LIBERTINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les libertins du XVIIIe siècle

Une nouvelle typologie du libertinage

Dans le langage courant du xviiie siècle, le mot de libertinage renvoie à des sens aussi divers que partie de plaisir, plaisir, sensualité, principes de dévergondage et de dissipation, liberté de ton et de parole, etc. Le libertin est l'homme à bonnes fortunes, du coquin au débauché, du polisson au licencieux. C'est Crébillon fils (1707-1777) qui, le premier, a proposé une définition précise et fondé du même coup une typologie du libertinage qui allait connaître un grand succès : est libertin, pour lui, l'homme qui se sert de l'amour pour assurer le triomphe de sa fantaisie aux dépens de sa partenaire, qui érige l'inconstance en principe et qui, ne cherchant que le plaisir de ses sens et la satisfaction de sa vanité, n'accorde rien au sentiment dans l'entreprise de la conquête amoureuse. Obsédé par ce qu'en dira le public, il joue un jeu mondain, dont les règles s'appellent bienséances et usages. Mieux : il sait qu'il ne peut réussir qu'en « se défigurant sans cesse », c'est-à-dire en érigeant l'hypocrisie en ligne de conduite. Subsidiairement, il a, comme Versac et Valmont, « la plus haute naissance, l'esprit le plus agréable et la figure la plus séduisante ». Sa seule occupation : réduire à merci les femmes sur qui il a jeté son dévolu, rompre avec elles et prendre la société à témoin de l'étendue et de la qualité de ce triomphe.

Pour le libertin, en effet, rien ne se passe dans le secret des cœurs ni ne doit rester contenu dans l'ombre des alcôves. Sans le public, son souverain juge, il n'existe pas : un réseau de regards suit son moindre déplacement et guette chaque mouvement de son visage. Qu'un détail échappe d'aventure à ces permanents spectateurs, il se charge aussitôt de le leur apprendre : l'indiscrétion est une obligation absolue pour le séducteur conscient de ce qu'il vaut. Aussi est-ce le public qui impose ses rites au libertinage et qui circonscrit le champ où il peut s'exercer : c'est lui, pour commencer, qui impose l'idée qu'il est honteux d'être [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : agrégé des lettres classiques et docteur ès lettres, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  LIBERTINS  » est également traité dans :

L'AUTRE MONDE OU LES ÉTATS ET EMPIRES DE LA LUNE, ET LES ÉTATS ET EMPIRES DU SOLEIL, Savinien Cyrano de Bergerac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 130 mots

L'Autre Monde ou les États et Empires de la Lune , de Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655), rédigé vers 1650, a d'abord circulé sous forme manuscrite, avant de paraître après la mort de l'auteur, en 1657, mais modifié au regard des manuscrits retrouvés, qui datent de 1653 environ. Le Bret, ami de l'auteur et éditeur de l'écrit libertin, ne souhaitait pas affronter la censure. Cette première pu […] Lire la suite

BOCAGE MANUEL MARIA BARBOSA DU (1765-1805)

  • Écrit par 
  • António COIMBRA MARTINS
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Le libertin »  : […] Superstition occasionnelle, prudence après avoir échappé à l'Inquisition, contrition in articulo mortis ne font pas oublier, chez Bocage, le libertin. Héritier du néo-classicisme, il l'est aussi de la philosophie des Lumières. Les vers, dédiés par lui au capitaine Lunardi, qui, en 1794, réalise dans le ciel de Lisbonne une ascension en ballon, constituent un exemple notoire de poésie tournée vers […] Lire la suite

BOISROBERT FRANÇOIS DE (1592-1662)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 247 mots

Fils d'un homme de loi normand et huguenot, Boisrobert vint à Paris en 1616 et s'insinua comme poète dans les bonnes grâces de la reine mère Marie de Médicis. Il se convertit au catholicisme en 1621 et fut tonsuré en 1623. Son esprit et son effronterie lui valurent la faveur du cardinal de Richelieu, et, après avoir visité l'Angleterre (1625-1626) et Rome (1630-1631), il entra dans les ordres et r […] Lire la suite

BROSSES CHARLES DE (1709-1777)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 1 350 mots

Dans le chapitre « Un libertin fort érudit »  : […] Il avait pourtant écrit, mais on n'avait pas encore publié, ses Lettres familières sur l'Italie , révélées en 1799, souvent réimprimées depuis lors, notamment par Romain Colomb en 1836 ; elles ne seront vraiment éclairées qu'en 1930, dans l'édition procurée par M lle Yvonne Bézard. Jusqu'alors, on répétait qu'il s'agissait de lettres familières, griffonnées à l'étape en Italie, adressées aux bo […] Lire la suite

BUSSY-RABUTIN ROGER comte de (1618-1693)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 401 mots

Soldat courageux, homme de cour et écrivain de talent, Bussy-Rabutin laissa derrière lui comme un parfum de scandale. Il reçut une brillante éducation chez les jésuites d'Autun, puis au collège de Clermont, avant de partir en Lorraine avec le régiment de son père. De 1634 à 1659, il fut de toutes les campagnes militaires en Flandre, en Lorraine, en Franche-Comté, en Catalogne. Maître de camp en 16 […] Lire la suite

CAYLUS ANNE CLAUDE PHILIPPE comte de (1692-1765)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 457 mots

« Le protecteur des arts et le fléau des artistes » : c'est en ces termes sévères que Grimm définit la personnalité du comte de Caylus. Plus indulgente, la postérité a retenu surtout l'image du grand collectionneur d'antiques et de l'ardent propagandiste du retour à un goût sévère. Né dans une famille de noblesse de cour, le comte de Caylus commença par se consacrer quelques années au métier des a […] Lire la suite

CHAPELLE CLAUDE LUILLIER dit (1626-1686)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 141 mots

Poète français. Capable d'études sérieuses (il suit très tôt les leçons de Gassendi) et d'amitiés solides (avec Cyrano, d'Assoucy, Boileau, Racine et surtout Molière), apprécié par de très grands seigneurs (Condé, les Vendôme, Nevers, la duchesse de Bouillon), Claude Chapelle, joyeux compagnon, se signale dès sa première jeunesse par un libertinage tapageur et s'abandonne à une vie de débauche et […] Lire la suite

CHAULIEU GUILLAUME AMFRYE abbé de (1639-1720)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 298 mots

Poète français. Chaulieu a vécu dans l'entourage de puissants protecteurs : les Vendôme (le duc et surtout son frère, le grand prieur, auprès de qui il s'installe dans l'enclos du Temple, d'où le surnom d'Anacréon du Temple qui lui a été donné), puis les petits-enfants du Grand Condé, le duc d'Enghien et la duchesse du Maine, après qu'un ordre royal eut obligé le duc de Vendôme à se séparer de cel […] Lire la suite

CONSIDÉRATIONS POLITIQUES SUR LES COUPS D'ÉTAT, Gabriel Naudé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 780 mots

Dans le chapitre « Le théâtre du pouvoir »  : […] Naudé, depuis Rome, engage ses lecteurs à épier le lieu où le pouvoir exerce avec violence et ruse ses coups d'État, selon l'exercice d'une prudence politique qui n'est ni religieuse, ni seulement technique. Car le coup d'État, explique-t-il, est un acte d'exception, dont l'effet seul vient, dans l'après-coup et dans l'aporie de toute causalité rationnelle, fonder une politique qui transgresse les […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Cyrano entre Descartes et Gassendi »  : […] Il travaillait cependant à son Autre Monde , son grand œuvre. À l' Histoire comique des États et Empires de la Lune , qui en composait la première partie, il adjoignit celle des États et Empires du Soleil , à quoi devait succéder L'Étincelle . Il avait lu Thomas Morus, la Civitas Solis de Campanella, sans doute John Wilkins et Godwin qui circulaient en traduction. Giordano Bruno était son maître […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Robert ABIRACHED, Antoine ADAM, « LIBERTINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/libertins/