (1900-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Physicien américain d'origine allemande, né le 7 mars 1900 à Breslau, en Allemagne (auj. Wroc|law, Pologne), mort le 30 mars 1954 à Durham (Caroline du Nord).

Fritz Wolfgang London obtient son doctorat de philosophie à l'université de Munich en 1921, puis se tourne en 1925 vers la physique théorique qu'il étudie auprès d'Arnold Sommerfeld. Il travaille alors avec Erwin Schrödinger à l'université de Zurich et de Berlin. Appartenant à la communauté juive, il perd la charge des cours qu'il donne dans cette dernière institution lorsque les nazis arrivent au pouvoir en 1933. Après plusieurs années à l'université d'Oxford en Angleterre et à l'Institut Henri-Poincaré à Paris, il émigre aux États-Unis en 1939. Il enseigne dès lors la chimie, mais aussi la physique à partir de 1949, à l'université Duke de Durham (Caroline du Nord). Il obtient la nationalité américaine en 1945.

Dans un ouvrage publié en 1927, London et le physicien Walter Heitler sont les premiers à expliquer la liaison moléculaire de l'hydrogène par la mécanique quantique. London s'efforce dès lors de trouver de nouvelles applications de la mécanique quantique en chimie. (Les forces de dispersion ou de London lui doivent leur nom.) Il se penche alors sur les phénomènes de supraconductivité et de superfluidité à basse température, qu'il considère comme des effets quantiques macroscopiques. Avec son frère, Heinz London, il met au point en 1935 la première théorie phénoménologique valide de la supraconductivité, étroitement liée à l'existence d'une bande d'énergie interdite. London suggère également que la condensation de Bose-Einstein est responsable de la superfluidité et prédit la quantification du flux magnétique qui sera observée en 1961.

—  Alexei KOJEVNIKOV, Universalis

Écrit par :

  • : professeur agrégé d'histoire à l'université de Georgia, Athènes, auteur

Classification


Autres références

«  LONDON FRITZ (1900-1954)  » est également traité dans :

ATOME

  • Écrit par 
  • José LEITE LOPES
  •  • 9 238 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Atomes et forces atomiques »  : […] Tous les atomes et molécules neutres, suffisamment éloignés l'un de l'autre, s'attirent avec une force dont l'énergie potentielle varie comme l'inverse de la sixième puissance de la distance mutuelle. Ce sont les forces d'attraction de Van der Waals , responsables de la cohésion des atomes des liquides ou des gaz rares solidifiés, par exemple dans les cristaux moléculaires d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/atome/#i_27555

LIAISONS CHIMIQUES - Liaison et classification

  • Écrit par 
  • André JULG
  •  • 8 330 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La molécule d'hydrogène »  : […] La molécule H 2 est la plus simple des molécules neutres puisqu'elle résulte de l'union de deux atomes d'hydrogène. Malheureusement, l'équation de Schrödinger correspondante n'est pas intégrable, aussi des solutions approchées doivent-elles être recherchées. La première tentative fut celle de Heitler et London. Ces auteurs supposèrent que les électrons (1 et 2) utilisent les orbitales 1  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liaisons-chimiques-liaison-et-classification/#i_27555

SUPERFLUIDITÉ

  • Écrit par 
  • Sébastien BALIBAR
  •  • 5 816 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Principales étapes de la superfluidité »  : […] L'existence de la superfluidité a été simultanément découverte en décembre 1937 par deux équipes de chercheurs qui étudiaient l'hélium liquide à très basse température, en dessous de 2,2 kelvins (2,2 K = – 271  0 C ; 0 K = – 273,15  0 C) : celle de John F. Allen à Cambridge (Royaume-Uni) et celle de Piotr L. Kapitsa à Moscou (URSS) [Balibar, 2007]. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/superfluidite/#i_27555

SUPRACONDUCTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne GUYON, 
  • Jérôme LESUEUR, 
  • Pierre NÉDELLEC
  •  • 4 775 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Découverte et développement »  : […] La supraconductivité a été découverte en 1911 à Leyde (Pays-Bas) par Heike Kammerlingh Onnes, qui venait de réussir la liquéfaction de l'hélium (4,2 K). Mesurant la résistivité d'un barreau de mercure, il constata qu'au-dessous de 4,15 K celle-ci tombait brutalement à une valeur infiniment faible. Cette « superfluidité » des électrons est comparable à l'écoulement non visqueux de l'hélium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supraconductivite/#i_27555

Pour citer l’article

Alexei KOJEVNIKOV, « LONDON FRITZ - (1900-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fritz-london/