LACLOS CHODERLOS DE (1741-1803)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En définitive, Laclos est l'auteur d'un seul livre, Les Liaisons dangereuses, qui subsiste envers et contre tout : le milieu, les mœurs ont changé, l'anecdote offre peu d'intérêt par elle-même ; mais il manifeste, caché sous l'analyse la plus claire, on ne sait quel secret qui touche à la réalité de l'amour et de ses fantasmes. L'homme et l'œuvre : une double énigme.

Un homme énigme

Tout fait énigme ici, à commencer par l'homme. Sa vie paraît presque plate. Né à Amiens, Pierre Ambroise Choderlos de Laclos, écuyer (infime et récente noblesse), entre à dix-huit ans à l'école d'artillerie de La Fère ; ne réussit pas, en 1761, à embarquer pour l'Amérique avec la Brigade des colonies, traîne de garnison en garnison, invente un boulet creux (l'obus), se morfond à l'île d'Aix où il écrit Les Liaisons, publiées en 1782, a, l'année suivante, un enfant de Marie-Solange Duperré qu'il épouse en 1786 et qui lui donnera deux autres enfants, polémique contre les théories – toujours en honneur – de Vauban, prend un congé en 1788, se voue – certains disent : se damne – à Philippe-Égalité jusqu'en 1792, milite chez les jacobins, échappe à la guillotine, est réintégré dans l'armée, promu général, et meurt de fièvre, en 1803, au siège de Tarente. Voilà, en gros, pour le donné manifeste. Les dessous ? Marcel Proust a opposé trop schématiquement au portrait de Mme de Genlis, hypocrite moralisatrice, le portrait de Laclos, « l'honnête homme par excellence, le meilleur des maris [...] qui a écrit le plus effroyablement pervers des livres ». Le meilleur des maris – les portraits de sa femme évoquent Cécile de Volanges – a une étrange bouche sensuelle. Cet honnête homme est l'indicateur du duc d'Orléans. Cet indicateur est jacobin. Ce jacobin, le voici nommé général, en 1800, par le Premier Consul. Ce rousseauiste, comme Bonaparte, semble placer l'énergie de l'intelligence bien au-dessus de la bonté. Et puis, enfin, l'honnête homme par excellence, avant de devenir le meilleur des maris, a tout de même écrit « le plus effroyablement pervers des livres ».

L'œuvre n'est pas moins énigmatique. Poésies légères, discours académique sur L'Éducation des femmes (1783), éloge de Vauban (1787), deux articles de critique littéraire, quelques proclamations jacobines, tout cela ensemble reste si léger, même de style, qu'un des éditeurs des Liaisons dangereuses, Yves Le Hir, en a conclu qu'il était impossible que ce chef-d'œuvre fût de Laclos, ce dernier s'étant contenté de raccorder et d'ajuster des lettres véritables.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LACLOS CHODERLOS DE (1741-1803)  » est également traité dans :

JACOBINS CLUB DES

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 1 544 mots
  •  • 1 média

Le 30 avril 1789, à Versailles, les députés du tiers état de Bretagne, parmi lesquels Le Chapelier, Lanjuinais, Coroller et Defermon, se réunissent pour débattre ensemble de leur attitude cinq jours avant l'ouverture des États généraux. C'est l'origine du Club breton auquel s'agrégeront très vite des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/club-des-jacobins/#i_5756

LES LIAISONS DANGEREUSES, Choderlos de Laclos - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 179 mots

Rien ne semblait destiner l'officier d'artillerie Choderlos de Laclos (1741-1803) à la littérature, ni son roman, Les Liaisons dangereuses, paru en 1782, à un tel succès de scandale. Sa formation lui assura une solide culture scientifique et technique ; son expérience, de garnison en garnison, lui permit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-liaisons-dangereuses/#i_5756

LIBERTINAGE

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 3 274 mots

Dans le chapitre « Un éloge de la dépense »  : […] de leurs clients du Palais Royal. Pratiquant un double régime d'écriture, publique et privée, il perpétue la tradition libertine au cœur des Lumières, tandis que la littérature de séduction sur le modèle de Crébillon se parfait et s'épuise dans Les Liaisons dangereuses de Laclos (1782). La complicité se change en concurrence entre libertins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/libertinage/#i_5756

LITTÉRATURE ÉPISTOLAIRE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le roman épistolaire »  : […] utopie, et la narration cède le pas à la rêverie poétique. Les Liaisons dangereuses, à la génération suivante, marquent le point culminant du genre : l'ordre des lettres, le calendrier de leur circulation, leur rôle comme objets, tout y est minutieusement agencé en un mécanisme formel qui reflète les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-epistolaire/#i_5756

QUARTETT (H. Müller)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 933 mots

, donnant son cadre et son ton à cette pièce de Heiner Müller qui réunit, pour une ultime rencontre, le couple imaginé par Choderlos de Laclos dans Les Liaisons dangereuses : Madame de Merteuil et Valmont. La Marquise et le Vicomte ont vieilli. Ils ne sont plus que les fantômes d'un temps condamné à disparaître. Ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quartett/#i_5756

Voir aussi

Pour citer l’article

Yvon BELAVAL, « LACLOS CHODERLOS DE - (1741-1803) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/choderlos-de-laclos/