LIBERTINAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Libertin et libertinage ont longtemps été des termes polémiques destinés à stigmatiser toutes les opinions ou conduites qui s'écartaient de la norme dominante. Il a fallu l'effervescence du xviiie siècle pour qu'ils soient assumés et revendiqués, et une distance historique de plusieurs siècles pour qu'ils deviennent des catégories de l'histoire des idées et des lettres. Mais les discussions qui existent encore aujourd'hui autour de leur définition prouvent la charge contestatrice qu'ils conservent jusqu'à nos jours.

De la liberté au dérèglement

L'histoire du mot se caractérise par des renversements sémantiques, des confusions et contaminations. Étymologiquement, le libertus ou le libertinus est à Rome un affranchi, un ancien esclave qui a reçu sa liberté. Libertinus est un statut social. Le mot désigne aussi plus tard un fils d'affranchi, donc marqué par une infériorité sociale. Un emploi particulier s'impose au Moyen Âge, qui fait du libertin l'esclave sarrasin qui est devenu chrétien. Métaphoriquement, le paganisme et l'Islam apparaissent comme des esclavages dont le converti se libère. Pourtant l'excès de liberté équivaut à un retour à l'erreur. C'est un sens négatif qui s'impose au xvie siècle, lorsque « libertins » se met à désigner, dans le contexte des guerres de religion, ceux qui s'éloignent de la vraie religion. Dans son pamphlet Contre la secte phantastique et furieuse des Libertins qui se nomment spirituels (1545), Calvin dénonce avec violence ceux qui confondent Dieu avec la Nature et réduisent les religions à des inventions humaines. Il s'agit à la fois d'une secte particulière (des anabaptistes adeptes de la communauté des biens et de la liberté sexuelle) et d'une attitude générale de distance par rapport au dogme. Le concile de Trente (1545-1563) n'est pas en reste dans la condamnation de tout ce qui dévie de l'orthodoxie catholique nouvellement redéfinie, de tout ce qui cherche, du côté des Anciens, de l'occultisme ou de la science n [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LIBERTINAGE  » est également traité dans :

ABŪ L-‘ATĀHIYA (747 env.-env. 825)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE
  •  • 1 420 mots

Dans le chapitre « Du libertinage à l'ascétisme »  : […] Vers ce temps, de nombreuses anecdotes nous montrent le jeune homme en rapport avec des libertins passionnés de poésie ; il semble notamment avoir fréquenté la petite coterie qui se pressait autour du trop fameux Wāliba, personnage trouble et licencieux dont, en dépit de quelques brouilles, il paraît avoir subi la perversion comme le jeune Abū […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-atahiya/#i_2792

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] autre part, attribuer aux poètes d'origine persane l'entière responsabilité du modernisme libertin, alors que déjà 'Umar b. Abī Rabī‘a célèbre ses victoires galantes d'aristocrate mekkois, alors que surtout le calife al-Walīd donne la parole à tout désir en des vers qui pourraient être attribués à Abū Nuwās ? En vérité, le clivage s'est produit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_2792

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les belles-lettres »  : […] du Cantique des cantiques. Par là, et par d'autres traits de son œuvre et de ses idées, Yuan Mei se rattachait au mouvement « libertin » du xviiie siècle chinois, qui sur le plan de la pensée religieuse se manifestait par la réaction contre le néo-confucianisme, et sur le plan littéraire par la critique philologique des textes canoniques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chinoise-civilisation-la-litterature/#i_2792

CONTES DE FÉES, Madame d'Aulnoy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 226 mots

Dans le chapitre « Le conte, aux sources de la société »  : […] de ces contes implique que le jeu porte sur les vérités en apparence les plus sûres. C'est là que le conte révèle le libertinage philosophique et sexuel, qu'il brouille les identités et déstabilise le monde. Lorsque, dans « Belle Belle » ou « le Chevalier Fortuné », une jeune fille déguisée en homme séduit un prince en même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contes-de-fees-madame-d-aulnoy/#i_2792

DOM JUAN, Molière - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un texte mythique »  : […] pierre, ou le Fils criminel, 1660), Don Juan était devenu le type du jeune homme libertin ne croyant ni en Dieu, ni au Diable, ni au pouvoir du Père. Molière connaît tout cela lorsqu'il écrit cette pièce. Sa comédie, dont on pense qu'elle fut vite écrite, reprendra donc tous ces éléments pour les mettre au service du libertinage philosophique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan-moliere/#i_2792

DOM JUAN (mise en scène B. Jaques)

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 003 mots

Le deuxième acte représente le libertinage de mœurs face à la naïveté des paysannes, entre ciel et terre, sur une plage où les corps s'étreignent sous le regard de Sganarelle (Bruno Sermonne). Dieu n'a rien à y voir et dom Juan, comme on le sait depuis Tirso, est au monde pour séduire et punir les femmes : jamais elles n' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dom-juan/#i_2792

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Le « donjuanisme » avant la lettre »  : […] Dans la mesure où « donjuanisme » signifie libertinage des mœurs, on peut en voir déjà des préfigurations, bien avant le Siècle d'or espagnol, dans maintes formes d'insurrection contre la morale communément reçue et l'institution monogamique prévalente en nos sociétés d'Occident (le cas du Genji japonais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-juan/#i_2792

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Imprimerie et syphilis »  : […] Après la mort d'Henri IV, en 1610, l'Église catholique tente d'augmenter son emprise sur les consciences. Elle se heurte de front aulibertinage qui ne va plus cesser de mener sa révolte. Pendant tout le xviie siècle continuent de circuler en France, à la moindre occasion, libelles et pamphlets souvent d'une rare violence […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_2792

JOUISSANCE

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 413 mots

Dans le chapitre « Transgression du péché »  : […] Sous l'obscurantisme moral du xviie siècle couve un courant épicurien où le libertinage s'allie à l'esprit de scepticisme. La mort d'un roi ombrageux et dévot et le défoulement de la Régence le verront s'épanouir au xviiie siècle. Le mot « plaisir » l'emporte cependant en fréquence sur le mot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jouissance/#i_2792

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

de La Nouvelle Héloïse (1761) de Rousseau. C'est en disciple de Jean-Jacques Rousseau que Laclos entreprend de critiquer les mœurs dépravées de la noblesse de cour pour laquelle la morale religieuse est devenue conformisme et formalisme, tandis que quelques libertins, qui se proclament « roués […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_2792

LA NOUVELLE JUSTINE, OU LES MALHEURS DE LA VERTU, D. A. F. de Sade - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 228 mots

Dans le chapitre « Philosophie et obscénité »  : […] L'originalité de l'œuvre tient à une alliance de la philosophie et de l'obscénité dont le seul exemple antérieur est peut-être fourni par Thérèse philosophe, roman attribué au marquis d'Argens et diffusé sous le manteau à la veille de 1750. Les Malheurs de la vertu présente une « Justine mauvaise philosophe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-nouvelle-justine-ou-les-malheurs-de-la-vertu/#i_2792

POINT DE LENDEMAIN, Dominique Vivant Denon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Un conte libertin »  : […] Le récit est court et l’histoire simple. Comme s’il s’agissait de ses Mémoires, un jeune homme de vingt ans, un peu ingénu, raconte une aventure amoureuse qui a duré moins d’une journée. Il rencontre à l’Opéra Madame de T..., qui le conduit hors de Paris. « Point de morale, je vous en conjure », déclare-t-elle. On dîne en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/point-de-lendemain/#i_2792

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel DELON, « LIBERTINAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/